Strapping : le retour de la momie

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le Mercredi 17 Septembre 2003 : 02h00
Les athlètes sont de plus en plus nombreux à porter des bandes de contention collantes pour renforcer leurs articulations. Désormais, même les muscles sont emballés. Pour quels résultats ?

L'habitude marque la consécration d'une méthode d'origine américaine : le « strapping » (du verbe « to strap »). Elle consiste à se coller des bandes de contention à même la peau. A l'origine, cette technique visait à consolider les chevilles des basketteurs, particulièrement exposées aux foulures. Si la bande collante suit bien le trajet des ligaments, elle peut effectivement améliorer le maintien, voire même suppléer une articulation défaillante. Des études biomécaniques ont montré qu'une cheville blessée mais correctement « strappée » tient presque aussi bien qu'une articulation saine ; les délais de reprise après un traumatisme sont ainsi écourtés.La méthode n'est cependant pas sans dangers. D'abord, le sportif risque de renouer trop vite avec son activité. Or, une entorse ne se résume pas à un problème de stabilité mécanique. Il y a tout un processus d'oedème et de cicatrisation qui doit se faire. Si cette évolution naturelle n'est pas respectée, des complications surviennent quelques semaines, voire quelques mois après l'accident. L'articulation est fragilisée et les ligaments, devenus fibreux, perdent cette élasticité qui leur permet de résister aux tensions. La zone reste douloureuse et gonflée. Face à cela, certains sportifs développent une véritable dépendance au strapping. Qui plus est, en soulageant les attaches articulaires, le strapping inhibe le système de proprioception, c'est-à-dire la sensibilité profonde de l'organisme. Rappelons que chaque articulation est bourrée de petits récepteurs qui enregistrent les tensions et, par voie réflexe, commandent la contraction des muscles pour stabiliser les appuis. Si on prend l'habitude de se bander la cheville, l'articulation perd progressivement cette capacité à s'auto-protéger et l'on finit par se tordre le pied en descendant du trottoir.

A consommer avec modération

En définitive, la pose d'un strapping ne doit jamais être anodine. Or on assiste à une banalisation inquiétante du phénomène. Depuis peu, certains sportifs se bandent même les muscles avant l'effort, dans l'idée d'éviter les claquages. Cette attitude n'a pas de sens, car les fibres musculaires sont soumises à des tensions de centaines, voire milliers de kilos. Dans ces conditions, la bande de contention ne protège rien du tout. Autant réparer un câble de téléphérique avec du sparadrap ! S'il n'y a pas lésion, le strapping est inutile, et s'il y a lésion, il est dangereux ! Trop serré, il fait office de garrot ; trop tendu, il provoque le relâchement du muscle ; trop contentif, il empêche la résorption de l'hématome. On risque ainsi d'aggraver la plaie. Retenez ceci : un muscle cicatrise toujours très bien lorsqu'on le laisse en paix et souvent très mal quand on essaie de le soigner. Le phénomène de transformation des cellules dites satellites en cellules musculaires, à la base du processus de guérison, se dérègle très facilement. Il vaut mieux éviter tous les traitements par le chaud, le froid ou les massages. La reprise des exercices doit être progressive et toujours tenir compte de la douleur. Enfin, les bandages n'y changent rien ! Nous pensons d'ailleurs que ces strappings spectaculaires ont pour fonction inconsciente de rappeler à tous comme au sportif le courage dont il fait preuve pour surmonter sa blessure. Mais ces références à un héroïsme guerrier n'ont plus grand chose à voir avec le sport !

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le Mercredi 17 Septembre 2003 : 02h00
A lire aussi
StrappingPublié le 26/04/2002 - 00h00

Les strappings sont un principe de contention en général réservé aux entorses. Ils permettent d'une part d'effectuer une compression sur l'articulation traumatisée pour diminuer l'oedème, et d'autre part de soulager le ligament qui a été étiré par l'entorse.

L'entorse de la chevillePublié le 25/04/2002 - 00h00

L'entorse correspond à une élongation des ligaments pouvant aller jusqu'à leurs ruptures partielles ou complètes.

Ski, la grande casse du genou !Publié le 13/01/2014 - 10h20

Autrefois, en partant aux sports d'hiver, on courait le risque de se casser une jambe. Aujourd'hui, les fractures sont devenues plus rares... mais ce sont les genoux qui trinquent !

Plus d'articles