Mayazebee
Portrait de cgelitti
J'ai accouché début septembre de mon premier bébé, avec 3 semaines d'avance. Après un accouchement long et difficile, on m'a mis Laurine dans ma chambre jour et nuit, afin que je l'allaite et que je m'en occupe, tant bien que mal. Au bout de 3 jours, je suis sortie de la maternité. De retour à la maison, la fatigue et le stress m'ont stoppée nette ma montée de lait et je n'arrivais pas à calmer les pleurs de ma fille. La panique générale ! Heureusement, au fil des jours, tout c'est arrangé mais je garde un bien moment souvenir de cette première semaine.

3 jours à la maternité ne sont, à mon avis, pas suffisants pour que la maman se repose. Il est également important qu'elle apprenne les gestes de soin du bébé et de l'allaitement durant son séjour à la maternité, surtout lorsqu'il s'agit de son premier enfant. Avez-vous vécu une expérience similaire ?

BILLARD
Portrait de cgelitti
Pour ma part même s'il s'agissait de mon premier enfant je n'avais qu'une envie : rentrer à la maison avec ma petite Léa. Après un travail (un faux travail d'ailleurs ) qui a duré 2 jours, on m'a installée dans une chambre double!!! Inacceptable!!! tout le bonheur d'avoir son bébé a été gaché par cette chambre, le refus de prendre ma fille la nuit.....
Je redoute un peu mon prochain accouchement, mais je serais plus vigilante quant à mes besoins et ceux de mon enfant.
delphine
Portrait de cgelitti
j'ai accouché de trois enfants.Pour les deux dernières grossesses en 2000 et 2003,je ne suis restée que 3 jours mais l'hopital (montmorency 95) m'a proposé un suivi à domicile par une sage femme.En fait, ce suivi était la condition obligatoire pour que je puisse sortir.Comme mes accouchements s'étaient très bien passés et que j'avais déja de l'expérience d'une maternité,j'ai trouvé ce fonctionnement idéal car trois jours c'est déja beaucoup trop long quand l'ainé nous attend à la maison.
enofla
Portrait de cgelitti
je suis infirmiere dans un service de suite de couches a l'hopital prive d'antony .Le systeme de sante oblige de plus en plus a un sejour court des patientes.Mais les patientes ne sortent que si elles se sentent pretes a se gerer a la maison ainsi que le bebe.Le probleme d'un petit sejour est la gestion difficile de l'allaitement , puisque la montée de lait se fait au 3eme jour.Il ne faut donc sortir que lorsque celle si est faite et se deroule bien , ou alors si il y a possibilité de consulter dans des associations.Par exemple il existe au plessis-robinson l'association "dire-lait".Il y a des groupes de paroles avec une sage femme.Vous pouvez vous renseigner au 01.49.56.01.01
vanesa
Portrait de cgelitti
j'accouche ds 2 semaines et j'apprehende un peu c'est mon 2eme, pour le 1er j'ai accouché en aout2003 a saragosse(espagne)il m'ont couper sans nessecité et m'ont tres mal recousu, durant plus d'1 semaine j'ai souffert, je suis en fauteuil et ne pouvait plus me lever de celui-ci sans aide et il m'ont quand meme renvoyer chez moi au bout de 3 jour et 1/2,mon lait n'avait pas monté et a l'hopital il lui donnait le biberon sans mon accord j'ai donc du lui donner du lait en poudre car il refusait le sein.heureusement que mon mari ne travaillait pas, il a pu m'aider car j'etais capable de presque rien (ni faire a manger ni faire le menage...), je pouvais m'occuper du bb seulement si on me l'apportait . cette fois ci j'ai choisi par force une clinique a nantes car les hopitaux n'acceptaient de faire mon suivi qu'a partir de fin aout(je suis rentré en france fin juin)et j'espere que cette fois je n'aurais pas tant de problemes.
gratepanche
Portrait de cgelitti
Pour ma part j ai accouché de mon 3e enfant et je suis restee 5 jours. Cela m a paru long d'autant que je ne me suis pas beaucoup reposé car j 'étais juste en face du bureaux des infirmières et que je suis sortie le lundi, par conséquent, gros coup de blues le dimanche soir et donc pressée de rentrer à la maison. Mais pour un premier enfant, il est vrai que 3 jours cela fait très court car la maman a vraiment besoin de beaucoup de conseils et d' être rassurée.
Bonne continuation
chrystelle
Portrait de cgelitti
pour ma première fille, je suis restée 4 jours et cela m'a paru une éternité . le dernier jour, un dimanche, m'a valu un super coup de blues : mon compagnon me manquait terriblement, je le sentais un peu paumé seul dans notre appartement . Pour ma seconde fille née par césarienne ce fut encore plus terrible car il m'a fallu supporter d'etre séparée de ma fille de 17 mois . je ne pensais qu'à une chose rentrer chez moi dès le lendemain ; il a fallu que je reste 6 jours . Le bruit, les visites m'empechaient de me reposer, une césarienne pratiquée qui s'est avérée non justifiée, des soins de cicatrice que je faisais moi-meme . tout cela a transformé mon séjour en maternité en un cauchemar .
toutefois, je reconnais que le travail de tout le personnel de l'hopital est exemplaire malgré que l'intéret se porte vers les jeunes mamans les plus exigeantes et souvent les moins reconnaissantes .    
cajoline
Portrait de cgelitti
je suis maman de deux enfants.Mon fills né il y a 23 ans,je suis restée 8 jours à la clinique,jours terribles car je n'arrivais pas à me nourrir,manque totqal d'appétit,ma deuxième fille a 11 ans et je ne suis restée que trois jours,quel bonheur,jr'ai pu manger sans avoir un noeud dans l'estomac.Il faut dire que je n'aime pas l'hôpital,mais tout s'est bien passé avec ma fille
Chris
Portrait de cgelitti
J'ai accouché il y a 8 ans de ma première fille, à l'hôpital de Mâcon. J'y suis restée 8 jours et 8 jours de galère. Pas d'information, une personne super sympa qui passait me voir dès qu'elle travaillait engueulade la nuit quand tu demandes un biberon, visite de 15 personnes en même temps. J'avais plus qu'une envie, prendre ma petite et partir de moi même, quand on est enfin venu me parler de ma sortie.
Pour la 2ème, l'accouchement e eu lieu à la polyclinique d'Arnas et là, tout le contraire. Plusieurs personnes dans la salle d'accouchement qui s'occupe de la maman, du bébé et du papa, alors qu'à Mâcon on a dit au futur papa "si vous tombez on ne vous ramasse pas, il faudra vous relever par vous même quand vous le souhaiterez", la toilette de l'enfant est effectuée dans la salle (à Mâcon ça n'était pas le cas)et je n'y suis restée que 3 jours, pendant lesquels les médecins et pédiatres venaient me voir tous les jours, les sage-femmes et les infirmières étaient disponibles jour et nuit.
Un seul conseil à vous donner : faites un 2ème bébé et changer de "crèmerie".
flo
Portrait de cgelitti
ce n'est pas toujours évident, j'ai fait moi le choix du privé à la naissance de mon fils. j'ai passé 72 heures en salle de travail (trois déclenchements nécessaires qui ne fonctionnaient pas), j'ai fini au bloc en césarienne. Résultat 12 jours de clinique, avec une équipe aux petits soins, mon bout de chou dormait la nuit en nurserie avec ses copains et ses copines, on m'a longuement aidée à mettre en place mon allaitement, bref, le meilleur choix que j'ai pu faire dans cette course à la naissance où je n'ai rien pu maitriser. je ne suis pas pro clinique privée, hors de prix; il y a de très bons établissements publics, le tout c'est de se renseigner au maximum et les envahir de questions!!! mais je pense que quoi qu'il en soit un retour à la maison est toujours un bouleversement, et même après un bon séjour de repos, la fatigue et le dépassement se font sentir... mais c'est tellement chouette après!!!!! bon courage!
sylvie
Portrait de cgelitti
j'avoue que pour mon premier bébé, j'étais ravie de rester 5 jours hospitalisée : j'angoissais un peu pour le retour à la maison en plus d'une montée de lait difficile, bref j'étais plutot contente de me faire coocooner. mais pour les deux suivants, l'expérience aidant, je n'avais qu'une envie : rentrer à la maison. en plus, j'étais à l'hopital à Montpellier, et c'était très bruyant : sonnettes des autres chambres jour et nuit, visites et beaucoup de monde dans les couloirs jusqu'à tard le soir. dommage car j'ai toujours rencontré des équipes très compétentes et attentives mais vraiment, le repos c'était à la maison.

Pages

Sujet vérouillé