Le TOC de la trichotillomanie : s'arracher les cheveux à en devenir chauve

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 30 Octobre 2006 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 02 Octobre 2014 : 14h47
-A +A
La présence d'une anomalie sur un gène vient d'être découverte chez des personnes atteintes de trichotillomanie, un trouble psychologique qui conduit à s'arracher régulièrement les cheveux ou les cils. Ce trouble obsessionnel compulsif, dont la cause restait inconnue, a donc une origine génétique.

Trichotillomanie : un trouble obsessionnel compulsif (TOC)

Selon les études, on estime qu’entre 1 et 4% de la population souffrirait de trichotillomanie.

La trichotillomanie est un trouble du comportement qui pousse à s'arracher les cheveux, mais aussi les sourcils, les cils ou tout autre poil.

Cette maladie fait partie des troubles obsessionnels compulsifs (TOC).

Elle se manifeste le plus souvent chez l'enfant et l'adolescent, particulièrement en période de stress. Il s'agit alors d'un simple tic. Mais cette maladie d'origine psychologique peut perdurer à l'âge adulte.

En fonction de l'intensité de l'affection, la personne peut développer une peur de devenir chauve.

Et parfois une certaine honte, poussant à restreindre les activités sociales. Ainsi, si le stress est impliqué dans le déclenchement de ce comportement, les conséquences génèrent, elles aussi, beaucoup de stress et d'anxiété.

Si ce trouble se manifeste le plus souvent seul, il est parfois accompagné d'autres troubles obsessionnels compulsifs, de dépression, de déficit de l'attention, de troubles alimentaires, etc.

Quel est le traitement de la trichotillomanie ?

De la prise de médicaments à la thérapie cognitive et comportementale (TTC) :

Autrefois le traitement reposait sur la prise de sédatifs et d'anxiolytiques, mais leur efficacité est limitée.

Aujourd’hui, le traitement de référence est la thérapie cognitive et comportementale (TTC). Celle-ci consiste via une approche toujours personnalisée à modifier progressivement les comportements et les réflexes.

Se défaire de ses troubles du comportement

En quelque sorte, à l’aide d’exercices concrets, on apprend à se défaire de ses « mauvaises » habitudes en les remplaçant par d’autres.

Malgré tout, ce trouble reste difficile à traiter. C’est pourquoi dans certains cas, des médicaments psychotropes (antidépresseurs, anxiolytiques, neuroleptiques…) sont encore prescrits mais en complément de la TTC.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 30 Octobre 2006 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 02 Octobre 2014 : 14h47
Source : Zückner S. et coll., Molecular Psychiatry, 11 : 888-91, 2006.
A lire aussi
Souffrez-vous d'un TOC ? Publié le 07/04/2013 - 22h00

Les TOCs ou troubles obsessionnels compulsifs sont classés dans les troubles anxieux.Fréquents (ils touchent plus de 2% de la population), ils sont aujourd'hui bien connus.En conséquence, nous avons tendance à penser un TOC dès que nous pensons à des petites manies. Mais quels sont les vrais...

La thérapie cognitive efficace contre la dépression Publié le 18/05/2000 - 00h00

Chez les patients atteints de dépression légère à modérée, une psychothérapie par la thérapie cognitive a un effet bénéfique aussi marqué qu'une psychothérapie de type comportementale... et supérieur à celui des médicaments antidépresseurs.

TOC : les nouveaux traitements Publié le 31/03/2016 - 15h20

Les troubles obsessionnels compulsifs sont souvent appelés TOC concernent environ 3 % de la population. Il s’agit de troubles psychiques caractérisés par des pensées envahissantes et pouvant entraîner des actes répétitifs dont le but est de neutraliser l’anxiété. Longtemps difficiles à...

TOC : quand la manie devient une obsession... Publié le 13/04/2012 - 08h48

Les troubles obsessionnels compulsifs, ou TOC, entraînent des comportements ressemblant aux personnes dites « maniaques » en langage populaire. Pourtant, même si ces entités se ressemblent, elles sont profondément différentes. Le point sur les TOC ou troubles obsessionnels compulsifs et...

Plus d'articles