Tabac : le thé brûlant associé à un risque accru de cancer ORL

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Mardi 06 Février 2018 : 13h00

Les adeptes du thé qui fument et boivent de l'alcool sont 5 fois plus à risque de faire un cancer de l'œsophage, d'après une étude menée en chine.

© Istock
PUB

Boire ou fumer, il faut choisir ! Combiner thé brûlant, alcool et tabac n'est pas bon pour la santé, d'après une étude menée en Chine. Publiée dans Annals of Internal Medicine, elle montre que ces trois facteurs sont associés à un risque fortement élevé de développer un cancer de l'œsophage.

Dans le détail, ce sont les consommateurs d'alcool, de tabac et de thé  brûlant qui sont les plus exposés. Par rapport à ceux qui n'absorbent aucun de ces produits, ils sont 5 fois plus à risque de déclarer une telle maladie.

Les Chinois qui ne font "que" fumer sont eux aussi plus exposés : la probabilité qu'ils aient une tumeur dans l'œsophage est doublée. En revanche, lorsqu'il n'est pas associé à ces comportements, le thé brûlant n'a pas d'impact sur le risque de cancer.

Un phénomène bien connu

Pour parvenir à ces conclusions, les auteurs de cette étude se sont appuyés sur un groupe de 450 000 Chinois, suivis pendant 9 ans. Le choix d'une telle population est important, car la Chine fait partie des pays où la consommation de thé brûlant est traditionnelle – aux côtés de l'Iran, l'Amérique latine ou encore la Turquie.

Or, ces pays sont aussi les plus touchés par les cancers de l'œsophage. Un phénomène déjà constaté dans les années 1930, comme le soulignent Farin Kamangar et Neal D. Freedman dans un éditorial associé à l'étude. Ce sont aussi les contrées où la progression est la plus marquée.

Comment expliquer ce phénomène ? Les substances contenues dans le tabac et l'alcool sont toxiques pour les cellules de la gorge, on le savait déjà. La combinaison avec le thé brûlant serait particulièrement délétère, à en croire ces résultats. Ce qui s'expliquerait par un effet thermique.

PUB

Boire en dessous de 70 °C

Le thé est considéré comme brûlant à partir de 70 °C. Au-delà de ces températures, les boissons sont considérées comme "cancérigènes probables pour l'humain", d'après le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC).

Cette agence spécialisée de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a, en effet, conclu en 2016 que "consommer des boissons très chaudes provoque probablement un cancer de l'œsophage chez l'être humain." Ce qui concerne le thé, bien sûr, mais aussi le maté et le café.

Mieux vaut donc laisser ses boissons chaudes refroidir un peu avant de les consommer. Un repère simple permet de savoir quand les absorber sans risque : si souffler n'est pas nécessaire et que le liquide est tolérable.

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Mardi 06 Février 2018 : 13h00
Source : Effect of Hot Tea Consumption and Its Interactions With Alcohol and Tobacco Use on the Risk for Esophageal Cancer: A Population-Based Cohort Study, Canqing Yu et al, Annals of Internal Medicine, 6 février 2018
Hot Tea and Esophageal Cancer, Farin Kamangar et Neal D. Freedman, Annals of Internal Medicine, 6 février 2018
IARC Monographs evaluate drinking coffee, maté, and very hot beverages, CIRC, 15 juin 2016
A lire aussi
Le vin, ami ou ennemi ?Publié le 02/06/2014 - 08h00

On l’entend souvent : « le vin, c’est plein de bonnes choses, c'est bon pour le  cœur ! ». Mais, entre les vertus supposées du vin et ses potentiels dangers pour la santé, comment savoir ce qui pèse le plus lourd dans la balance ?

Pas d'alcool en dehors des repas !Publié le 29/01/2003 - 00h00

En dehors des risques d'ébriété et de toxicité hépatique, la consommation d'alcool à jeun accroît celui des cancers des voies aériennes et digestives supérieures. La consommation de boissons alcoolisées est donc bien plus néfaste en dehors des repas qu'en mangeant.

Plus d'articles