jean
Portrait de cgelitti
Une de mes amies se bat pour le projet scolaire de sa fille, handicapée. C'est un combat difficile.

Pensant que les choses seraient plus simples, elle l'a inscrite depuis cette année dans un collège privé en région parisienne.

Le projet scolaire précise que sa fille doit bénéficier entre autre d'un tiers de temps supplémentaire pour les évaluations écrites.

A priori, cela n'est pas possible par rapport à l'emploi du temps.

La deuxième solution était donc d'appliquer un barême "spécial" pour ne pas que la petite soit pénalisée. En effet, elle a des difficultés pour écrire et du coup est un peu plus lente que les autres élèves.

Mais là, non plus, ce n'est pas possible. Les profs ne veulent rien entendre.

Après plusieurs RDV avec le Directeur de l'établissement et les Profs, rien ne bouge. Du coup la petite se retrouve avec des notes qui ne reflètent absolument pas ses capacités. La petite est découragée bien qu'elle se donne beaucoup de mal pour s'accrocher et la maman est à bout de force, elle ne sait plus vers qui se tourner pour se faire entendre.

Si vous avez connu une situation similaire et avez trouvé des solutions, tenez-moi au courant.

Un grand merci d'avance

Carole
Portrait de cgelitti
Mon amie est-elle la seule à connaitre ses difficultés avec l'éducation nationale ??
emili
Portrait de cgelitti
La loi de 2005 et son application prévoit que les professeurs appliquent le projet pour l'enfant.
C'est un devoir qui en aucun n'est discutable depuis le 1er janvier 2006.
Le professeur référent, lors des réunions définissant le projet, est chargé également du suivi de la mise en oeuvre du projet pour l'enfant.
Carole
Portrait de cgelitti
C'est vrai Emilie mais vous savez sans doute comme moi que entre la Loi de 2005 et la réalité, le fossé est grand....
L'éductaion nationale fait très peu d'effort pour aider à l'intégration de ces enfants, les profs proposent une AVS mais cela est loin de résoudre tous les problèmes et d'ailleurs je me pose la question, l'AVS est-elle proposée pour le confort de l'enfant ou celui de l'enseignant ???
jean
Portrait de cgelitti
Bonsoir Carole, J'ai un fils hémiplégique, qui est scolarisé en milieu ordinaire, et qui est pénalisé par une lenteur d'exécution - Sachez qu'il bénéficie des tiers temps supplémentaires - Il faut saisir la MDPH (ex CDES ou COTOREP) et demander à ce que le tiers temps supplémentaire auquel sa fille a droit soit mentionné sur une décision de la commission - A partir de là , un rdv avec le chef d'établissement doit permettre ensuite de résoudre le problème - Il faut faire cette procédure en début d'année , les profs seront de ce fait sensibilisés - Battez vous , il n'y a pas de raison
Carole
Portrait de cgelitti
C'est vrai Emilie mais vous savez sans doute comme moi que entre la Loi de 2005 et la réalité, le fossé est grand....
L'éductaion nationale fait très peu d'effort pour aider à l'intégration de ces enfants, les profs proposent une AVS mais cela est loin de résoudre tous les problèmes et d'ailleurs je me pose la question, l'AVS est-elle proposée pour le confort de l'enfant ou celui de l'enseignant ???
Sujet vérouillé