SAS au volant, accident au tournant !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 27 Juillet 2009 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 03 Août 2016 : 16h09
-A +A

Le syndrome d'apnées du sommeil (SAS) est une maladie respiratoire du sommeil peu connue du grand public. Pourtant, cette affection est fréquente et elle expose à un risque accru d'accidents cardiovasculaires, vasculaires cérébraux ou encore de diabète. Mais ce n'est pas tout, le SAS rend aussi somnolent et accroît ainsi le risque d'accident de la route chez les conducteurs... Alors si vous devez prendre le volant cet été, faites le test.

Et si c'était un syndrome d'apnées du sommeil ?

Ronfler la nuit et somnoler la journée peut révéler un syndrome d'apnées du sommeil (SAS). Ce serait le cas de 5 à 7% de la population. Pourtant, seules 400.000 personnes sont traitées. Autrement dit, une large proportion de sujets victimes d'apnées du sommeil ne sont pas diagnostiqués et n'ont donc pas conscience des conséquences encourues. Certes, les apnées du sommeil augmentent le risque de certaines maladies et d'accidents cardiovasculaires, mais également la fatigue et la somnolence pendant la journée. Résultat : le risque d'accidents de la vie courante est augmenté, notamment les accidents professionnels et les accidents de la route.

À quoi correspond exactement un syndrome d'apnées du sommeil (SAS) ?

Les apnées du sommeil correspondent à de multiples et brefs arrêts respiratoires pendant le sommeil. Souvent, après chaque arrêt respiratoire, la reprise de la respiration est bruyante et à l'origine d'une sorte de ronflement. Les arrêts peuvent se reproduire 30 à 500 fois par nuit et durer entre 60 et 90 secondes. Leur origine est un relâchement des muscles qui contrôlent la langue et le voile du palais et qui ne permettent plus de maintenir les voies aériennes supérieures ouvertes.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 27 Juillet 2009 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 03 Août 2016 : 16h09
Source : Dossier de presse de la FFAAIR (Fédération française des associations et amicales de malades insuffisants ou handicapés respiratoires), été 2009.
A lire aussi
Les ronflements : énervants, inquiétants ? Publié le 27/12/2000 - 00h00

Problème quotidien s'il en est, les ronflements prêtent plutôt à sourire vus de l'extérieur. Pourtant, ils sont une source de désagrément et peuvent même révéler un syndrome d'apnées du sommeil (SAS), pathologie aux conséquences vasculaires parfois graves.

Plus d'articles