sandrine21092001
Portrait de cgelitti
le 21 sept 06 cela ferra 5 ans et toujours le même traumatisme.

Vendredi 21 sept 2001 un jour plutôt ensoleiller, mais ce jour la notre vie a été bouleversé, comme celle de plusieurs autres personnes.

Avant ce drame nous étions une famille heureuses,mon mari travailler dure a cette usine qui la tué moi j?étais en congé parentale pour élevé notre dernière 2 ans ½, et son frère âgé de 10 ans a l?époque.

Ce matin la avait commencer comme tous les autres, mon mari avait accompagné Nicolas a l?école il venait de rentré en CM1. son père et lui avaient fait le projet d?aller a la pêche le lendemain, depuis la naissance de sa petite s?ur , Nicolas c?était beaucoup rapproché de son père et lui en était fière. Moi j?étais a la maison a faire les taches ménagère Marion la petite dormait.

10h15 une violente déflagration retentie suivie d?une énorme secousse, les vitres ont volé en éclats, je pense a un tremblement de terre tout a bouger dans la maison , la petite se réveille en pleure, je vais vite la sortir de son lit , j?entend des sirènes qui retentissent , il y a un affolement dehors j?ose pas m?approcher de la fenêtre complètement détruite. Le téléphone et saturé, j?entend des cris des pleurs, je me souvenais avoir vu une semaine avant les images des tours de New ?work complètent détruites par les attentats et je pense que cela vient de ce produire.

Je pense a mon fils qui est a l?école a mon mari qui est a l?usine.

Quelqu?un vient tapé a ma porte, ma voisine affolé elle vient me dire que AZF vient de sauté. AZF ou travaille mon mari, je suis a mon tour affolé je confie Marion a ma voisine , et part pour rejoindre l?usine, la ville est un désastre toutes les vitres ont sautées, des gens courent de partout parfois le visages ensanglanté , le ballets d?ambulance, et de pompiers me font très peur, au font l?usine est recouverte d?un nuage de poussière et de fumée noir, une odeur d?ammoniac , envahis la ville, malgré les messages diffuser par les autorité de rentré chez nous et de nous protéger car ont pense a un nuage toxique , je préfère aller a l?usine. Certain ce dirigent vers la piscine mis a la disposition par la mairie pour les premier soins.

Je pense aussi a Nicolas a son école, je me dirige vers elle avant d?aller a l?usine, en arrivant a l?école les secours sont la des enfants et des parents pleurs, je cherche mon fils dans cette foules, mais je ne l?aperçois pas, je vois la maman de son meilleur ami, en pleurs elle me dis qu?une parti du plafond de la classe c?est effondré et que toutes les vitres ont éclatées.

Le jour de la rentrée Nicolas avais choisit de se mettre près de la fenêtre il m?avais dis ( comme ça je verrais l?usine de papa et notre quartier depuis la classe ).

Personne ne peux nous donner de renseignement sa court de partout.

La directrice arrive enfin et nous dis qu?il n?y a rien de grave que nos enfants ont reçu des éclats de verre et de plâtre, qu?ils sont plutôt choquer que blessé, je suis rassurer, nous sommes autorisé à les voir avant qu?ils soit emmener a l?hôpital pour sortir les bouts de verres . Nicolas qui était le plus près de la fenêtre est plus sérieusement touché il est allongé sur une civière et un pompier est a ses cotés, il est choquer mais ne pleurs pas. Il a peur que je le gronde parce qu?il a fait pipi dans sa culotte, il me demande des nouvelles de son père je ne peux pas lui en donner mais essaye de le rassurer. J?essaye de lui cacher mon angoisse, les pompiers les conduisent a l?hôpital, il est très courageux il me dis d?aller voir papa que lui ça va aller?mais surtout de revenir lui donner des nouvelles.

J?arrive a l?usine, c?est l?affolements, ont nous écarte en disant que c?est dangereux ils craignent une autre explosion, l?attente est longue a 11h un premier bilan 5 morts et une dizaines de blessé. Ont connais pas encore les noms , 12h le bilans s?alourdie mais il y a beaucoup de confusion et ont ne connais pas le nombre exacte.

Ont attend, quelques noms ont circulé il y a des familles en pleurs.

Entre temps j?arrive a téléphoner a ma voisine puis l?hôpital, ces dernier me disent que Nicolas va bien mais qu?il est très choquer et qu?ils préfèrent le garder afin de vérifier son audition car ils pensent qu?avec la déflagration ses oreilles auraient pus être toucher.

Le bilan alourdis arrive environ 20 morts plusieurs dizaine de blessés mais cela reste encore provisoires

Parmi les victimes se trouve mon mari . A ce moment la ma vie c?est arrêter, mon mari le papa de Nicolas et de Marion était décédé. Je ne me souvient pas trop de se qui a suivie je me suis retrouvé a l?hôpital sous calmant.

Avec l?aide d?une psychologue et du personnel hospitalier , j?ai du annoncer la triste nouvelles a Nicolas, qui en as été très malheureux.

La vie de notre famille venais de changer brusquement, tristement.

Nicolas a été très traumatisé malgré les aident psychologique , il c?est mis a faire des cauchemars toutes les nuits, a avoir peur du noir et de l?orage et des pétards, même les feux d?artifice lui fessait peur, il c?est mis a faire pipi au lit , ses résultats scolaire avait chutés , il se replier sur lui même, pleuré très souvent. Grâce a l?aide des psys lui est moi ont a pu commencer a surmonté notre peine et nos angoisse mais durant 3 ans cela a était très dure et tout les mois de septembre sont très dure pour nous.

Le temps a passé Marion a maintenant 8 ans elle ne se souvient pas elle était trop petites mais nous lui parlons de son papa très souvent.

Nicolas viens d?avoir 15 ans il est encore très perturber surtout en ce moment avec la date anniversaire qui approche. Il a encore parfois des cauchemars, il a toujours peur de tous se qui explose ( feux artifice , orage etc?) même parfois des films a la télé ou l?ont vois une scène d?explosion, il lui arrive encore parfois de mouiller son lit lorsqu?il qu?il est très stressé?

Je pense que personne pourra effacer un tel traumatisme.

Je m?excuse si j?ai été très longues, mais j?avais envie d?en parler pour ne pas oublier.

En hommage aux 29 morts et 34 blessés grave, ainsi que des 782 blessés légers et les milliers de familles traumatisées a vie.

Merci Sandrine

PUB
PUB