cgelitti
Portrait de cgelitti
Pour moi ce test : c'est n'importe quoi ! Parle-t-on d'alcool à 40o ou d'un produit culturel qui participe au rayonnement de notre pays : le vin ?

« La Vérité est la qualité par laquelle les choses apparaissent telles qu?elles sont ».

Etablir la vérité sur le vin, c?est mettre au grand jour les bienfaits prouvés d?une consommation modérée, montrer les dangers d?une consommation excessive.

Les dernières directives de l?état français (voir LdD n°68) culpabilisent les consommateurs sans raison. Nous devons retrouver, en toute connaissance de cause, ce qui fait l?intemporalité du vin : son goût, son apport dans la culture et la gastronomie, son aptitude à créer du lien social, sa contribution inséparable à l?Art de vivre à la française. Au début du 21ème siècle, il ne devrait plus être possible pour un journaliste, un médecin, un homme politique, d?attaquer ou de défendre le vin sans apporter des preuves rigoureuses.

Santé. L?abus d?alcool est dangereux? mais l?absence de vin est risquée !

On entend moins parler des bienfaits du vin sur la santé. Auraient-ils été contredits par de nouvelles découvertes ?

Absolument pas ! Il n?y a pas de résultats contradictoires, il y a simplement des résumés un peu courts, qui occultent le cas particulier du vin.

Prenons un exemple : Après 3 verres par jour pour les hommes, les risques de cancers augmentent. Il est exact qu?à 4 verres de «boissons alcoolisées » ces risques sont plus élevés qu?à 3? Mais dans le cas du vin, il y a trois particularités :

 Avant d?augmenter, ces risques diminuent d?abord progressivement, jusqu?à 2 verres ½ par jour, par rapport aux abstinents. Le graphique ci-dessous est très parlant.

 Aussi, à 4 verres de vin (verre de 12 cl à 12°) par jour, les risques augmentent effectivement? mais ils sont encore, en définitive, plus faibles que lorsqu?on ne boit pas de vin du tout ou très rarement.

 Cet avantage santé du vin quotidien est encore plus net pour l?ensemble des causes de mortalité (c?est à dire les cancers mais aussi le total des autres causes possibles) : Les risques totaux restent en effet inférieurs à ceux des abstinents jusqu?à 5 verres par jour (soit 60 cl).

Risque de mortalité, en fonction de la consommation de vin dans l?étude de Nancy chez 35'000 hommes, sur 15 ans.

L?étude de Nancy a donné lieu à de nombreuses publications scientifiques, sous l?autorité du Professeur Serge Renaud. Les résultats présentés sur ce graphique sont ceux publiés en septembre 1999 par « Archives of internal medicine ». Ils ont en outre, été totalement confirmés par « L?étude de Copenhague », dont les résultats ont été publiés en septembre 2000 par « Annals of internal medicine ». Ces deux revues font partie des 7 mieux classées sur les 102 publications scientifiques mondiales de la catégorie « médecine générale » et sont des références dans les milieux scientifiques.

Bien sûrs, les conseils sont toujours de s?en tenir, dans le cas du vin, à 3 verres par jour pour les hommes et 2 pour les femmes. Ce qui fait 36 centilitres, soit ½ bouteille par jour pour les hommes, soit 25 centilitres (1/4 de litre) par jour pour les femmes.

Cela laisse une marge de sécurité par rapport aux risques évidents qui apparaissent avec une consommation excessive. Mais ce qui est important, c?est le fait de consommer modérément tous les jours. En effet, le vin apporte des polyphénols qui ont un rôle antioxydant bénéfique. Mais ce rôle dans notre organisme est assez bref. Il faut donc renouveler régulièrement cet apport naturel, si on veut avoir le bénéfice santé. De préférence au cours des repas. Les études scientifiques de Nancy et de Copenhague sont incontestablement reconnues par le monde scientifique. Elles sont totalement cohérentes et ont été validées à plusieurs reprises depuis 10 ans. D?ailleurs, ce sont les deux seules études traitant le cas particulier du vin citées par les commanditaires des campagnes françaises sur l?alcool et le cancer. Il n?y a aucune contradiction entre les découvertes scientifiques sur le vin. Simplement des raccourcis qui n?évoquent pas les cas du vin en dessous de 4 verres par jour.