cgelitti
Portrait de cgelitti

Bonjour,

J'ai commencé un traitement le 17 aout dernier. Je suis très vite exténué, épuisé, essouflé, les jambes lourdes et seulement après quelques pas de marche ou même de déplacement dans un espace réduit. Respiration rapide, expiration prolongée, très prolongée avec sensation d'exténuation, je dois me tenir la tête dans les mains sous l'effet d'uns sensation vertigineuse, Insomnie, la perte d'appétit semble se réduire quoique j'ai la bouche amère, j'ai maigrit d'environ 5 kg, insomnie. Quelquefois un peu fiévreux mais celà semble s'atténuer. L'interferon (débuté par un injection s/c de 185 mg/semaine a été ramené à 135mg/semaine que je commence lundi) semble ne pas me gêner tout particulèrement mais cette exténuation et cet essouflement au moindre mouvement, insomnie... On parle de dépression mais moi je ne me sens pas déprimé ni irrité mais seulement assez inquiété par cette exténuation. J'ai cru mourir samedi sous l'effet de cette expiration qui se prolongeait plus qu'anormalement Et celà semble ne pas retenir spécialement le Pr qui soigne mon mal. Il a diminué l(interferon mais a augmenté la ribavirine (j'étais à 600mg x 2 /jour et je pase à 800mg le matin et 400 mg le soir.

J'ai un résultat de sérologie où il est textuellement écrit : Quantification de l'arn du vhc plasmatique : SIEMENS KPCR Seuil de détection : 15UI/mL

15 - 100 000 000 UI/mL

Quantification > 15

Conclusion : absence de détection d'ARN du virus de l'hépatite C. Résultat à corréler aux données cliniques et biologiques.

Ah si seulement je pouvais y comprendre quelque chose car mon état m'inquiète vraiement compte tenu de la part de l'aléatoire médical malgré l'optimisme des praticiens. Tout simplement parce que je ne sens pas en forme.