Scoliose et cartable, mythe ou réalité ?

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Mercredi 07 Octobre 2015 : 11h23
Mis à jour le Jeudi 08 Octobre 2015 : 14h59
-A +A

Les cartables trop chargés de nos écoliers ont une mauvaise réputation, totalement injustifiée, vis-à-vis de la scoliose. Néanmoins, un tel poids est aberrant sur une colonne vertébrale en pleine croissance mais aussi parce que de nombreux enfants souffrent sans le savoir de la maladie de Scheuermann, qui comporte parfois une scoliose. Légère ou sévère, dans tous les cas elle peut être aggravée par le port de lourdes charges.

Cartable et scoliose, un mythe qui a la vie dure

Scoliose, la faute au cartable ? Absolument pas. Cette déviation définitive et structurée de la colonne vertébrale se fait dans les trois plans de l’espace en particulier avec la rotation des vertèbres. La (ou les) gibbosité (déformation du thorax) est visible très facilement en faisant pencher l’enfant en avant. Elle ne doit pas être confondue avec l’« attitude scoliotique » des enfants qui se tiennent mal ; cette mauvaise posture n’est due en réalité à aucune déformation structurée de leur colonne vertébrale et disparaît en position couchée.

Dr Catherine Marty, rhumatologue (Hôpital Raymond Poincaré, Garches) : « Les études sont formelles : le port du cartable ou d’une charge lourde en général ou même la mauvaise posture des enfants à leur pupitre ou dans la vie quotidienne n’est pas responsable de scoliose, ni n’aggrave une scoliose déjà existante ! En revanche, ils peuvent ressentir des douleurs musculaires entre les omoplates et/ou à la jonction entre le dos et les cervicales en raison des contraintes exercées par les sangles du cartable qui sont souvent non adaptées à un poids lourd. S’ils n’ont pas le choix, il vaut mieux qu’ils prennent un sac à dos de randonnée avec une sangle au niveau de la taille. Un cartable à roulettes n’est pas l’idéal car il impose au dos une traction asymétrique. »

80% des scolioses – idiopathiques (dont on ne connait pas la cause) - sont d’origine génétique. Environ 3% des enfants et adolescents (dont environ 80% de filles) en souffrent. La scoliose est présente dès le tout jeune âge et peut s’aggraver à la puberté. Le port du cartable n’est pas la cause de la scoliose mais comme pour tout enfant, l’augmentation persistante de charges sur des vertèbres et disques en croissance peut entraîner des lésions. De multiples travaux de recherche sur des mécanismes neuro-hormonaux avec une susceptibilité génétique sous-jacente n’ont rien donné. Une étude récente a individualisé un gène impliqué (POC 5) (1). D’autres types de scolioses sont secondaires (malformations congénitales, tumeurs du rachis, cause infectieuse ou neurologique comme un spina bifida etc.). La scoliose idiopathique de l’enfant ou adolescent est en général non douloureuse. En cas de douleurs persistantes, il faut rechercher une scoliose secondaire.

Le cartable, proscrit en cas de maladie de Scheuermann

En revanche, le port de cartable et de toute charge lourde est absolument interdit dans la maladie de Scheuermann, responsable de cyphoses (la bosse du dos) avec souvent une petite scoliose "secondaire" associée. Méconnu, ce trouble de croissance des vertèbres pendant l’enfance est pourtant assez fréquent, retrouvé chez 60 % des enfants dans sa forme minime, chez 7% dans sa forme thoracique classique (chiffres inconnus pour les formes lombaires et thoraco-lombaire, les plus problématiques). C’est une maladie du complexe disque-vertèbre dont la cause n’est pas connue. La maladie de Scheuermann a une composante génétique mais aussi mécanique. C’est pourquoi la déformation vertébrale peut être favorisée et même aggravée par le port de charges lourdes dans l’enfance, à l’adolescence et jusqu’à l’âge adulte. Le surpoids/obésité et les efforts trop fréquents comme le sport de haut niveau peuvent favoriser la maladie.

Dr Marty : « A l’école, tous les enfants atteints de la maladie de Scheuermann même légère doivent obtenir de leur médecin traitant ou du rhumatologue un certificat médical systématique pour avoir le double des livres à l’école et à la maison, des casiers sur place et être dispensés de sports comme l’acrosport (gymnastique acrobatique) ».

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Mercredi 07 Octobre 2015 : 11h23
Mis à jour le Jeudi 08 Octobre 2015 : 14h59
Source : (1)   J Clin Invest. 2015 Mar 2;125(3):1124-8.
 D’après un entretien avec le Dr Catherine Marty-Poumarat, rhumatologue, spécialiste rachis enfant et adulte (PH à l’Hôpital Raymond Poincaré, APHP, Groupe Rachis Garches), experte auprès de la Haute Autorité en Santé (HAS) sur la scoliose évolutive.
A lire aussi
Lombalgies Publié le 19/02/2003 - 00h00

La lombalgie correspond à une douleur de la région lombaire dans la partie basse du dos.Elle est dite « commune » lorsqu’elle n’a pas de cause inflammatoire, traumatique, tumorale ou infectieuse (90% des cas de lombalgie).6 millions de Français consultent chaque année pour lombalgie....

Surveillez régulièrement le dos de votre enfant Publié le 26/08/2004 - 00h00

Tout au long de la croissance, il faut surveiller de près le dos d'un enfant. A la moindre anomalie, il convient de consulter un chirurgien orthopédiste qui, s'il diagnostique bien un trouble de la croissance, la prendra en charge.

Sciatique Publié le 05/03/2003 - 00h00

La sciatique est une inflammation du nerf sciatique, généralement due à l'irritation d'une de ses racines.

Plus d'articles