• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    46 avis
  • Témoignages (0)

Sommeil du senior : l'âge n'est pas le seul perturbateur !

Sommeil du senior : l'âge n'est pas le seul perturbateur !

Le temps fragilise bon nombre de nos rythmes biologiques. Ainsi, l'horloge chargée de l'alternance veille/sommeil a tendance à se désynchroniser. Il n'empêche que la qualité de l'environnement du dormeur est autant, sinon plus, en cause dans les troubles du sommeil, que l'âge lui-même. Voici quelques pistes, aussi simples que fondamentales, pour trouver des solutions autres que médicamenteuses à un bon sommeil.

Bruit et sommeil : le silence est d'or…

C'est vrai à tout âge : l'exposition au bruit nocturne provoque des perturbations du sommeil, proportionnelles à sa fréquence et à son intensité. Le bruit peut entraîner plusieurs types de réactions corporelles. Lorsqu'il atteint 5 à 10 dB au-dessus du seuil auditif du sujet éveillé, il est responsable d'une augmentation du rythme cardiaque ou respiratoire, de modifications du tracé de l'activité cérébrale et éventuellement d'un changement de stade du sommeil (d'un stade profond à un stade plus léger).

Quand le bruit est plus important et dépasse de 35 dB le seuil auditif de veille, il provoque une réaction motrice et un éveil de durée variable. Parfois, le réendormissement est différé et, pour certains, la nuit est « fichue ».

La mauvaise qualité du sommeil due au bruit n'est que peu améliorée par la prise de médicaments. En effet, certains remèdes aident à s'endormir (les hypnotiques) mais n'ont pas d'influence sur les réactions cardiovasculaires.

De même, l'impression de pouvoir s'habituer au bruit nocturne est fausse, puisque, même si la sensation de ne plus être gêné prédomine, le corps ne change aucune de ses réactions. La fatigue s'accumule, se répercutant immanquablement en troubles de l'humeur, avec le risque de se voir prescrire d'autres médicaments… L'isolation phonique est donc à prendre très au sérieux.

Température et sommeil : ni trop, ni pas assez

Une ambiance thermique confortable est indispensable. Si toutes les phases du sommeil permettent la thermorégulation, il est prouvé qu'une trop grande amplitude (réchauffement / refroidissement) provoque systématiquement l'éveil.

De même, une exposition du corps pendant la journée à de fortes chaleurs modifie la structure même du sommeil, en augmentant les phases du sommeil lent profond.

Quand c'est possible, mieux vaut donc patienter avant de se coucher, pour avoir le temps de se « rafraîchir » et de s'approcher de la zone de confort thermique. À l'inverse, le froid est responsable d'un sommeil de mauvaise qualité, avec augmentation des mouvements du corps et diminution du sommeil paradoxal.

Mis à jour par Isabelle Eustache le 15/01/2016
Créé initialement par le 25/06/2003

Sources : ONEN F. Troubles du sommeil liés à l'environnement chez le sujet âgé. La Revue de Gériatrie 2003 ; 28(2) : 155-160. Brochure Inpes Bien dormir, mieux vivre - Le sommeil, c'est la santé !

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 
article
4578
Âge et sommeil
Sommeil du senior : l'âge n'est pas le seul perturbateur !
Le temps fragilise bon nombre de nos rythmes biologiques. Ainsi, l'horloge chargée de l'alternance veille/sommeil a tendance à se désynchroniser. Il n'empêche que la qualité de l'environnement du dormeur est autant, sinon plus, en cause dans les troubles du sommeil, que l'âge lui-même. Voici quelques pistes, aussi simples que fondamentales, pour trouver des solutions autres que médicamenteuses à un bon sommeil.
http://www.e-sante.fr/sommeil-senior-age-est-pas-seul-perturbateur/actualite/627
2003-06-25 02:00:00
http://www.e-sante.fr/sites/default/files/images_articles/4578_0.jpg
Partenaire média

 

Ecoutez la chronique sur l'insomnie de Public Santé :

Comment lutter contre l'insomnie ?