mallyssia62
Portrait de cgelitti
je suis une suicidaire chronique, la mort ne me fait pas peur, j'ai déjà fait 6 tentatives de suicide et je m'en suis sortie, j'ai 18 ans..

la petite voix diablesse me reparle à nouveau, je suis seule à la maison et elle est tellement puissante que je lui obeis toujours, aidez moi,

j'arrive pas à resister, je veux pas que ça recommence mais elle démontre la voix ds ma ptite tête par milles raisons que la vie n'en vaut pas la peine, je suis tellement fatiguée, je veux juste me reposer, fermer les yeux et partir...

J'ai besoin d'aide et j'arrive pas à en parler, tout le monde pense que l'epoque de ma depression est revolue, j'ose pas les refaire revivre ds mon cauchemar

je fais comment pr ne pas céder?? Je me connais, je crois que je vais le faire

je suis croyante, je veux pas me retrouver en enfer, mais l'enfer dont lequel je vis est un supplice

Emilie
Portrait de cgelitti
Merci Emeraude pr ton soutien,
J'ai reussie à parler tt à l'heure à un médecin, enfin un étudiant en médecine, il est en 5eme année, je l'ai juste sur mes contacts msn, il a pris le temps de m'écouter, je lui ai parlé de mes hantises, il m'a convaincue de lui montrer ou je cachais des médicaments, ça m'a calmé un peu de lui en parler...
Il a promis de m'aider, mais juste après 2 semaines, il a ses exams. Je dois tenir le coup
Il a dit que j'ai besoin d'un traitement, mais j'ai pas envie, je m'en sortirai sans
Je l'espère en tout cas
C affreux comment on prépare ça, le suidice, les scénarios, on met tt en place
Est ce que tu es passé par là?
émeraude
Portrait de cgelitti
Bien, ça marche à nouveau, j'en profite pour te conseiller d'écouter les paroles de la chanson "Le miroir" de Chimène Badi...
Moi, elles me poussent en ce moment à tenir le coup, à poursuivre ma quête du bonheur et elles montrent bien qu'il faut du temps pour se retrouver soi-même... Mais ça vaut tellement le coup !
Si tu ne les as pas, je te les mettrai ici.
émeraude
Portrait de cgelitti
Je suis toujours sous antidépresseurs, je n'ai pas le choix... Une fois, fin novembre dernier, j'ai arrêté : et bien ça a été la pire connerie de ma vie car j'ai bien failli y passer. Sans cette béquille j'ai complètement pêté un cable. Et puis ensuite ça a été galère pour reprendre comme il faut. idem en mars, j'ai cru que j'allais mieux, je l'ai dit au médecin qui m'a fait confiance et m'a proposé de baisser un peu les doses... Et bien rapidement j'ai replongé dans le gouffre, et quand on m'a dit de reprendre les doses initiales et bien il s'est avéré qu'elles ne suffisaient plus et qu'en plus j'avais du mal à les supporter... J'ai donc du modifier mon traitement en ajoutant un 2ème antidépresseur.
Donc tu vois, ce que j'en pense avec le recul : j'ai enfin compris qu'il faut se soigner et ne pas faire n'importe quoi avec les médocs. Moi aussi j'ai caché le fait que j'avais arrêté en novembre : franchement c'était complètement imature et irrésponsable de ma part...
En tout cas c'est bien que tu ailles a ton rdv jeudi, ça te fera du bien ! Et pense à ce que je t'ai dit : ce serait mieux que tu y ailles seule cette fois...
Et parle de la situation de ton père, comme ça la psy pourra t'aider à gérer tout ça et peut-être à trouver un moyen pour que tu sois quand même suivie.
Allez courage, tiens bon !
emilie
Portrait de cgelitti
salut emeraude,
je n'ai pas pris le traitement, c'est égoiste de ma part de ne penser qu'à moi et puis mon père il est alcoolique, il ne peut pas assumer.
Je vais acheter les deux livres que tu m'as dit et je vais essayer de me soigner moi même, je vais prendre soin de moi, je connais bien mes complexes, les problèmes de mon enfance, enfin j'agis tjrs en connaissance de cause, je fais la distinction entre le bien et le mal et je me fais qd même du mal, c un comportement auto-destructeur, et c difficil de savoir se pardonner, elle est vraiment singulière la relation qu'on entretient avec soi, et comment elle se reflète sur notre vie,
il est temps venu de se réconcilier avec elle, mon autre moi, cet inconnue qui m'est très familière, cette fille que j'ai maltraité
j'espère émeraude que tu me soutiendras malgré tout et j'espère y arriver à m'en sortir
c ma vie, c mon corps, c mon àme, c moi, et je n'ai plus le droit de me faire du mal
ça ne sert à rien de jouer cache cache avec elle, jusqu'ici ça ne m'a mené nulle part
émeraude
Portrait de cgelitti
Véro, excuse-moi, mais tu ne serais pas de la région parisienne ?
Emilie
Portrait de cgelitti
Bonjour à vs deux et merci pr votre soutien,
J'ai été chez la psy hier, y'avait ma mère avec moi
c ma mère qui a parlé, elle lui a parlé de mon pbm de rein et d'uterus, pcq avant, qd j'étais plus jeune, 13 ans, j'avais eu un gros pbm à cause de ça et j'avais été hospitalisée pr longtemps pcq j'avais eu une infection. J'avais l'hymen trop dure, qd j'ai eu mes règles, ça ne sortait pas, ça restait ds mon ventre pr un an environ, à la fin j'avais un gros ventre et des douleurs inimaginables, je pouvais plus m'assoir, plus dormir, même pas aller aux toilettes, j'ai cru en devenir folle. J'avais pas osé le dire à ma mère pcq je savais qu'on allait me voir nue et j'étais trop pudique à l'époque. Finalement qd on m'a fait une incision pr faire couler le sang, j'ai pas trop bien pris mon traitement et j'ai eu une infection qui s'est généralisée, j'étais presque paralysée à la fin à cause de la fièvre, et on me donnait pas plus de 48h à vivre.
Je t'ai parlé du médecin etudiant et que je voulais avant le voir pr des douleurs de ventre, j'avais en effet un kyste de 10cm, je l'ai découvert en décembre et c'était trop tard, j'avais eu une torsion et j'ai fait une opération d'urgence, si j'avais consulté en septembre comme on avait prevu ça ne serait pas autant compliqué. En mars, je suis allée voir le gynéco et là aussi, il m'a dit que j'ai un autre kyste de 6cm cette fois, j'avais eu trop peur, mais bon il a disparu ptit à ptit avec le traitement.
La psy avait cru que mon pbm venait de là et c'est pr ça que je déprimais, j'ai pas osé lui dire les vraies raisons. Elle m'a prescrit du Deroxat 20mg un antidepresseur et stilnox 10mg, un somnifère je crois mais malgré ça je me suis reveillée à 6h du mat, et au moment de me coucher, j'avais des difficultés à respirer, et j'ai fait plein de cauchemars la nuit.
J'avais eu Deroxat qd j'étais plus jeune, c le premier antidepresseur qu'on m'avait prescrit, j'avais 14 ans, je m'en souviens très bien pcq j'avais complètement flippé, j'ai eu des épisodes maniaques, je bougeais trop, je tenais plus en place, et c là ou j'ai fait ma première ts. J'ai fait une ptite recherche sur le net et j'ai constaté que c'est justement ce médicament qui provoque ça pr les enfants et les ados, j'ai un peu peur que ça se reproduise.
Elle a dit que c un traitement très léger
Je fais quoi mnt?
J'ai un contôle jeudi prochain
émeraude
Portrait de cgelitti
Tout d'abord bravo Emilie, pour ton courage !
C'est vraiment bien tout ça, c'est un 1er pas et pas le moindre ! Aie confiance, c'est important pour la réussite de ton traitement. Tu sais, à 14 ans, tu étais toute jeune et c'est très délicat à cet âge de faire prendre un anti-dépresseur, tu le liras partout, c'est compliqué ! Mais tu as grandi, tu as évolué, donc ne t'inquiète pas ça ne peut pas être comme avant.
Juste une chose qui me froisse : pourquoi c'est ta mère qui a parlé et non toi ? Je suis intimement convaincue qu'il serait beaucoup mieux que la prochaine fois tu sois seule face au médecin, et que tu puisses tout dire. Du fait de la présence de ta mère tu ne peux pas être libre de dire ce que tu veux, tu es trop proche d'elle, tu ne veux pas lui faire entendre certaines choses et justement ce sont ces choses là que le psy à besoin de connaître. Il doit te connaître toi, de façon la plus vraie possible.
émeraude
Portrait de cgelitti
Soit patiente Emilie, tout ne peut s'arranger d'un coup de baguette magique. Commence par bien prendre ton traitement, tel qu'il t'a été prescrit sinon tu ne progresseras pas. Prends soin de toi et ensuite quand tu iras réellement mieux, tu sauras faire comprendre à ton copain à quel point il compte pour toi.
véro
Portrait de cgelitti
.non..pourquoi.je parle mal ? (lol)
émeraude
Portrait de cgelitti
C'est très poignant ce que tu écris Emilie... Tellement vrai... J'aurais pu écrire la même chose, j'aurais du ! Si j'avais eu ta lucidité à ton âge, j'aurais souffert moins longtemps. Et je n'aurais pas autant fait souffrir mon mari, le pauvre...
Il faut que tout ça sorte de toi, que tu arrives à l'exprimer auprès du psy que tu as vu, il saura t'aider à trouver les vraies origines de tes souffrances et enfin comment t'apaiser. Tout ça doit prendre fin, et la seule issue c'est de comprendre pourquoi tu ressens tout ça ensuite tu verras, tu parviendras à enfin profiter de la vie, tu pourras sourire à la vie, chanter, danser et rire... C'est la clé du bonheur ! Tu la tiens dans ta main, mais pour l'instant tu n'en sais encore rien. La psy va t'aider, fais-lui confiance, tu n'as rien à perdre en exprimant tes souffrances, mais tellement à gagner ! Crois-moi, tu y arriveras !
Bisous
De tout coeur avec toi...

Pages

Sujet vérouillé