pieteprater
Portrait de cgelitti
LA PLUPART DES TRAITEMENTS DE L'ACNÉ SONT PEU EFFICACES

Il existe plus de 150 préparations ne nécessitant pas d'ordonnance pour le traitement de l'acné. La plupart d'entre elles contiennent du péroxyde de benzol, qui élimine une partie de l'huile et peut soulager certains patients. Votre adolescent a avantage à utiliser ces préparations, même si elles ne sont pas très utiles, et à éviter les traitements prescrits par les médecins qui sont plus dangereux, mais ne marchent pas mieux. Durant mes années de pratique, j'ai vu des médecins traiter les victimes de l'acné avec des antibiotiques (tétracyclines, érythromycine), de la vitamine A en dose massive (et dangereuse), des tablettes de sulfate de zinc, de la cortisone, des injections d'acétonide de triamcinolone pour drainer les lésions, des hormones, des rayons ultraviolets, des lotions contenant du soufre, du thiosulfate de sodium, de l'acide salicylique, l'abrasion de la peau (mécanique ou chimique), les traitements au rayons X et même - c'est incroyable - la chirurgie gynécologique. .. Et après cela, certains médecins osent encore traiter les nutritionnistes de charlatans!

Il y a vingt ans, des dizaines de milliers de victimes de l'acné ont subi des traitements radiothérapiques dans l'espoir d'être guéris. J'ai même prescrit moi-même ce traitement. Les résultats de ce choix dangereux et irrationnel sont visibles aujourd'hui où l'on assiste à une réelle épidémie de tumeurs de la thyroïde (dont certaines sont cancéreuses), chez les individus exposés à l'irradiation pour le traitement d'une acné ou d'autres affections.

Les pédiatres et les dermatologues ont abandonné aujourd'hui la radiothérapie dans le traitement de l'acné, mais ils l'ont remplacée par des traitements tout aussi inefficaces et dangereux. Ils se servent de différentes sortes de tétracyclines, alors que l'utilisation prolongée de cet antibiotique peut rendre l'organisme de votre enfant plus vulnérable à des infections sérieuses. Les tétracyclines éliminent les bactéries de protection qui sont dans l'organisme et ouvrent la voie à des infections graves qu'on voyait très rarement il y a 30 ou 40 ans. Données à de jeunes enfants, elles peuvent colorer leurs dents en jaune de façon permanente et, même, atteindre la structure osseuse.

On conseille également aux adolescents l'abrasion de la peau à l'aide de papier de verre, de brosses ou d'autres matériels abrasifs qui éliminent la couche cutanée cicatricielle. L'efficacité de ce traitement n'a jamais été établie; une étude faite en 1977 par Un chercheur au collège de médecine de Houston's Bavlor a montré que « le traitement des cicatrices de l'acné par l'abrasion cutanée classique est décevant. Il peut même être complètement inutile et souvent accompagné par des séquelles indésirables ».

QUE PENSER DE L'ACCUTANE* ?

(* En France et en Suisse, l'Accutane existe sous le nom de Roaccutane. (N.d.T.))

Le dernier-né des traitements de l'acné est un dérivé de la vitamine A, l'acide cisrétinoïque, qu'on peut obtenir aux Etats-Unis sur ordonnance depuis septembre 1982, sous le nom d'Accutane. On a estimé que les médecins ont prescrit 60.000 fois ce médicament durant les deux premiers mois où il a été sur le marché.

L'accutane provoque tant d'effets secondaires effrayants que des dermatologues réputés sont extrêmement réservés sur son emploi. Mais d'autres le prescrivent avec la même légèreté que les traitements radiothérapiques qu'ils prescrivaient il y a 20 ans, sans informer leurs patients sur les conséquences possibles.

Les risques et les effets secondaires sont importants. Le Bulletin de la FDA a signalé que l'Accutane produit une inflammation des lèvres chez plus de 90% des patients qui l'utilisent. 80% des patients présentent une sécheresse de la peau ou des muqueuses, 40% une conjonctivite et près de 10% une éruption ou une perte de cheveux. 5% voient peler la paume de leurs mains et la plante de leurs pieds ou sont sujets à des infections de la peau, avec une sensibilité augmentée à la lumière solaire.

Je compatis de tout mon c?ur avec les adolescents qui sont affligés d'acné et avec les parents sensibles et aimants qui partagent avec leurs enfants les conséquences émotionnelles et psychologiques de cette affection. Je comprends également fort bien les adolescents qui courraient n'importe quel risque pour voir dans leur miroir un visage lisse et sans marque.

Mais il vous faut considérer les conséquences potentielles, à court et à long terme, de ces traitements, car on découvre un nouvel effet secondaire presque chaque jour. Si votre adolescent souffre d'acné, pesez bien les risques et les bénéfices de l'Accutane, et voyez si les bénéfices valent les risques. Pour pouvoir prendre votre décision, vous devez connaître tous les risques, pas seulement les plus apparents qui se sont révélés chez la plupart des consommateurs du médicament. Je doute que votre médecin vous donne cette information dans tous ses détails et je vais donc vous la donner moi-même.

A vous, ensuite. de décider si vous et votre enfant êtes disposés à choisir un miracle à court terme au prix d'un désastre potentiel à long terme.

Les informations contenues sur l'emballage de l'Accutane révèlent qu'il n'agit pas seulement sur la peau, mais que des concentrations élevées du produit se retrouvent dans plusieurs tissus de l'organisme. Des études expérimentales montrent qu'après sept jours, la substance se retrouve dans le foie, l'uretère, les surrénales, les ovaires et les glandes lacrymales. Il y a également des effets sur le sang: 25% des patients accusent une élévation des triglycérides plasmatiques, 15% une diminution des lipoprotéines de haute densité et 71% une augmentation du taux de cholestérol. Ces trois facteurs sont d'une importance vitale dans le développement des maladies cardio-vasculaires. Cette perspective est si inquiétante que le fabricant d'Accutane recommande « un examen du taux des lipides (sanguins) avant le début du traitement, puis chaque semaine ou chaque quinzaine, jusqu'à ce qu'on ait établi la réaction du sujet au médicament. »

L'Accutane ne touche pas seulement les éléments lipidiens du sang, mais 40% des patients ayant reçu ce médicament ont montré une autre anomalie difficile à expliquer. I3% avaient un taux de plaquettes augmenté, ce qui peut avoir des conséquences sur la coagulation. 10 à 20% avaient une diminution du nombre de globules rouges ou de globules blancs, des globules blancs dans les urines ou des taux anormaux d'enzymes dans le sang. D'autres utilisateurs de l'Accutane (moins de 10%) avaient des protéines ou des globules rouges dans l'urine et des taux élevés de sucre dans le sang.

Dans des essais cliniques, cinq patients traités avec l'Accutane pendant plus de deux ans ont montré des anomalies du squelette: trois adultes souffraient de dégénérescences de la colonne vertébrale et deux enfants montraient des signes radiologiques de soudure prématurée des épiphyses. Ce dernier point est particulièrement préoccupant pour les adolescents, car l'épiphyse est la partie de l'os qui reste habituellement non soudée jusqu'à ce que la croissance du corps soit terminée. Une soudure prématurée empêchera l'enfant d'atteindre sa taille normale. Un autre indicateur de la croissance osseuse, le taux sanguin de la phosphatase alcaline est anormal chez 14% des patients traités à l'Accutane. Dans une autre étude, portant sur 72 patients ayant eu un examen ophtalmologique normal avant le traitement 5 ont développé, sous traitement, des opacités de la cornée.

Des expériences sur les chiens, montrant une dégénérescence des testicules et une diminution de la production de sperme lors de la prise d'Accutane, font particulièrement craindre pour les adolescents de sexe masculin.

RISQUES POTENTIELS POUR LES ADOLESCENTES

En laboratoire, l'Accutane donné à des femelles attendant des petits cause des malformations f?tales et cette observation est particulièrement préoccupante pour les adolescentes et pour les femmes. Chez les lapins, l'Accutane a un effet toxique sur l'embryon, entraînant un avortement spontané. Aucune étude sur l'Accutane n'a été faite sur des femmes enceintes, mais le fabricant s'inquiète des risques tératogènes (malformations f?tales). Voici ce qu'on peut lire sur la notice d'information qu'il fournit : « Ne pas prescrire d'Accutane aux femmes enceintes, ni à celles qui désirent une grossesse. Les femmes en âge de procréer ne devraient pas prendre d'Accutane si elles n'utilisent pas une forme de contraception efficace et devraient être clairement informées sur les risques potentiels pour le f?tus en cas de grossesse sous ce traitement. En cas de grossesse sous traitement, médecin et patient devraient discuter de l'opportunité de continuer ou non la grossesse.» Le fabricant est tellement inquiet de la possibilité de malformations f?tales, qu'il ajoute:« Après l'arrêt du traitement, il faut continuer la contraception pendant un mois ou jusqu'au retour de règles normales. »

Il est indéniable que l'Accutane diminue ou élimine les symptômes de l'acné chez la plupart des patients qui l'utilisent, mais son mécanisme d'action et la raison de ses nombreux effets secondaires ne sont pas connus. Les conséquences à long terme sont ignorées également, car le médicament est sur le marché depuis trop peu de temps. Si vous pensez à la multitude de dangers qu'il présente, son utilisation chez l'être humain est pour le moins discutable. Si un produit chimique comportant autant d'effets secondaires dangereux que l'Accutane était vendu comme produit de ménage. L'emballage porterait un crâne et deux fémurs en croix sur l'étiquette et, clairement imprimés, les mots: « Ne pas avaler ». Cependant, il existe des médecins qui le prescrivent sans explications.

C'est pour les parents une responsabilité énorme que de conseiller ou non à leurs enfants d'utiliser ce médicament. Un enfant souffrant d'acné sévère est terriblement tenté de négliger les risques de l'Accutane. De plus, les adolescents, plus que les adultes, ont tendance à envisager les désastres comme n'arrivant qu'aux autres et, également, à être séduits par les avantages immédiats d'une démarche plutôt que d'écouter leur bon sens. Le taux d'accidents de la circulation chez les adolescents et leur attirance pour les drogues reflè1ent cette tendance.

Il est donc probable qu'un adolescent souffrant d'un visage pustuleux ne tiendra pas compte des conséquences potentiellement néfastes de l'Accutane en raison de son désir de se «débarrasser à tout prix» de son problème. Il faut absolument que les parents aident leur enfant à réfléchir sérieusement.

Ma prudence actuelle est peut-être motivée par les remords d'avoir prescrit la radiothérapie il y a 30 ans à de nombreux patients atteints d'acné, mais je ne prescris l'Accutane à personne. Les risques connus me suffisent et Dieu seul sait quels autres effets secondaires à long terme seront encore découverts

PUB
PUB