petitchat17
Portrait de cgelitti
L'article "Surdoués en souffrance" que vous avez publié, faisant état d'une enquête réalisée par la SOFRES à la demande de l'association FRACTALES, me laisse perplexe.

En effet, d'après cette enquête,

"Le questionnement des parents révèle les faits suivants :

69% des enfants surdoués présentent des troubles du comportement à la maison, et 52% à l?école, contre respectivement 48% et 42% des enfants témoins ;

les enfants précoces sont deux fois plus nombreux à souffrir de trouble du sommeil, tandis que 24% souffrent de trouble alimentaire contre 11% des enfants témoins ;

ils ont aussi davantage de comportement violent ;

39% sont insatisfaits de leur vie à l?école (contre 17% des enfants témoins) et 50% ne s?entendent pas avec leurs camarades (contre 3%) ;

seul point optimiste, ils ne sont que 32% en échec scolaire contre 40% des autres enfants."

(Extrait de votre article)

Au premier abord, certains chiffres me surprennent :

Que 69% des enfants surdoués présentent des troubles du comportement à la maison et 52% à l'école pourrait paraître une révélation intéressante, mais affirmer que 48% des autres enfants ont le même problème à la maison et 42% à l'école invalide complètement les réponses. J'ai 32 ans d'enseignement derrière moi et je n'ai jamais constaté, qu'une telle proportion d'enfants souffrait de troubles du comportement, que ce soit à l'école ou chez eux. Personne n'a d'ailleurs jamais avancé de tels chiffres. Ils sont aberrants !

32% des surdoués seraient en échec scolaire contre 40% des autres enfants : qui peut croire ce dernier chiffre ? Aucune étude sérieuse sur le système scolaire français, depuis qu'il existe, n'a jamais annoncé 40% d'élèves en échec scolaire. Et si cela était, on imagine l'ampleur des réactions que cela susciterait.

Il se trouve que j'ai réalisé une enquête à peu près similaire en 1999 et 2000, portant sur un échantillon d'enfants de QI élevé et un échantillon témoin de la région lyonnaise. Les résultats de cette étude figurent dans un ouvrage intitulé "L'échec scolaire chez les enfants dits surdoués" dont la 5ème édition revue et augmentée a été publiée en 2003. Même s'ils révèlent des disparités entre le déroulement de la scolarité de certains enfants de QI élevé et l'échantillon témoin, on est loin de ces chiffres.

J'ai lu cette étude SOFRES-FRACTALES et ce qui me gêne encore plus est que, si on lit bien les résultats, elle fait apparaître les enfants surdoués comme des enfants issus de milieux socio-culturels élevés (ce qui, statistiquement, est obligatoirement faux) dont les parents prendraient le destin de leurs enfants en main envers et contre l'école. Je ne sais pas auprès de quels parents d'enfants dits surdoués cette enquête a été faite, mais elle est probablement faussée par le choix de l'échantillon, ou alors l'association qui recrute ces parents-là ne les choisit pas au hasard ! On a l'impression d'avoir affaire à des familles dont les enfants sont malades et qui en attribuent tous les torts à l'école.

Etudiant ce problème depuis une dizaine d'années, je peux vous dire qu'il n'en est rien, que le surdouement n'est pas une pathologie et qu'il y des enfants de QI élevé dans tous les milieux sociaux.

Bref, la crédibilité de cette enquête paraît très discutable et il me paraît assez dommageable, pour les enfants surdoués et leurs parents, de s'en faire l'écho, compte-tenu de l'image qu'elle donne de cette catégorie de population.

Jacques Bert

http://surdoues.info

Auteur de "L'échec scolaire chez les enfants dits surdoués" (5ème édition 2003 - 300 pages)