Et si les infections urinaires étaient dues au poulet ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 16 Juillet 2012 : 15h44
Mis à jour le Lundi 16 Juillet 2012 : 16h30

Selon cette étude menée à Montréal, les infections urinaires liées à la bactérie Escherichia Coli seraient dues à notre consommation de poulet.

Autrement dit, c’est en mangeant de la viande de poulet que nous sommes contaminés par E. Coli, une bactérie résistante aux antibiotiques et impliquée dans les infections urinaires.

Les infections urinaires sont de plus en plus résistantes aux antibiotiques

Les femmes sont très nombreuses à souffrir d’infections urinaires. La grande majorité de ces infections urinaires sont dues à la bactérie Escherichia Coli. Le traitement repose sur la prise d’antibiotiques.

Or les résistances aux antibiotiques ne cessent d’augmenter, et pourraient devenir un véritable problème de santé publique. Il faut savoir que si les infections urinaires sont bénignes dans la majorité des cas, elles peuvent aussi parfois se compliquer, provoquant des infections graves (pyélonéphrite, septicémie).

PUB

La viande de poulet identifiée comme réservoir d’E. Coli

Des chercheurs suggèrent aujourd’hui quela bactérie E. Coli en cause dans les infections urinaires et dans la résistance aux antibiotiques proviendrait de la viande de poulet.

En effet, les poulets sont porteurs des mêmes bactéries impliquées chez l’homme dans les infections urinaires. Le fait que les poulets reçoivent des doses massives d’antibiotiques, contribuerait à rendre ces mêmes bactéries résistantes aux antibiotiques.

C’est en analysant la viande des abattoirs (poulet, bœuf, porc) que le poulet a été identifié comme le réservoir d’E. Coli, bactéries également retrouvées chez les femmes souffrant d’une infection urinaire. 60% de ces bactéries identifiées dans la viande de poulet étaient résistantes à au moins un antibiotique.

En conclusion, la viande de poulet est une source de contamination en ce qui concerneE. Coli, bactérie à l’origine d’infections urinaires.

Cette voie de contamination est inquiétante. Des mesures pour diminuer ce mode de transmission doivent être mises en place.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 16 Juillet 2012 : 15h44
Mis à jour le Lundi 16 Juillet 2012 : 16h30
Source : Bergeron C.R. et al., Emerging Infectious Disease, 18 (3), mars 2012.
PUB
PUB
A lire aussi
Les antibiotiques, quel impact sur nos "gentilles" bactéries ?Publié le 20/08/2015 - 14h11

Le "miracle" antibiotique nous a sauvés de maladies souvent mortelles, mais aussi d’infections du quotidien comme les cystites. Parce qu’ils ont été utilisés à outrance et souvent à mauvais escient, il faut désormais lutter contre un effet secondaire préoccupant : la destruction de...

Consommons-nous trop d’antibiotiques ?Publié le 03/09/2015 - 12h52

« Les antibiotiques, c’est pas automatique ! » Ce slogan de santé publique a marqué les esprits. Pourtant, en 2015, les Français restent de très gros consommateurs d’antibiotiques, dont au moins la moitié est totalement inutile. L’analyse d’un pédiatre infectiologue, le Pr Robert...

Plus d'articles