Salaisons

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Lundi 25 Février 2002 : 01h00
Mis à jour le Lundi 06 Août 2007 : 02h00
-A +A
Les salaisons occupent toujours une place très importante dans la charcuterie. Le sel est un des plus anciens moyens de conservation qui a perduré au fil des siècles. Très tôt les hommes ont découvert ses propriétés antibactériennes. La viande était rare : ils ont donc enfoui ce fragile aliment dans des récipients en les mélangeant dans des couches de sel ou en les noyant dans une saumure, tout cela les protégeant de l'air qui favorise aussi le développement des bactéries.

Principe de la salaison

On sale surtout des morceaux de porc (palette, jambonneau, échine, poitrine, etc.). Le dessalage avant leur emploi est la plupart du temps nécessaire. Des sels nitrités (nitrates) sont obligatoirement utilisés de façon à neutraliser complètement la prolifération de microbes particulièrement dangereux comme les staphylocoques, source fréquente d'intoxications alimentaires et le bacille botulique qui développe une toxine anaérobie (sans air) s'attaquant au système nerveux et pouvant conduire à la mort. Le sel intervient aussi sur la solubilisation d'une partie des protéines de la viande de porc, ce qui donne aux produits une tenue et un aspect satisfaisants. Les nitrates (E 249 à E 252) sont obligatoires mais à doses strictement contrôlées par la législation en vigueur. En revanche, les polyphosphates (E 450), stabilisants qui fixent les substances, dont l'eau et les couleurs, souvent employés pour améliorer l'aspect des produits et augmenter leur poids, ne le sont pas.Deux techniques sont employées : salage à sec et saumurage.

Salage à sec

Cette technique consiste à répandre régulièrement du sel à la surface de l'aliment. Cette salaison se déroule dans un saloir et à la main pour les produits artisanaux : la surface est frottée de sel plusieurs fois. Mais le salage à sec se fait le plus souvent avec une machine pour les produits industriels. Grâce à la propriété hygroscopique du sel, une grande partie de l'eau est éliminée de la chair. Cette technique s'applique aux jambons, aux saucissons et à certaines saucisses. Au bout de 4 à 8 semaines, ces produits sont relativement secs.

Guide: 

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Lundi 25 Février 2002 : 01h00
Mis à jour le Lundi 06 Août 2007 : 02h00
A lire aussi
Charcuterie Publié le 09/07/2001 - 00h00

La charcuterie a été inventée par les Romains : ils furent les premiers à utiliser entièrement le porc et à conserver sa viande. Cet animal a, grâce à eux, assuré une bonne partie de la nourriture des hommes pendant des siècles.

Saucissons secs Publié le 25/02/2002 - 00h00

Tout comme la baguette de pain - et parfois le béret ! - le saucisson sec est une icône bien française. La France regorge de saucissons, d'autres, venus de pays européens ont été parfaitement intégrés. C'est un produit toujours gras et à consommer avec modération.

Confits et rillettes Publié le 25/02/2002 - 00h00

Il n'y a pas que le confit de canard, propre au sud-ouest ! Le confit est en fait un très ancien moyen de conservation utilisant la graisse. Les morceaux de porc ou de volaille (oie, canard ou dinde) cuits dans de la graisse, sont mis en pot et recouverts de graisse. Celle-ci en se solidifiant...

Trois raisons de limiter la charcuterie Publié le 07/04/2008 - 00h00

Il est recommandé de limiter la consommation de charcuterie au minimum. La raison la plus évidente et la plus connue tient à sa forte teneur en matières grasses. Il en existe deux autres…

Plus d'articles