Ce billet fait partie du blog "Le blog de Paule Neyrat".

Savez-vous comment le chocolat est élaboré ?

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Dimanche 30 Novembre 2014 : 22h23
Mis à jour le Lundi 01 Décembre 2014 : 10h03
-A +A

Quand vous croquez un morceau de chocolat, avez-vous jamais pensé au chemin parcouru depuis le cacaoyer qui l’a produit jusqu’à votre bouche ? 

Deux fois par an, les producteurs cueillent les cabosses, les fruits du cacaoyer. Ils ressemblent à un petit ballon de rugby.

Ces cabosses sont fendues avec un couteau et on en extrait, à la main, de 25 à 50 fèves.

Ensuite, les fèves sont mises à fermenter pendant 5 à 7 jours. Les méthodes sont différentes d’un pays à l’autre : dans des paniers, en tas, en caisses sur des plateaux.

Les fèves de cacao sont ensuite mises à sécher pendant plusieurs jours, le plus souvent au soleil, parfois dans des séchoir, Tout ça est fait sur place.

Une fois séchées, les fèves partent dans les chocolateries. Là, elles sont nettoyées, triées et de nouveau séchées. Puis elles sont concassées et tamisées.

Les grains de cacao extraits des coques sont ensuite torréfiés et broyés. Cela donne une pâte liquide appelée « masse de cacao » ou « pâte de cacao » ou encore « liqueur de cacao » et qui est ensuite affinée dans des broyeurs à meule.

Cette pâte de cacao contient 50% de matière grasse environ.

Soit elle est gardée telle quelle pour servir à la fabrication du chocolat.

Soit elle est chauffée pour la liquéfier : on en extrait le beurre de cacao (ensuite filtré et refroidi) et un tourteau qui est concassé, broyé et réduit en une fine poudre qui est le cacao.

Pour fabriquer le chocolat, la pâte de cacao est mélangée avec du sucre (et du lait pour le chocolat au lait), broyée, puis conchée, c'est-à-dire brassée et malaxée à chaud dans de grandes cuves. La durée du conchage, de 24 à 72 heures, est déterminante pour la qualité du chocolat.

On y ajoute plus ou moins de beurre de cacao ou malheureusement de graisse végétale, parfois des émulsifiants.

Elle est ensuite tempérée entre 28 et 31°C pour que le beurre de cacao puisse se cristalliser et donner sa couleur brillante au chocolat. Puis elle est moulée, refroidie et démoulée en tablettes.

Paule

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Dimanche 30 Novembre 2014 : 22h23
Mis à jour le Lundi 01 Décembre 2014 : 10h03
Ce billet fait partie du blog : Le blog de Paule Neyrat
A lire aussi
Dans votre assiette : le chocolat Publié le 24/12/2002 - 00h00

Beaucoup qualifient le chocolat d'aliment magique et ils n'ont peut-être pas tort. En tout cas, il a toujours soulevé les passions. Mais on lui attribue souvent à tord des vertus ou des défauts qu'il n'a pas.

Pas de fêtes sans chocolat Publié le 27/11/2014 - 09h14

Que le chocolat soit absent des fêtes de fin d’année, c’est absolument impensable. Il est de tradition d’en offrir et il est hors de question que vous y échappiez !Pourquoi ne pas fabriquer vous-même ces chocolats ?Ca n’est pas vraiment difficile et cela vous reviendra beaucoup moins...

Chocolat : quelle est la bonne dose santé ? Publié le 26/11/2012 - 10h20

Pendant des siècles, le chocolat a été un produit de plaisir et de gourmandise, souvent considéré comme un "péché" nutritionnel. Le voilà maintenant au rang d'aliment protecteur de la santé presque comme les légumes et les fruits. Qu'en est-il exactement ?  

Plus d'articles