joann
Portrait de cgelitti
Bonjour,

Ca fait quelques temps que je recherche un lieu de discussion sur les problèmes de thyroide, ce que je constate c'est non pas l'incompétence mais la méconnaissance des medecins pour ce problème qui à mon sens est plus grave qu'il n'y parait.

J'ai été opérée en octobre 2004, moi aussi levotyrox on m'a dit que ça serait un peu long pour stabiliser, ok je suis une battante après les années que je venais de vivre, considérée comme dépressive par les medecins, je me suis dit, je ne suis pas à quelques mois près pour retrouver la forme. Ca fait maintenant 18 mois bientôt, dès que l'on change ma dose, 100µg, puis 87.5, puis 75, puis de nouveau 100 etc.. ce tous les deux ou trois mois, on commence à se poser des questions, de bien je suis passée à vraiment mal, sans compter les arrêts de travail semaine après semaine, on refuse de nous donner un autre traitement sachant que certaines personnes peuvent ne pas supporter le levotyrox, il faut arriver à l'extrême, c'est à dire rythme cardiaque à 150 bpm 20h sur 24 pour qu'enfin on prenne votre cas au semi sérieux, que l'on se rende compte que finalement vous ne supportez pas le levotyrox.

Aujourd'hui, j'en suis à l'essai d'un autre traitement, depuis 3 semaines je ne ressents plus les symptomes que j'avais avec le levotyrox c'est à dire ce mal être intérieure limite suicidaire, mais je suis arrêtée de travail parce que j'ai eu un malaise suite à la prise d'un beta bloquant pour limiter les crises de tachycardie causée non pas par la maladie mais bien par le levothyrox. Bref, il faut subir cette maladie et voir le nombre de personne qui vivent la même chose pour comprendre que les medecins sont limités, il faut certes du temps mais il faut qu'ils arrêtent de généraliser en acceptant de reconnaitre que tout individu est différent, et peut-être serait-il temps qu'ils admettent leur impuissance et acceptent d'écouter leur patient.

Après tout, nous sommes maître de notre corps, quand on dit que quelque chose ne vas pas, ecoutez-nous. J'ai pris la décision aujourd'hui de me contenter de respirer, je dois certes prendre un traitement à vie, je vais tenter l'homéopathie d'ici peu pour essayer d'atténuer les effets secondaires, je vous tiendrai informés de l'évolution. Une personne a écrit qu'elle ne subissait plus la maladie mais apprend à vivre avec. Comment peut-on faire pour vivre avec sans se soucier des effets secondaires qui nous handicapent sérieusement ? j'étais une très grande sportive avant mon opération, 5 km de course à pieds, 30 km de velo, tennis en compétition, je ne demande que ça de pouvoir reprendre le sport et retrouver une vie "NORMALE", je vous remercie de m'avoir lue jusque là, c'est peut-etre le début d'une guérison, quoiqu'il en soit, maladie ou pas, bon medecin ou pas, notre corps nous appartient ecoutons le... bon rétablissement à toutes et à tous.

joann
Portrait de cgelitti
Bonjour
Cela m'inquiète un peu, je fais de la gym et
je crains de plus pouvoir la reprendre mais c'est un
sport doux.Peut-être je peux après mon opération.
Je te conseille d'aller consulter le site
formidable "Vivre sans thyroïde", là tu trouves tout
et tu peux avoir des réponses à tes questions.
Sujet vérouillé