Rugbymen, attention à votre rachis cervical !

Publié par Dr Hakim Chalabi le Lundi 06 Novembre 2000 : 01h00
L'évolution actuelle de la pratique du Rugby Professionnel et la récente médiatisation d'accidents graves du rachis cervical au rugby imposent une réflexion plus approfondie de la situation. En effet, le passage de deux à trois entraînements par semaine à 8-10, l'intensité du rythme de jeu, et la violence des impactes en rapport avec une vitesse et une masse musculaire croissantes, peut pousser le Rugby Professionnel sur un terrain à risque notamment pour le rachis cervical des premières lignes. Pour autant, on pourrait croire que les accidents graves du rachis cervical sont l'apanage des joueurs professionnels, il n'en est rien, et l'on constate que les accidents neurologiques graves, se retrouvent en grande partie dans le rugby amateur.

L'enquête menée par la Fédération Française de Rugby en 1998, quantifiait à 15% le pourcentage des liaisons du rachis, chiffre pouvant être considéré comme non élevé mais dont l'évolution par rapport aux années précédentes reste spectaculaire.Les mécanismes lésionnels du rachis cervical sont le plus souvent occasionnés lors des entrées en mêlée ou des effondrements de mêlée. Ceci a été à l'origine des modifications de certaines règles par la Fédération Internationale de Rugby : plus de poussée en mêlée lors de l'expulsion d'une première ligne, sanction lors d'un écroulement d'une mêlée …Chez les amateurs, on attribue la prévalence des accidents neurologiques à une meilleure préparation physique et chez les professionnels à un renforcement des muscles du maintien et à une protection plus adaptée du rachis cervical. Pour autant, une augmentation du nombre d'entraînement et de cette musculation intensive peut générer des pathologies dégénératives du rachis chez ces mêmes joueurs.

Une étude sur 47 rugbyman

Ainsi, le retentissement des traumatismes répétés du rachis cervical chez le rugbyman de première ligne a été étudié l'an passé grâce à la réalisation d'IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) systématique chez quarante sept rugbyman d'âge et de niveau différent.Ces joueurs n'avaient aucun symptôme douloureux au niveau du rachis cervical au moment de l'étude.Quatre groupes furent constitués : - sept cadets,- cinq juniors,- vingt et un seniors,- quatorze vétérans.Ainsi qu'un groupe témoin non rugbyman représentant quarante patients appariés par l'âge.

Les résultats sont édifiants :

- 66% des joueurs seniors ont des signes à l'imagerie, témoin d'une souffrance des vertèbres du rachis cervical, contre 3% du groupe témoin.- 66% des jeunes joueurs ont une disparition complète de leur moelle osseuse, témoin également d'une souffrance de l'os lui-même, contre 3% des sujets contrôles.- 83% des joueurs de plus de vingt et un ans ont des constructions osseuses dues aux micro traumatismes répétés que l'on qualifie d'ostéophyte contre 33% du groupe témoin. Ceci peut représenter un danger éventuel dans la pratique du rugby, notamment par des compressions de la moelle épinière.- On retrouve également des signes d'atteinte des disques inter-vertébraux à type de dégénérescence précoce dans 56% des cas, à type de pincement discale dans 71% des cas contre respectivement 15 et 17 % dans le groupe témoin.- On retrouve également une diminution notable du canal vertébral chez les joueurs de plus de vingt et un an que l'on qualifie de canal cervical étroit.

Publié par Dr Hakim Chalabi le Lundi 06 Novembre 2000 : 01h00
Source : Docteur Hakim CHALABI, Médecin du Stade Français CASG Rugby MOVENTIS. CLINIQUE DU SPORT PARIS. Age-related changes in the cervical spines of front-line rugby players. Berge J, Marque B, Vital JM, Senegas J, Caille JM., Am J Sports Med, 27, 4, 422 - 429, 1999. Department of Neuroradiology, Hopital Pellegrin, Bordeaux, France.
A lire aussi
La ceinture lombaire en questionPublié le 15/09/2008 - 00h00

Certains sportifs ont pris l'habitude de se fixer une ceinture de maintien autour de la taille. Parfois contre l'avis de leur médecin. Qui a tort, qui a raison ?

Plus d'articles