Santé : les maladies se vivent différemment au masculin ou au féminin

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Dimanche 25 Septembre 2016 : 11h55
Mis à jour le Lundi 26 Septembre 2016 : 10h27

Les différences entre les hommes et les femmes ne sont pas uniquement liées aux hormones et au formatage par les stéréotypes de genre. Les  spécificités biologiques comptent aussi mais elles sont sous-estimées. L’Académie de Médecine alerte sur la nécessité de prendre en compte ces particularités entre masculin et féminin, pour mieux soigner.

Différences masculin féminin : arthrose chez les filles, autisme chez les garçons

Savez-vous que les femmes ont plus de maladies auto-immunes que les hommes ? A l’inverse, ces derniers sont davantage touchés par l’autisme et les maladies neuro-développementales...

Hommes et femmes ne sont pas identiques, on le sait. Le sexe féminin est déterminé par les chromosomes XX et le sexe masculin par les chromosomes XY. Cette différence n’est pas sans conséquence.

Selon Peggy Sastre, auteur de « Le sexe des maladies » (1),une étude sur des souris mâles et femelles (2),publiée en juillet 2006, montre que « 72% des gènes actifs dans le foie, 68 % dans les cellules graisseuses, 55,4 % dans les muscles et 13,6 % dans le cerveau » s’expriment à des degrés divers selon le sexe.

Médecine différenciée : la France en retard

Pour autant, excepté en matière de reproduction, ces caractéristiques biologiques différenciant le féminin du masculin ne sont pas prises en compte par le corps médical. Une situation anormale, selon l’Académie de Médecine qui recommande de former les professionnels de santé à une médecine différenciée et d’adapter les traitements en fonction du genre. C’est déjà le cas en Allemagne ou en Suède où, pour certaines pathologies, hommes et femmes ne sont pas pris en charge dans le même service. « En France, nous avons dix ans de retard », regrette le Pr Claudine Junien, généticienne et membre de l’Académie.

Infarctus au masculin ou au féminin: des symptômes différents

Ce sont surtout les femmes qui en font les frais.

Exemple : longtemps considéré comme une maladie d’hommes, l’infarctus du myocarde est sous-diagnostiqué chez elles. Chez environ la moitié des patientes, les symptômes du genre féminin se traduisent par des nausées et des douleurs dans le ventre plus que par une douleur intense au thorax et au bras gauche. Résultat : l’électrocardiogramme est réalisé plus tardivement.

Autre exemple : la localisation du cancer colorectal diffère également entre les deux sexes…

Les femmes ne réagissent pas, non plus, de la même manière aux médicaments : des études démontrent qu’il suffirait d’une demi-dose de vaccin contre la grippe pour qu’elles soient protégées de la maladie. D’autres indiquent que l’aspirine protège mieux les messieurs de la crise cardiaque et les dames de l’AVC.

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Dimanche 25 Septembre 2016 : 11h55
Mis à jour le Lundi 26 Septembre 2016 : 10h27
Source : « La recherche scientifique et la médecine ne peuvent plus ignorer les différences biologiques entre les sexes », conférence de presse, Académie de Médecine, Paris, 23 juin 2016.
(1) « Le sexe des Maladies », édition Favre, 2014.
(2) Dans Genome Research.
A lire aussi
Cosmétiques : la peau des hommes Publié le 12/12/2016 - 10h54

Elle a la même apparence, elle semble avoir la même consistance et des besoins identiques et pourtant… la peau des hommes diffère de celle des femmes. Avec l’arrivée d’une offre spécifique, finie la "clandestinité cosmétique", ces hommes qui utilisent les produits hydratants de leur...

Ostéoporose masculine : contrée par les oestrogènes ? Publié le 26/02/2001 - 00h00

L'ostéoporose n'est pas un phénomène observé exclusivement chez les femmes. Les hommes sont aussi concernés par cette fragilisation progressive de la masse osseuse. En revanche, si le rôle du statut hormonal dans le déterminisme de l'ostéoporose féminine est aujourd'hui bien élucidé, il...

Plus d'articles