Se ronger les ongles : comment arrêter ?

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Mercredi 11 Mars 2015 : 12h59
Mis à jour le Lundi 24 Avril 2017 : 12h00
-A +A

Se ronger les ongles, c’est fréquent : un peu plus d’un quart de la population souffre d’onychophagie, le nom scientifique de ce comportement problématique…

Se ronger les ongles : où est le problème ?

Dans la population générale, il y a à peu près 26% de rongeurs d’ongles. Les femmes sont plus souvent atteintes, elles sont 29% contre 21% chez les hommes. La prévalence de l’onychophagie change avec l’âge. Le pic est entre 21 et 25 ans, avec 42% de la population affectée (46% des hommes, 39% des femmes). Le problème est si fréquent que l’on peut s’interroger sur son impact sur la santé. Il y a bien un problème d’hygiène – une étude a par exemple prouvé que les personnes qui se rongent les ongles risquent, plus que les autres, d’apporter des bactéries intestinales jusqu’à leur bouche. En plus, se ronger les ongles entrainent des blessures aux doigts, parfois très douloureuses. Mais le plus gênant, c’est l’aspect social du problème. Se ronger les ongles nuit à l’apparence – les ongles sont trop courts, les doigts sont blessés, rouges… 75% des jeunes qui se rongent les ongles n’osent pas montrer leurs mains, qui évoquent nervosité et manque de confiance en soi. Une autre étude a aussi montré une diminution de la qualité de vie liée à la tension qui naît quand on résiste à l’envie de se ronger les ongles.

Comment se débarrasser de l’habitude de se ronger les ongles ?

Arrêter de se ronger les ongles n’est pas évident et les chiffres le prouvent. Pourtant, il existe des solutions… La plus traditionnelle consiste à appliquer sur l’ongle un produit qui va lui donner un goût désagréable. Le but est double : diminuer le plaisir lié au mordillage, mais aussi aider le patient à prendre conscience de son comportement. Ainsi on ne se ronge plus les ongles sans y penser. Aujourd’hui, cette méthode est détrônée par les thérapies comportementales et cognitives, qui unissent plusieurs approches pour se débarrasser des mauvaises habitudes : prendre conscience du comportement, mais aussi maîtriser ses émotions et ses pensées, remplacer le comportement problématique par un autre qui serait acceptable, etc.

Quoi qu’il en soit, les solutions efficaces sont recherchées activement : entre 21 et 25 ans, 96% des hommes touchés souhaitent arrêter de ronger leurs ongles, tout comme 69% des femmes.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Mercredi 11 Mars 2015 : 12h59
Mis à jour le Lundi 24 Avril 2017 : 12h00
Source : Etude IPSOS 2015 commandée par Raylex.
Pacan, P. et al., Acta Derm Venereol. 2014 Nov;94(6):703-6. doi: 10.2340/00015555-1817.
Reddy, S. et al., J Oral Maxillofac Pathol. 2013 May;17(2):163-8. doi: 10.4103/0973-029X.119743.
A lire aussi
Affections des ongles Publié le 31/05/2001 - 00h00

Si certains négligent leurs ongles, d'autres en prennent grand soin, comme en témoigne le secteur de l'esthétique et de la manucure.Mais il faut garder à l'esprit que la fonction première des ongles est de protéger les doigts et les orteils.De plus, les ongles sont un reflet de la santé...

Tabagisme : sauvons les jeunes femmes ! Publié le 13/06/2000 - 00h00

La récente journée de mobilisation contre le tabac (31 mai) aura eu le mérite de donner la parole à tous ceux qui luttent contre ce fléau et de faire réfléchir sur les chiffres de l'épidémie.

Quand se ronger les ongles devient handicap Publié le 11/06/2003 - 00h00

Se ronger les ongles, parfois jusqu'au sang, n'est pas sans conséquence, notamment sur le plan social. A côté des traitements locaux, pas toujours très efficaces, les thérapies comportementales méritent d'être connues.

Plus d'articles