Sentir les vêtements de son partenaire limiterait le stress

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Vendredi 05 Janvier 2018 : 12h11

Une étude menée à l'Université de la Colombie-Britannique montre que respirer l'odeur de son partenaire réduirait les niveaux de stress chez la femme. 

© Istock

Vous êtes stressée ? Voilà une astuce toute simple et à portée de main. Une nouvelle étude avance que sentir l'odeur de son partenaire amoureux aiderait à réduire les niveaux de stress. Un vêtement, une serviette... Un simple accessoire serait suffisant pour se détendre, même si la personne n'est pas physiquement présente. Comme le fait remarquer Marlise Hofer, auteure principale de l'étude et étudiante diplômée du département de la UBC de psychologie, "beaucoup de gens portent la chemise de leur partenaire ou dorment à sa place dans le lit lorsque celui-ci est absent, mais ne réalisent peut-être pas pourquoi ils adoptent ces comportements". 

L'odeur d'un étranger stresse davantage

Publiée dans le Journal of Personnality and Social Psychology, l'étude en question a été menée auprès de 96 couples hétérosexuels. Chaque homme a reçu un tee-shirt propre à porter durant 24 heures tout en s'abstenant d'utiliser des produits pour le corps comme du déodorant ou du parfum. Ils ne devaient pas non plus fumer ni manger certains aliments succeptibles d'affecter leur odeur corporelle naturelle. Au bout de 24 heures, les Tee-Shirt ont été congelés pour garder les odeurs. Les femmes de l'étude ont également reçu un tee-shirt. Celui-ci était soit neuf et jamais porté, soit déjà porté par un inconnu, soit porté par leur partenaire. Elles ont ensuite subi un test de stress impliquant un (faux) entretien d'embauche et une série de calculs mentals. Elles ont aussi fourni des échantillons de salive servant à mesurer leur niveau de cortisol, l'hormone de stress.

Résultats :

- Les femmes qui sentaient l'odeur de leur partenaire ressentaient moins de stress.

- Lorsqu'elles arrivaient à reconnaitre l'odeur de leur partenaire, le stress était encore plus bas.

- Les femmes qui sentaient l'odeur d'un étranger se retrouvaient avec des niveaux de cortisol plus élevés tout au long du test.

Pour Marlise Hofer "dès le plus jeune âge, les humains craignent les étrangers, en particulier les mâles étrangers, il est donc possible qu'un parfum masculin étranger déclenche cette réaction de combat ou de fuite qui entraîne une élévation du cortisol". Ce qui pourrait arriver sans en être conscient, selon la spécialiste.

Cette recherche a été subventionnée par l'American Psychological Foundation Viosonary Grant (Fondation américaine de psychologie visionnaire).

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Vendredi 05 Janvier 2018 : 12h11
Source : - Journal of Personality and Social Psychology, Hanne Collins et Asley Whilliams.
A lire aussi
La sensibilité des femmes à l'odeur des hommesPublié le 18/02/2002 - 00h00

Les femmes établissent leurs préférences olfactives en fonction de gènes qu'elles ont hérités de leur père. Elles peuvent ainsi distinguer à l'odeur les hommes qui possèdent une séquence génétique proche de la leur et qui leur vient de leur père. Un mode de reconnaissance qui influence...

Les mystères du French KissPublié le 02/07/2015 - 14h56

Le baiser sur la bouche, popularisé par les films américains est devenu de plus en plus une pratique internationale, alors qu’auparavant, il ne se pratiquait pas partout dans le monde. Mais au fait, que se passe-t-il lors d’un baiser et que risque-t-on lorsqu’on s’embrasse ?

Grossesse et fausse couche : c'est le stress !Publié le 06/03/2006 - 00h00

La fausse couche lors des trois premières semaines de la grossesse est un évènement fréquent que les experts peinent à expliquer. Il semblerait aujourd'hui qu'une grande partie des cas de fausse couche soit tout simplement due au stress maternel.

Prothèse mammaire : pas de risque de cancer du sein !Publié le 06/03/2006 - 00h00

Les prothèses mammaires, utilisées lors d'interventions esthétiques ou réparatrices, notamment après un cancer du sein, ont été réhabilitées après avoir été accusées de favoriser certaines maladies. Restait un doute sur le risque de cancer du sein, mais celui-ci est écarté.

Plus d'articles