Rougeole, Oreillons, rubéole, encore un effort !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 08 Octobre 2002 : 02h00
-A +A
Pour éradiquer ces maladies, la couverture vaccinale doit être de l'ordre de 95%. Or elle ne dépasse toujours pas les 84%. La France piétine avec cette couverture insuffisante qui augmente les risques de complications des sujets non-vaccinés et d'épidémie. Parents, protégez vos enfants maintenant !

Pour enfin se débarrasser de ces trois maladies « bénignes, sauf quand c'est grave », la Caisse Nationale d'Assurance Maladie se lance à nouveau dans une campagne afin de sensibiliser les parents.

Des risques de plus en plus graves

Les petits français non-vaccinés sont en situation potentiellement dangereuse. Ils risquent de faire une maladie plus tardive et donc bien plus grave ! En effet, si durant l'enfance ces infections sont dans la majorité des cas bénignes, elles se révèlent très dangereuses chez l'adulte. Notons que l'âge moyen d'infection par le virus de la rougeole se situe maintenant vers 10-15 ans, alors qu'il était auparavant vers 5 ans. De même, la proportion de sujets de plus de 10 ans atteints par cette maladie est passée de 13% en 1985 à 35% en 2000, entraînant des risques de complications neurologiques et pulmonaires. Des cas de rubéole continuent à être identifiés chaque année chez les jeunes de 20 ans et chez les femmes enceintes (avec un risque de malformation congénitale pour les nouveaux nés). La rougeole n'est pas non plus toujours anodine : elle peut provoquer des otites, des pneumonies et des atteintes neurologiques, dont une qui se révèle mortelle des années après avoir développé une banale rougeole.

Parents encore réticents :

  • Sachez qu'il n'existe aucun traitement spécifique de ces maladies et que les complications augmentent fortement avec l'âge.
  • Seule la vaccination permet de se protéger et de protéger les autres !
  • Les effets secondaires de la vaccination sont rares, sans gravité et disparaissent rapidement sans séquelles. Certes, des complications plus sérieuses existent (réaction allergique, encéphalite, thrombopénie), mais elles sont extrêmement rares : 1 cas pour 30.000 sujets vaccinés.
  • La responsabilité du vaccin contre la rougeole dans la survenue de l'autisme n'a pas été scientifiquement établie.
  • La vaccination ne diminue pas les défenses immunitaires de l'enfant.
  • Les contre-indications sont exceptionnelles.
  • Et enfin, le vaccin ROR est gratuit jusqu'à l'âge de 13 ans : 1ère injection à partir de 12 mois, 2e entre 3 et 6 ans, rattrapage entre 11 et 13 ans.
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 08 Octobre 2002 : 02h00
Source : Campagne nationale 2002 " Rougeole, Oreillons, Rubéole, c'est bénin sauf quand c'est grave ", CNAMTS (Caisse Nationale d'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés) et INPES (Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé).
A lire aussi
Rougeole, oreillons, rubéole : pas de risques inutiles Publié le 20/11/2006 - 00h00

Chaque année, le gouvernement réitère sa campagne d'incitation à la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. Trois raisons majeures à cela : 1) rappeler aux parents que ces maladies infantiles sont parfois très graves ; 2) faire prendre conscience aux Français que ces...

Le vaccin contre la varicelle est arrivé ! Publié le 10/11/2004 - 00h00

La varicelle, maladie infantile la plus contagieuse, est bénigne dans 95% des cas. Cependant, elle peut parfois se révéler redoutable, voire fatale. Après une expérimentation très concluante aux Etats-Unis, le vaccin contre la varicelle est désormais disponible dans les pharmacies...

Rougeole, oreillons et rubéole, l'inquiétude monte... Publié le 29/03/2005 - 00h00

Depuis de nombreuses années, la couverture vaccinale contre la rougeole, la rubéole et les oreillons reste insuffisante. Cette année, à travers une campagne de sensibilisation plutôt « agressive », l'assurance maladie monte le ton : on ne parle plus de maladie bénigne, mais de graves...

Plus d'articles