Ce billet fait partie du blog "Le blog de la Rédaction".

Le syndrome de l’intestin irritable dispose de son association de patients

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 09 Décembre 2011 : 14h57
Mis à jour le Lundi 12 Décembre 2011 : 16h22
-A +A

Le syndrome de l’intestin irritable touche 5 à 15% des Français. L’annonce de la création de l’association des patients souffrants du syndrome de l’intestin irritable (APSSII) est donc une bonne nouvelle. Un site est également à disposition pour aider ceux qui le souhaitent, les mettre en relation et favoriser la recherche.

Le syndrome de l’intestin irritable, douloureux et handicapant

Le syndrome de l’intestin irritable est doublement pénible. Il est pénible pour la douleur et la gêne souvent handicapante qu’il provoque. Ceux qui en souffrent présentent en effet une association de douleurs du ventre, de spasmes et de ballonnements, avec des épisodes de diarrhées, de constipation ou des deux troubles du transit. Cette douleur, quand elle est trop fréquente, ou quasiment constante, perturbe réellement la vie quotidienne des patients, dont leur sexualité pour le quart d’entre eux. Il a ainsi été montré que la vie de quelqu’un atteint d’un syndrome de l’intestin irritable était aussi altérée que celle d’un diabétique ou d’un insuffisant rénal dialysé.

Mais ce syndrome de l’intestin irritable est aussi pénible car il est sous-estimé par une partie du corps médical qui le considère comme une pathologie fonctionnelle, autrement dit, « psychosomatique ». Cette vision réductrice s’explique par le fait que tous les examens dont on dispose actuellement (coloscopie, biopsie colique, scanner, analyse de selles, etc.) sont normaux dans cette maladie. Le test diagnostic du syndrome du côlon irritable n’existe pas encore, même si des équipes médicales travaillent à sa recherche.

Syndrome de l’intestin irritable : la recherche avance

Pourtant la recherche avance et plusieurs anomalies sont maintenant suspectées comme des troubles de la perméabilité intestinale, de la flore bactérienne, ou encore des systèmes de contrôle de la douleur. Surtout, des techniques spécifiques de recherche, non accessibles en médecine courante, ont permis de constater l’existence d’une micro-inflammation de la muqueuse intestinale au niveau des terminaisons nerveuses.

En créant l’association des patients souffrants du syndrome de l’intestin irritable (APSSII), les membres ont voulu s’associer les bons conseils d’un conseil scientifique présidé par le Pr Jean-Marc Sabaté de l’hôpital Louis Mourier (Colombes). Un site a également été créé, www.apssii.org, dans le but d’informer les patients, de leur permettre de se rencontrer et de se sentir moins seuls et de participer à des programmes de recherche. Le site permettra également à l’association de mieux connaître ses membres grâce à une enquête en ligne, dont les résultats permettront notamment de mieux estimer les coûts et les conséquences de la maladie en termes de santé publique.

Ce type d’initiative est remarquable car il permet de faire connaître une maladie et de favoriser sa reconnaissance. Il est en effet essentiel qu’une maladie soit reconnue de manière à ce qu’elle suscite des vocations auprès des chercheurs et des financements via les autorités publiques. Pensez à visiter le site si vous êtes concerné(e) et surtout à vous inscrire.

Source : Le Quotidien du médecin N°9054 du 7 décembre 2011.

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 09 Décembre 2011 : 14h57
Mis à jour le Lundi 12 Décembre 2011 : 16h22
Ce billet fait partie du blog : Le blog de la Rédaction
A lire aussi
Plus d'articles