Surpoids et obésité : méfiez-vous des plastiques alimentaires !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 07 Juin 2013 : 11h54
Mis à jour le Mardi 18 Juin 2013 : 10h36

Les plastiques alimentaires sont devenus omniprésents. Or la plupart d’entre eux contiennent du bisphénol A mais aussi certains phtalates, deux substances chimiques capable de perturber notre système hormonal. Ces mêmes molécules pourraient-elle jouer un rôle dans le développement du surpoids et de l’obésité ? Et si oui comment s'en protéger ?

© Istock

Comment les plastiques alimentaires favorisent l'obésité ?

Le surpoids progresse très rapidement partout dans le monde. En France, on compte aujourd’hui plus de 7 millions de personnes obèses. Une des explications repose sur le grand bouleversement de nos habitudes alimentaires, avec notamment une déstructuration des repas et l’industrialisation de l’alimentation.

Bisphénol A : troubles de la fertilité, diabète....mais aussi obésité ?

Mais parallèlement à la nouvelle composition de nos repas, leur présentation a aussi beaucoup changé avec un nombre de plus en plus important d’aliments présentés emballés dans du plastique : film plastique, pots, barquettes, bouteilles, boîtes, etc. Sachant que ces matières plastiques contiennent le plus souvent du bisphénol A, un perturbateur endocrinien associé à des troubles de la fertilité et du comportement, on peut aussi se demander si les emballages alimentaires joueraient un rôle dans l’épidémie actuelle d’obésité.

Les études liant le bisphénol A aux maladies chroniques se sont multipliées au cours des dernières années, montrant notamment un risque accru de diabète, de résistance à l’insuline, d’obésité et de maladies cardiovasculaires via une perturbation du système endocrinien et sans doute du système lipidique. Mais outre les études in vitro et animales, celles qui ont porté sur des populations sont parfois contradictoires ou à la limite de la significativité et ne permettent pas de conclure définitivement ni de mettre fin à la controverse.

Des preuves difficiles à matérialiser

Selon une équipe de chercheurs ayant publié en février 2013 une analyse de la littérature existante sur le sujet (2), les difficultés rencontrées sont essentiellement liées au métabolisme du bisphénol A. Il existe également un facteur de confusion : le contexte socioéconomique. En effet, les groupes défavorisés ayant tendance à consommer plus d'aliments à forte densité énergétique et transformés, il est difficile de savoir si c’est l’emballage ou la nourriture elle-même qui augmente le risque d’obésité, de diabète ou de maladie coronarienne. Par ailleurs, l'exposition au bisphénol A est multiple et permanente puisqu’il a été détecté dans la poussière, l’air, l’eau, et est notamment utilisé dans les papiers thermiques…

Les phtalates : jusqu'à cinq fois plus de risque d'obésité

Il est probable que le bisphénol A soit juste l’un des nombreux contaminants environnementaux auxquels nous sommes exposés et qui pourraient être associés aux maladies chroniques : diphényles polychlorés, pesticides organochlorés ou encore phtalates. Parmi ces derniers, le DEHP, l'une des formes les plus courantes, est utilisé pour assouplir nombre de plastiques. Outre sa présence dans les produits de soins corporels (savons, shampoing), on pourrait le retrouver aussi dans des tétines ou dans des contenants alimentaires en plastique. Sa présence dans le sang des enfants a été directement corellée au risque d'obésité de ces derniers qui pourraient voir leur risque d'obésité multiplié par cinq pour les plus contaminés !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 07 Juin 2013 : 11h54
Mis à jour le Mardi 18 Juin 2013 : 10h36
Source : Anses, septembre 2011, http://anses.fr/Documents/CHIM-Ra-BisphenolA.pdf. (2) Magliano D.J. et al., « Bisphenol A and Diabetes, Insulin Resistance, Cardiovascular Disease and Obesity: Controversy in a (Plastic) Cup ?”, The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism February 1, 2013 vol. 98 no. 2 502-504, doi: 10.1210/jc.2012-3058 - Phthalate, Environmental Chemical Is Linked to Higher Rates of Childhood ObesityPublished : June 26, 2012, The Endocrine Society.
A lire aussi
Perturbateurs endocriniens : mis en cause dans le diabètePublié le 25/01/2016 - 15h37

Et si le diabète de type 2 était aussi lié aux perturbateurs endocriniens ? Il ne cesse d’augmenter : en France, 4,5% de la population est touchée. C’était l’une des questions du colloque organisé par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire et alimentaire (Anses), les 21 et 22...

Phtalates : les cosmétiques favorisent le diabètePublié le 17/07/2012 - 09h21

Les phtalates, des substances chimiques reconnues comme perturbateurs endocriniens (qui modifient l’action des hormones et altèrent la fonction reproductrice), augmentent aussi le risque de développer un diabète.Or les phtalates sont encore aujourd’hui largement présents dans les produits...

Plus d'articles