Le talc en cosmétique est-il dangereux pour la santé ?

Publié par Jessica Xavier, journaliste beauté le Mercredi 20 Avril 2016 : 10h17
Mis à jour le Jeudi 21 Avril 2016 : 15h23

Le talc en cosmétique est parfois sujet à controverse. Il est soupçonné d'être irritant pour les voies respiratoires voire cancérigène. Malgré les inquiétudes, le talc demeure-t-il un ingrédient sûr ?

© Istock

Le talc, c’est quoi ?

Le talc est un minéral naturel de la même famille que l’argile. Il est obtenu par réduction en poudre du silicate de magnésium. Le talc est utilisé dans bien des domaines : en céramique, pour le revêtement des toitures, dans la nourriture (dans le riz ou les chewing-gums notamment)... En cosmétique, il est surtout utilisé pour ses propriétés absorbantes.

Pourquoi utiliser le talc en cosmétique ?

Son pouvoir absorbant et matifiant en fait un actif prisé en cosmétique pour les soins matifiants, anti-transpirants. Il confère aux produits un toucher soyeux, améliore la rétention des parfums, offre une meilleure adhérence des textures et assure une bonne dispersion des pigments. C’est par ailleurs un actif bon marché, inodore, blanc et inerte qui peut être facilement mélangé aux autres ingrédients. C’est pourquoi le talc en poudre ou mélangé à une huile ou un beurre entre dans la composition de bon nombre de cosmétiques : déodorants, poudres de maquillage, ombres à paupières, produits pour l'hygiène féminine, soins pour bébés, poudres pour le corps, et dans une moindre mesure dans des crèmes, des rouges à lèvres, shampoings...

De manière générale, c’est un talc relativement pur (à 95 %, 98 %) qui est utilisé dans les cosmétiques et poudres pour bébé.

A lire aussi
Cancer de la plèvre : la maladie de l'amiantePublié le 19/02/2001 - 00h00

En 1998, le Canada portait plainte contre la France auprès de l'Organisation Mondiale du Commerce pour non-respect des règles du commerce international. La France venait alors d'interdire l'achat et l'utilisation de l'amiante dont le Canada est le premier producteur mondial. Le Canada fut...

L’amiante, un long killer qui tue encore…Publié le 21/01/2015 - 15h22

Depuis son interdiction en 1997, l’amiante continue à tuer car on estime qu’elle provoque 2 200 nouveaux cancers et 1 700 décès chaque année, d’après les chiffres de l’Institut de veille sanitaire (INVS), soit 10 morts par jour. 

Cancer professionnel : pour ne pas reproduire le drame de l'amiantePublié le 18/04/2006 - 00h00

En France, un cancer sur dix est d'origine professionnelle, soit 20.000 cas par an. Sous-déclarés, méconnus, mal pris en charge, les cancers professionnels doivent dès aujourd'hui être mieux prévenus, au risque de reproduire le scandale de l'amiante pour d'autres substances cancérigènes.

Plus d'articles