Trichinellose : un cas relié à de la charcuterie corse

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 11 Mai 2015 : 14h44
Mis à jour le Lundi 11 Mai 2015 : 16h14

La trichinellose est une maladie parasitaire transmissible à l’homme via la consommation de viande peu ou non cuite. Un cas vient d’être déclaré après consommation de charcuterie corse.

Une tonne de charcuterie corse retirée du marché

Les autorités viennent de saisir une tonne de charcuterie corse artisanale après qu’une femme en ayant consommée soit tombée malade. Cette maladie est rare, mais potentiellement grave en raison de possibles complications et d’un risque épidémique. C’est donc par mesure de précaution que la marchandise de ce producteur artisanal corse a été saisie.

PUB

La trichinellose, une maladie parasitaire potentiellement grave

Cette maladie toxicologique à déclaration obligatoire est liée à la consommation de viande peu ou non cuite contaminée par un parasite. En France, la transmission du parasite à l’homme se fait essentiellement via l’ingestion de viande de sanglier, de porc et de cheval. La loi impose des contrôles systématiques de ces viandes à risque. C’est pourquoi la majorité des cas répertoriés dans notre pays résultent essentiellement de l’ingestion de viande non contrôlée de sanglier ou de viande issue de la chasse.

Chez l’animal, la présence du parasite est en règle générale asymptomatique. En revanche, il déclenche chez l’homme la trichinellose, maladie provoquant de la fièvre, des douleurs abdominales, une diarrhée, des nausées, des vomissements. En l’absence de traitement, la trichinellose peut entraîner des complications parfois graves et laisser des séquelles. En revanche, entrepris précocement, le traitement est efficace. Il repose « sur la chimiothérapie anti-parasitaire, notamment les benzimidazolés associés à une corticothérapie », indique le Ministère de la Santé.

Pour s’en prémunir, les autorités de santé recommandent de cuire suffisamment les viandes (71°C, viande grise à cœur). La congélation de la viande n’est pas suffisante et concernant les charcuteries, « seuls les produits cuits permettent une destruction des trichinelles ; la salaison et la fumaison ne sont pas des techniques assainissantes ».

Sachez que pour les chasseurs qui vendent à des tiers leurs gibiers, les contrôles sont obligatoires. Mais si un chasseur vous vend ou vous donne directement à vous, consommateur, un gibier, il n’y a pas d’obligation. Il est donc recommandé de lui demander une attestation relative à la recherche de trichine. S’il n’a pas fait cette recherche et que vous tombez malade à cause de cette viande, sa responsabilité sera engagée.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 11 Mai 2015 : 14h44
Mis à jour le Lundi 11 Mai 2015 : 16h14
Source : Ministère de la Santé, http://sante.gouv.fr, 11mai 2015.
PUB
PUB
A lire aussi
Dans votre assiette : le sanglierPublié le 04/11/2002 - 00h00

La chasse est ouverte et le gibier revient sur nos tables. Le sanglier ne manque pas d'intérêts nutritionnels. C'est une bonne façon de varier ses menus.

Plus d'articles