Surconsommation d’antibiotiques : ce qu’on ne vous dit pas !

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Jeudi 24 Septembre 2015 : 12h48
Mis à jour le Vendredi 20 Novembre 2015 : 16h39
-A +A

Il existe un double effet négatif de la surconsommation d’antibiotiques : non seulement les infections par des bactéries devenues multirésistantes à cause de l’abus d’antibiotiques sont devenues difficiles voire impossibles à traiter pour certaines, mais cette multirésistance rend aussi les infections plus fréquentes !

Usage immodéré des antibiotiques : la double peine !

Près de 160 000 personnes développent chaque année en France des infections dues à des bactéries multirésistantes aux antibiotiques et près de 13 000 en meurent*. Or il existe un autre effet, pervers et peu connu, de la multirésistance des bactéries, c’est à dire des bactéries résistantes à plusieurs familles d’antibiotiques (tuberculose multirésistante etc.) : les infections qu’elles causent sont fréquentes, elles aussi !

Comme pour les staphylocoques dorés (Staphylococcus aureus) (1), cela vient d’être démontré aussi pour les entérobactéries multirésistantes (2). Cette famille inclut les colibacilles, c’est à dire l’espèce Escherichia coli, principale bactérie responsable des infections urinaires (cystites) et parfois de septicémies.

En Europe, le nombre de septicémies à Escherichia coli multirésistants a augmenté entre 2002 et 2008 de 30% par an alors que le nombre de septicémies à Escherichia coli multisensibles (contre lesquelles plusieurs antibiotiques sont efficaces) n’a augmenté que de 6% par an (1).

Pr Vincent Jarlier, du Service de Bactériologie et d'Hygiène Hospitalière (GH Pitié-Salpêtrière – Charles Foix, Paris) : « Il s’agit de l’effet « Boyce » du nom du chercheur qui l’a mis en évidence en 1983 (1). Responsable d'infections localisées cutanées, des os et des articulations et, dans certains cas extrêmes, de septicémies, le staphylocoque doré est à l’origine d’infections plus difficiles à traiter lorsque les souches sont multirésistantes. De plus, de manière surprenante, les infections à staphylocoques dorés multirésistantes ne remplacent pas mais se surajoutent aux infections à souches sensibles ».

Lutter contre les bactéries multirésistantes permet donc de réduire le nombre d’infections tout court.

L’envolée des infections multirésistantes aux antibiotiques

Le fait que le nombre d’infections bactériennes graves (septicémies) augmente en Europe est inquiétant (1). Du fait de l’effet Boyce, parmi cette augmentation générale des infections, ce sont celles à bactéries multirésistantes aux antibiotiques qui augmentent le plus !

On comptabilise plus de 100 000 infections à bactéries multirésistantes en France chaque année, ce qui entraîne des nombreuses difficultés thérapeutiques et allonge les durées d’hospitalisation.

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Jeudi 24 Septembre 2015 : 12h48
Mis à jour le Vendredi 20 Novembre 2015 : 16h39
Source : (1) THe Journal of Infectious Disease. Vol 148 N°4 octobre 1983 ; (2) Clin Microbiol Infect. 2013 Sep;19(9) : 860-8. * conférence de presse de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes le 22 septembre 2015
D’après un entretien avec le Pr Vincent Jarlier, du Service de Bactériologie et d'Hygiène Hospitalière (GH Pitié-Salpêtrière – Charles Foix, Paris) suite suite aux 1ères JOURNÉES DE RÉFLEXION PLURIDISCIPLINAIRE/30 Juin -01 Juillet «ANTIBIOTIQUES : de l’innovation de rupture à la rupture de l’innovation », Paris, organisés par les laboratoires MSD.
A lire aussi
Antibiotiques : seront-ils encore efficaces demain ? Publié le 30/06/2016 - 11h57

Les antibiotiques ont permis de faire reculer la mortalité liée aux maladies infectieuses bactériennes. Mais à force de les utiliser, de plus en plus de bactéries leur résistent. Moins forts, ils risquent d’avoir  plus de mal à nous soigner.

Plus d'articles