Syndrome de déficit de l’attention, hyperactivité : les adultes aussi !

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Mercredi 22 Juin 2016 : 18h18
Mis à jour le Jeudi 25 Août 2016 : 15h39

Le syndrome de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité appelé TDAH ne touche pas que les enfants. Dans 60% des cas, celui-ci persiste à l’âge adulte. Mais deux nouvelles études suggèrent que ces troubles pourraient aussi se déclencher tardivement, chez des adultes qui n’ont jamais eu le moindre symptôme.

Pour lever les doutes et repérer les signes qui doivent alerter, un autotest validé et rapide existe chez l’adulte.

© Istock

Déclencher un DTAH à l’âge adulte, c’est possible ?

Parmi les 4 à 8% d’enfants qui ont un syndrome de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), plus de la moitié conservera des symptômes à l’âge adulte.

Ce syndrome, qui apparaît en général dans l'enfance et l'adolescence, pourrait aussi se déclencher à l'âge adulte, comme le suggèrent pour la première fois deux grandes études menées au Royaume-Uni (1) et au Brésil (2).

Dans l’étude anglaise, 67% des jeunes adultes souffrant de TDAH n'avaient jamais été diagnostiqués quand ils étaient enfants. Dans l’étude brésilienne, près de 13% des adultes ayant un TDAH n’avaient pas eu de signes dans l’enfance.

En résumé, les chercheurs supposent que la maladie peut survenir une fois à l’âge adulte, tout en soulignant que les syndromes chez l’enfant et l’adulte pourraient être des formes bien distinctes. En effet, les syndromes rencontrés chez l’adulte ne seraient pas forcément la continuité de formes de TDAH développées dans l’enfance.

Pr Christophe Lançon, psychiatre, chef du service Addictologie de l’hôpital Sainte-Marguerite (Marseille). « On a longtemps pensé que des TDAH découverts à l’âge adulte étaient des TDAH qui étaient passés inaperçus dans l’enfance ou l’adolescence. Ces nouvelles données sont une première : sans conclure avec certitude, elles suggèrent que ce syndrome pourrait apparaître chez l’adulte et ne serait pas du même ordre que chez l’enfant où il est considéré comme un trouble neurologique survenant précocement au cours du développement (« neuro-développemental »). C’est plausible, car le TDAH n’est pas une maladie, c’est un syndrome (ensemble de symptômes sans cause spécifique), avec des réalités psychologiques, médicales et neurologiques différentes ».

Le TDAH à l’âge adulte, des symptômes spécifiques

Comparées à celles rencontrées chez l’enfant, les formes de TDAH chez l’adulte comprennent moins souvent une agitation et une impulsivité. En revanche, il y a beaucoup plus de difficultés d’attention, de programmation, de procrastination (remettre une action au lendemain). Globalement, ce sont des formes avec des difficultés neuropsychologiques et attentionnelles plus présentes.

De plus, selon ces deux nouvelles études, lorsque le TDAH apparaît à l'âge adulte, ses symptômes sont souvent plus sévères et handicapants et s'accompagnent aussi d'autres problèmes psychiatriques.

Pr Lançon : « Il n’est pas étonnant de penser que chez l’adulte, le TDAH va s’accompagner de manifestations psychiatriques plus importantes car la présence d’un TDAH témoigne de difficultés de régulation neuropsychologique (problèmes de régulation des systèmes neurologiques et psychologiques de la gestion de l'attention et des émotions), qui favorisent l’expression d’autres troubles fréquemment associés chez l’adulte (troubles bipolaires, troubles de la personnalité, anxiété). D’où la nécessité de soigner aussi ces troubles associés et non pas uniquement le TDAH ».

A lire aussi : Trouble de l’attention et hyperactivité : cinq idées reçues sur le TDA/H

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Mercredi 22 Juin 2016 : 18h18
Mis à jour le Jeudi 25 Août 2016 : 15h39
Source :  (1) JAMA Psychiatry. Published online May 18, 2016. doi:10.1001/jamapsychiatry.2016.0465 ; (2) JAMA Psychiatry. Published online May 18, 2016. doi:10.1001/jamapsychiatry.2016.0383
D’après un entretien avec le Pr Christophe Lançon, psychiatre, chef du service Addictologie de l’hôpital Sainte-Marguerite (Marseille).
A lire aussi
Interview : Mon enfant est-il hyperactif ?Publié le 17/09/2003 - 00h00

Trop remuant, turbulent ou réellement hyperactif ? Comment s'y prendre ? A-t-il besoin d'un traitement ? Quels sont les dangers ? Comment l'aider à s'intégrer ? A s'épanouir ? Le Dr Marie France Leheuzey, médecin psychiatre, répond à ces questions.

Hyperactivité de l'adulte : un outil de dépistagePublié le 08/07/2003 - 00h00

L'hyperactivité de l'adulte bénéficie désormais d'un questionnaire visant à en faciliter le dépistage. Validé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il se décline en deux versions, tandis que l'une comporte 18 critères, l'autre, en 6 questions, peut facilement être utilisée par...

Plus d'articles