Rosacée : diagnostic tardif

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 07 Janvier 2008 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 17 Mars 2016 : 18h40
-A +A
En fonction de sa sévérité, la rosacée se décline en différents stades. Or on constate que les personnes atteintes de rosacée ne consultent leur médecin que lorsque leur maladie a atteint un stade avancé, et ce, malgré le préjudice esthétique parfois très important dès le stade 1 ou 2.

Six millions de rosacée en France

La rosacée est une maladie sous diagnostiquée. En France, on estime que 10% de la population est touchée par cette affection. Or il s'agit d'une moyenne qui cache de fortes disparités. La rosacée est une maladie des peaux claires, dont la prévalence est plus élevée dans le nord de la France que dans le sud, notamment dans la région nord et en Bretagne.

Pourquoi les personnes atteintes de rosacée ne consultent pas ?

Parce que la majorité des personnes concernées sont atteintes d'une rosacée de stade 1 ou 2. Le stade 1 se caractérise par des bouffées vasomotrices au niveau du visage, particulièrement sur le nez et les pommettes, avec une sensation de chaleur, de brûlures et/ou de picotements. Les bouffées durent au minimum 5 minutes et peuvent être déclenchées par divers facteurs comme l'exposition au soleil, la consommation d'alcool, l'ingestion de boissons chaudes... Au stade 2, les rougeurs sur le visage deviennent permanentes et s'accompagnent souvent de couperose (vaisseaux sanguins affleurants).

Les répercussions sociales et professionnelles peuvent être très importantes, notamment parce que la rosacée et la couperose sont fréquemment mises sur le compte d'une consommation excessive d'alcool, alors que les sujets concernés font plutôt partie de ceux qui évitent l'alcool car ils savent bien que les boissons alcoolisées représentent un puissant facteur déclenchant de rosacée.

Au stade 1 ou 2, très peu de personnes consultent leur médecin pour ce problème esthétique pouvant cependant être très important. Dans la majorité des cas, les patients se tournent vers l'alternative cosmétique, qui consiste à camoufler les rougeurs par du maquillage.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 07 Janvier 2008 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 17 Mars 2016 : 18h40
Source : Les Rendez-vous du Quotidien du médecin, 1er février 2007.
A lire aussi
Rosacée : une maladie de peau qui gâche la vie Publié le 13/03/2006 - 00h00

La rosacée est une maladie de la peau fréquente qui touche près de 10% de la population active. Principalement caractérisée par des rougeurs du visage et de petits vaisseaux apparents, la rosacée n'est pas attribuable à l'alcoolisme, contrairement à une idée répandue. Elle exerce un impact...

Couperose : arrêtez de passer au rouge ! Publié le 04/02/2011 - 08h53

Dilatation permanente des petites veines superficielles sur le visage, une couperose non traitée peut rapidement devenir disgracieuse. Comment l’éviter ? Et une fois installée, comment la traiter ?

Rosacée, ôtez-moi ces rougeurs sur le visage ! Publié le 05/02/2007 - 00h00

La rosacée est une maladie qui se traduit par des rougeurs plus ou moins intenses sur le visage. Les personnes qui souffrent de cette affection inesthétique doivent savoir que des traitements existent. Quant aux autres, il faut les informer que ces rougeurs et autres petits vaisseaux dilatés ne...

Rosacée : les facteurs aggravants, les facteurs déclenchants Publié le 05/03/2007 - 00h00

La rosacée est une maladie très fréquente mais méconnue du grand public. Mais pour les médecins, cette maladie garde aussi une part de secret. Toutefois, les facteurs déclenchants et aggravants de la rosacée sont aujourd'hui de mieux en mieux connus.

Plus d'articles