????
Portrait de cgelitti
A tous ceux qui se disent "dépressifs".

A tous ceux qui reprochent des choses aux autres, à tous ceux qui croient que l'autre n'a pas réagi comme il aurait dû, à tous ceux qui croient que le sort s'acharne contre eux, à tous ceux qui se plaignent et qui sont plein de rancune ou de colère, à tous ceux qui se lamantent et souffrent en reportant toujours la responsabilté à autre chose, à tous ceux qui se lamentent sur le passé sans en sortir, qui se sentent prisonniers, à tous ceux qui sont fermés, énervés, je leur dis (et peu importe la cause) :

Votre blocage vous ne le devez qu'à vous-même. Vous vous êtes enfermés dans une vision de la vie malheureuse tout seul. Vous êtes le seul à voir le monde tel que vous le voyez et personne ne vous force à le faire. Vous en êtes seul responsable, et vous vous rendez malheureux pour rien.

Vous n'êtes coupable de rien vis à vis des autres, ni vis-à-vis de vos proches, ni de vous-même.

Vous êtes juste seul à vous rendre malheureux tout seul.

Arrêtez de voir le monde comme vous croyez que vous devez le voir, car reprocher continuellement des choses à la vie ou aux autres ne vous apportera jamais raison.

Vous seul êtes responsable, et personne ne vous force. Arrêter de regarder les autres, vous ne pouvez les juger ou même critiquer ET regardez vous, vous-même !

La vérité, c'est que vous êtes tout seul dans votre peine.

Et oui, ça fait mal, on est tous passé par là...

Tous ces barrages mentaux, vous les avez cru comme vrais. Alors, dorénavant, ne réagissez plus comme vous croyez avoir dû le faire, ou comme on vous l'a fait croire. Conduisez votre propre voiture ; une seule, pas trois, ni quatres. Si quelqu'un parit sur vous pour réaliser quelque chose, ce n'est pas votre problème. La vie, c'est avant tout savoir qui on aime, et qui on n'aime pas, et est-ce qu'on s'aime. C'EST TOUT, et c'est déjà énorme ! L'amour ou la haine des autres n'est pas notre problème et tant mieux si la personne qu'on aime, nous aime. Mais c'est aux autres de gérer leur amour ou leur haine pour vous, comme vous vous devez de gérer les votres pour les autres en les acceptant tels qu'ils sont, comme les autres, s'ils vous aiment doivent vous accepter tel que vous êtes.

Alors dorénavant, je ne veux plus de torture mentale ! Le cinéma est fini, et vous ne devriez pas perdre votre temps sur ce type de SITE !!!!

Ravalez votre peine. Regardez vous, faites le point, et libérez votre âme en allant là où elle vous guide. Ne critiquez pas les autres ou la vie, ça ne vous donnera jamais raison.

Changer les problèmes en difficultés, et continuez votre expérience. Trouvez votre force en vous. C'est plus facile qu'on ne le croit. Rayonnez, faites de votre vie ce que vous aimez, suivez votre coeur ! C'est tout ! Et ne vous souciez pas des jalouseries ou moqueries des autres ou de la critique des autres sur vous, c'est leur problème pas le votre. Comme vous, votre jalouserie ou vos moqueries se retourneront contre vous. Quittez cette prison de l'esprit pour votre force intérieure.

C'est facile à faire si vous acceptez cette douloureuse petite remise en question, piquante comme une piqure. Après vous serez vaccinés, et vous vous sentirez Léger comme l'air.

C'est difficile, mais si c'était facile, ça ne serait pas intéressant.

Alors, j'ai envie de dire ; votre malheur, c'est vous seul qui vous le causez et personne d'autre. Lâchez prise pour aller vers le bonheur infini guidé par votre coeur et la vie que vous souhaitez vraiment avoir ! Nous sommes de la matière comsique, de la poussière d'étoile, d'un univers en expansion depuis 14 Millard d'années. Il n'y a aucune règle dans ce monde que l'homme n'ait créer pour se rassurer. Il n'y a pas de fatalité à l'univers alors, vivez et aimez.

Ceci, est la vraie remise en question ; être face à soi-même et faire le point sur ce qu'on souhaite. Pas se torturer la tête, pas rechercher dans son enfance ou autre.

Vous, là, dans le présent, la personne qui lit ce message, toi, si tu te dis "dépressif(ve)", tu fermes à clef ta propre prison. Alors vas-y si tu veux le faire, c'est toi le chef. Mais ne vient pas te plaindre aux autres ou à la vie d'être malheureux après.

Alors arrête de te mentir à toi-même, tu es maître de ton destin et personne ne te force à quoique ce soit car même ceux qui s'énervent sur toi, sont finalement les plus malheureux car ils se font du mal à eux avant tout.

Alors va-t-en de ce site intulie. Mais si tu veux te plaindre en rond, pour un site où les gens se plaignent... ouais... fais semblant de chercher ta solution.

Après tout, vous êtes tous grands.

On est tous passé par cette remise en question, mon message est volontairement désagréable pour vous faire réagir.

Et pour ceux à qui ça ne plait pas, c'est votre problème pas le mien. Moi j'ai fait ce que je pensais faire pour vous faire réagir et si je me trompe, c'est mon problème, pas le votre. ^^

TCHUSS tout le monde !

KISS

Quelqu'un qui avait juste envie de s'exprimer.

????
Portrait de cgelitti
sunlight

tu sais au moins ce qu'est un électrochoc ? et...t'as déjà vu des dépressifs de près ? dans une psychiatrie par exemple.

TON message comme tu dis, pourquoi? il ne sert à rien n'y personne désolé. les conseils sont juste je ne dis pas puisqu 'on les retrouve dans les revues psychologie etc mais tu ne peux pas aider une personne qui subit un déces ou qui est en pleine dépression et tu n'as pas le droit de juger (en fait tu juges) le fait que les gens parlent de leur dépression présente ou passée. ça ne te concerne pas ok on a compris, tu crois nous aider ? tu te trompes lourdement. et si t'étais psy tu saurais que d'en parler, aide à se liberer
amicalement
SunLight
Portrait de cgelitti
Chère "????" ^^

Merci beaucoup pour tous ces encouragements, et je pense que comparé à vous je n'ai pas à me plaindre...
Je pense que j'ai un problème avec ma mère, mais je serai vraiment une enfant ingrate si je disais que c'était une "mauvaise mère".
Je pardonne à ma mère... elle n'a pas eu une enfance facile. Elle avait un petit frère handicapé et un grand frère sain. Mais ses parents ont décidé que c'était elle qui devait s'occuper de son frère handicapé. Ca n'a vraiment pas été drôle, de plus que l'éducation à l'époque n'était pas celle de nos jours. Ses parents étaient sévères et durs envers elle. Du coup, je pense qu'elle ne s'est jamais aimée en tant que "femme". Elle se trouve toujours moche, et veut tout le temps faire des régimes. Sa mère n'a pas été soi-disant très proche et ne la complimentait pas beaucoup. Bref... ensuite, elle a connu l'école des bonnes soeurs s'occupant toujours de son frère malade. Mais ça ne lui a pas empêché d'avoir un caractère bien trampé et de construire sa vie. Elle a rencontré mon père à 19 ans et ça dure toujours. Elle a trouvé une perle rare, car il reste un arbre infaillible face à toutes ses humeurs. Cependant, elle n'a pas fait le métier qu'elle désirait : Infirmière. Elle dit qu'elle a toujours fait ça pour ses parents... Ensuite, elle s'est occupée de nous pendant que mon père continuait ses études jusqu'à
30 ans. Et entre temps son frère ainé est mort dans un accident de voiture... Etant infirmière, c'est elle qui allait voir les médecins et non vraiment ses parents... Puis vint la mort de son père à l'hôpital à cause d'un germe hospitalier. Encore une fois, c'est elle qui a du faire face à son père et aux médecins, ma grand-mère étant effondrée. Ensuite, Ma mère a dû s'occuper de sa mère pour pas qu'elle ne fasse de dépression, et lui a confié la garde de son premier enfant, ma grande soeur. Puis, récemment... ma grand-mère est morte et encore une fois, c'est elle, seule, qui a dû la voir mourrir à l'hôpital. Maintenant, elle se retrouve à la retraite à 50 ans, ça lui a fait le plus grand bien. Mais maintenant que ses deux parents sont morts, c'est elle qui doit prendre en charge son petit frère handicapé mental. Et c'est chantage sur chantage, crise, sur colère... Ca l'étouffe de s'occuper de lui. Enfin, ma mère en fait toujorus trop dans la vie. Ca la rassure. Si elle n'a pas cette emprise sur les choses, je pense que ça la mettre face à elle-même et à sa douleur. C'est pourquoi elle ne veut pas nous lâcher et nous garder sous sa coupe quoiqu'il arrive.
Mais de mon point de vue, je n'ai pas eu d'enfance malheureuse, j'ai reçu quelques clacs et fessées de temps en temps, mais bon, rien de grave. Mais maintenant, je dois me détacher d'elle car son attitude attentionnée était bonne quand on est petit, mais là, je dois avouer que c'est étouffant parfois. Elle nous fait un grand chantage affectif "si on n'a plus besoin d'elle c'est qu'on lui reproche des choses". Bref... elle est dans l'erreur est personne ne le voit.
Alors j'arrive pas à lui en vouloir, je l'aime. Mais je suis entièrement d'accord avec vous, il faut que je m'en aille, sinon je vais devenir folle. ^^ Mais pour le moment, je ne travaille pas et je ne sais pas quoi faire plus tard. J'ai mon bac et je fais des études, et je meurs d'envie de m'émanciper, et de devenir la fille autonome que je veux être. Maintenant c'est mental. Je ne veux pas faire comme ma mère : en faire trop. Et pourtant c'est ce que je fais. Mais je réalise tout ça, et je veux vraiment être différente. Je suis différente d'elle. Et il faut que je me libère, sinon j'aurai jamais la vie que je veux. Je redoute seulement le moment où elle se fachera, souffrira de me voir partir. Lorsque ma grande soeur à quitté la maison, ma mère a déchainé tout son stress sur moi, d'où ma maladie (qui était aussi beaucoup de colère refoulée). Et j'ai rien pu faire, à 16 ans c'est trop dur. Elle très forte pour faire culpabiliser l'autre. Mais elle souffre quelque part, alors j'arrive pas à lui en vouloir, bien que des fois, j'aurais bien envie de l'insulter et de lui dire ses quatre vérités pour qu'elle arrête !
Qui sait, ça va peut-être arriver un jour ?
J'essaie de me sentir innocente pour le moment, car elle m'a tellement fait culpabiliser que maintenant toute ma vie est tournée autour de ça, avec mes amis ou autre. Et je sais que c'est pas moi.
Alors, j'espère que ça va faire son chemin. Je ne suis pas déprimée au jour d'aujourd'hui, chaque jour j'essaie de changer et de faire les choses pour MOI comme vous dites.
Et c'est dur. Mais je sais que je peux le faire.
Votre mère en revanche était vraiment une égoïste. Je n'ai pas à me plaindre à coté de vous... Vous êtes courageuse.
Moi si j'avais pu à 16 ans, j'aurai poussé ma gueulante face à ma mère ! Mais une vraie ! Ca m'aurait fait tellement de bien... ^^ Je fais des rêves comme ça parfois où je pousse les colères que je n'ai pas pu faire en réalité. J'adore.
Enfin, merci pour votre message, mais je "culpabilise" un peu de me dire qu'il faille que je lache ma mère aussi brutalement. Même si elle est envahissante et qu'elle m'empêche un peu de vivre quelque part, j'ai pas envie de la fuir.
non ?
mabelle
Portrait de cgelitti
je suis si fiere de ton discours SunLigh.
Moi je pense que a force d'etre negatifs l'on ne recoit que du negatif meme sur un forum
mais si l'on pense positivement on a que du positif vivez! arreter de poser des questions donc vous connaissez la reponse, en anglais on dit search in yourself cherche en toi ce qui peu etre bon ou mauvais car tu es la seule personne qui puisse faire quelque chose
c'est vrai SunLight un psy n'est pas et ne peux etre un ami comme les medics genre anti depressif ne sont qu'un pansement mais le psy ne fait pas le travail a ta place cela doit etre un passage......
????
Portrait de cgelitti
sunlight

oui, fais comme tu le sens, quand tu seras prête.
et, mes fleurs, toujours pas plantées! (lol) j'ai encore un peu le temps mais je vais m'y mettre bientôt. j'ai une autre "urgence" d'abord.rien de spécial à ajouter.

bisous à toi aussi
SunLight
Portrait de cgelitti
Mais oui, vous allez rencontrer un autre homme !!!!
La vie pardonne toujours !!!
^^
Quand à moi, je ne suis pas une fille fénéante.
J'ai une amie en revanche qui a 24 ans, qui ne bouge pas de chez ses parents et qui n'a aucune volonté d'en sortir, elle ne le veut pas, ne le cherche pas. Et Elle, elle est molle ! Quand je la vois, elle me rappelle tout ce que je veux éviter dans la vie !
Non, non, je ne suis pas une fille comme ça, au contraire !
Je pense que je suis capable de vivre seule depuis à l'âge de 12 ans ! lol Je déteste le cocon familiale dans le sens où je ne m'y repose pas. Je suis quelqu'un de très dynamique, qui prend des initiatives et si je ne fais pas les choses et ne vois pas le monde par moi-même, je souffre. Jamais je ne serai une assistée à moins qu'on m'y oblige. Et là, je sens que je vais bientôt partir. Déjà l'année dernière j'avais tenté le coup, mais.. pas assez d'argent, pas de nécessité absolue... etc...
En gros pour que je parte, il faut que je le mérite, que je le veuille vraiment, et que j'ai un but ! Mes parents, sinon, n'y verront pas d'intérêt.
Alors, je sais que certains de mes amis ne me comprennent pas encore, et que je peux faire un peu coincée, mais je m'en fous, je sais qui je suis et ceux qui ne comprennent pas, je m'en tape. Je vois plein de jeunes qui sont "assistés" financièrement par leurs parents, avec leur appart, et qui voyagent à gogo avec des amis, mais sous l'argent des parents bien sûr, on ne voyage pas tous les mois, une semaine avec son propre fric. J'ai une amie qui le fait, elle est tout le temps naze, elle est mannequin, et elle voit son copain à Londres qu'un weekend un truc comme ça.
Moi, je veux mon autonomie, je veux pas être une assistée. Mais je veux pas me précipiter et revenir chez mes parents après.
Alors voilà, du moment que je sens que je ne "stagne" pas, tout va bien.
Chaque chose en son temps, je ne désespère pas ! Et j'aime ma famille malgré tout. Alors quand je partirai, ce sera une fête ! lol


Prenez soin de vos fleurs !!!
Et je crois toujours en ma "gueulante" du début, elle me rappel de ne pas se complaire et qu emon destin est toujours entre mes mains. ^^

Bisous bisous à vous ! Et encore une fois, la vie pardonne toujours, alors bien sûr que vous rencontrerez un nouvel homme et un homme bien !!!

PLein de bonheur !!!

SunLight.


????
Portrait de cgelitti
sunlight

vous faites quoi de ce qu'on dit à la télé? : la dépression est une vraie maladie.

EVIDEMMENT QUE SI L ON EST OPTIMISTE ON EST MIEUX QUE SI L ON EST PESSIMISTE

ET QUE L ON VIT MIEUX ET QU ON REUSSIT MIEUX SA VIE

toutes ces théories sont géniales mais vous vous dites que peut être les dépressifs voudraient aller mieux et être optimistes mais que c'est pas aussi simple que vous le dites et ça demande bien plus d'efforts que vous n'avez l'air de le soupçonner ?

vous êtes né optimiste ? vous n'avez pas eu de dépression dans votre vie ? vous avez été élevé dans un foyer équilibré avec un père et une mère ou alors au moins, avec suffisamment d'amour et de compréhension pour pouvoir vous élever, grandir, avec ce mental que vous affichez ?

si oui, alors, c'est à vous de quitter ce forum car vous ne comprenez rien à rien : vous n'êtes pas dépressif et vous ne l'avez jamais été. vous avez peut etre eu des moments de déprime ou de moral à zéro comme tout le monde mais LA VRAIE DEPRESSION ne vous ferait pas parler comme cela. même quelqu'un qui l'a été et qui veut juste en parler, la respecte car c'est un état grave. et ceux qui veulent s'en sortir, savent par quoi il doivent passer et c'est dur. vous, vous parlez à tort et à travers sans savoir de quoi vous parlez. C EST EVIDENT AUSSI QU UN PSY N EST PAS LA POUR ETRE UN COPAIN A VIE MAIS plus on en a besoin, plus ça démontre le réel besoin et les problèmes qu'on a à résoudre !
vous qui etes si malin dans ce que vous dites, apprenez moi là en deux secondes à positiver, à avoir confiance en moi et à cesser de me dévaloriser, à trouver un travail qui me corresponde et à faire en sorte qu'on arrete de me prendre pour une naïve (les hommes surtout). ma soeur raisonne comme vous.mais c'est quelqu'un qui ne parle à personne, qui ressemble à un garçon manqué et qui ne se fie qu'à elle même et qui veut tout faire par elle même pour éviter de payer!
ma dépression : j'avais 14 ans. elle s'est déclenchée quand mes parents ont divorcé : ce n'est pas une excuse c'est un fait: un matin, ma mère me réveille comme tous les matins pour aller à l'école et là, je ne bouge pas. elle n'a rien pu faire. dans ma tete, je l'entendais mais j'étais dans un noir complet (j'ai expliqué des années plus tard au thérapeute que le fait de me dire mes parents se quittent m'avait fait penser : alors on ne sera plus en famille avec mes grands parents. et cette pensée m'a donné la sensation d'une chute (imaginez un ascenceur, vous descendez) et cette chute, je l'ai ressentie à l'intérieur de mon corp, plus précisément, dans la poitrine. si ça vous fait rire PAS MOI. j'ai raté ma scolarité à cause de cette maladie mais je refusais de me dire que tout était fichu : j'avais de l'ambition. entre interprête, chanteuse médecin secrétaire médicale, coiffeuse ou fleuriste je n'ai pas pu réaliser un de ces rêves. j'ai fais une formation par la cotorep j'ai eu le bac par la ministère au lieu de l'éducation nationale mais c'est mieux que rien et c'est plutot même bien quand on sait que je ressemblais à un légume tellement j'étais choutée aux médocs à l'hopital alors vous savez ! vous et votre joli discours, oui c'est sur vous avez raison qu'il faut positiver etc mais ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas s'il vous plait et toutes les revues que j'ai lu disent comme vous : ne pas se soucier des autres faire comme ci, comme ça mais n'oubliez pas que si c'était aussi simple à faire VOUS CROYEZ QU 'ON AURAIT ATTENDU VOTRE JOLI DISCOURS ? ON SERAIT TOUS guérit à l'heure qu'il est et les psy pourraient changer de métier oui mais c'est facile pour vous tout ceci, vous n'êtes pas à notre place.
a moins que vous n'ayez touché le fond dans votre vie et que vous soyez un rescapé alors là je veux bien que vous me donniez votre recette miracle car là, je suis entrain de positiver (j'ai lu cela sur internet) pour etre plus heureuse et avancer, vu que je piétine. ce que j'ai réussi à faire c'est me marier et avoir mon 1er rêve : mes enfants. le divorce fût l'échec d'une vie que l'on ne sait pas choisir mais c'est de la psychologie (je m'y intéresse) autre rêve : habiter en maison avec mes enfants sans voisins qui crient : c'est fait cette      année. il me reste un travail à mi temps et un homme bien et ça ira. j'aurais réalisé mes rêves.
en tous cas, que vous dites vos vérités, c'est bien mais c'est vrai que vous pourriez le dire autrement : vous ne secouez personne: ici tout le monde sait en vous lisant que vous ne pouvez pas avoir eu une véritable dépression vous en parleriez avec plus de respect. n'oubliez pas de me donner vos recettes miracles pour guérir puisque vous avez l'air si sûr de vous et que je veux guérir et vite (alors que les médecins m'ont donné un traitement à vie)!

je crois surtout que vous ne voyez pas que dans la vie on est maitre de son destin, oui mais on est tous impuissant devant la mort ou la maladie ou certains accidents. je n'ai rien contre vous et ce que vous écrivez mais vous vous adressez à un forum qui connait la vraie souffrance qu'a été la dépression et forcément, à part ceux qui disent comme vous, qui ne l'ont pas connue, vous ne pouvez pas etre d'un grand secours aux autres. le psy est utile tant qu'on en a besoin, tant qu'on se pose des questions, tant que la vie qu'on mène ne nous satisfait pas ou qu'on ne sait pas prendre de décisions tout simplement mais là encore, regardez si vous, vous savez toujours quelle décision prendre, alors dites merci à vos parents car c'est peut etre eux qui vous ont permis de grandir comme vous etes et vous ne le savez pas.
SunLigthlightlight !
Portrait de cgelitti
J'en sais rien si c'est grave ! Seul toi peut le dire !!!

Et oui, mon message est bof, lol, et c'est MON message en effet !

Bonne continuation à tous pour cette light attitude !

Passionne toi bien.

Tchuss
SunLight
Portrait de cgelitti
Je suis d'accord avec vous, mais par expérience, il faut un électrochoc direct pour réveiller les gens.

C'est sain, et c'est la petite tape du réveil qu'il leur faut. Chacun est maître de son destin, et faut arrêter les conneries. Personne ne leur résiste ou n'ose dire des vérités pour ne pas les bousculer "sainement". Alors on s'énerve et on crie et tout le monde souffre. Non. Je n'ai fait juste que dire les choses franchement. Chacun est maître de son destin et s'ils souffrent de leur emprisonnement c'est avant tout parce qu'ils l'acceptent. Personne ne les force. Alors qu'ils arrêtent de s'infliger ceci, qu'ils enlèvent leur rancune des autres en enlevant leurs préjugés et qu'ils suivent leur coeur.
Il faut les mettre au pied du mur, et j'espère qu'ils lisent ce message. Un Psy n'est pas notre ami, il est là pour vous remettre dans le droit chemin, comme un éducateur. C'est tout !
Le but n'est pas d'être pote avec son psy mais d'y rester le moins de temps possible.

Alors je ne retire rien de ce que j'ai dit, je persiste et signe.

Si personne n'ose leur dire la vérité en face, je le ferai moi.

Et vous tous, vous ne pouvez vous en prendre qu'à vous-même. Devenez responsable et Changez car personne ne vous force de quoi que ce soit. Et vous valez tellement mieux. Libérez vous.

Salut à tous !
Et merci de vos approbations !

SunLight

SunLight
Portrait de cgelitti
Alors, je ne parlais pas d'électrochoc au sens propre du terme. Bon dieu, non ! C'était une métaphore.
Alors, désolée, mais je ne crois pas tout ce qu'on me dit à la télé, alors mes références, je ne les prends pas là...
En revanche, j'ai demandé à ma mère, infirmière, plus de renseignement sur la dépression, cette maladie, comme vous dites. Et selon elle, oui, c'est une véritable maladie de l'âme, qui se soigne très bien, si on est bien pris en charge. Et j'ai un oncle, qui est bi-polaire dans son comportement et doit comme vous, prendre un traitement à vie.
De mon coté, si j'ai connu la dépression ? Je souhaite que non. Mais je pense que je peux comprendre quel effet ça fait de se sentir "enfermée", prisonnière sans issue. Après m'être sentie rejetée par tous à l'âge de 15 ans, moi aussi, j'ai senti ce trou noir. Je me suis renfermée, j'étais terrifiée du monde extérieur, et j'ai aussi échoué scolairement. Je ne ressentais plus rien du monde extérieur, et je ne voyais pas comment sortir de cette chute infernale. J'étais terrifiée... terrifiée. J'avais l'impression que toute la vie que j'avais connu était un leurre, qu'en fait personne ne m'aimait, que j'étais un monstre, dans l'erreur, bref... le doute le plus total, je n'osais plus rien dire, plus rien écrire, plus me montrer, je me dégoutais. Je ne supportais plus ma vie tellement j'avais l'impression d'être dans le faux. Et je culpabilisais tellement. J'ai vraiment voulu être quelqu'un d'autre à cette époque, et j'ai vraiment tout essayé dans mon comportement pour changer mes goûts, mes émotions, toute ma personnalité. Je me rejetais à tel point que je suis tombée malade, et j'ai obtenu une rectocolite hemorragique qui a mis 5 ans à partir. Je ne sais pas si vous savez ce que c'est, mais pour une jeune personne (une fille en plus !), c'est horrible.
Enfin bref ! Une horreur cette époque ! Et j'ai bien cru ne JAMAIS m'en sortir. Mais quand je dis jamais, c'est bien jamais ! Ce qui m'a fait changé d'avis, c'est la mort. Mon cousin de 13 ans s'est suicidé. Cette événement m'a très vite refroidie, ensuite, 1 mois plutard mon bac, et je suis retombée malade au plus bas. J'ai eu ma plus grosse poussée hémorragique, j'ai perdu tellement de sang, que j'étais à 2 doigts de la transfusion, en ne pouvant sortir sans béquilles et toilettes à l'horizon ! C'est à ce moment que je me suis dite que je n'acceptais plus cette chute infernale. Alors, j'ai lutté, lutté. Je me suis faite aidé pendant 3 ans.
Et la seule chose que j'ai retenu, c'est de lutter, lutter, lutter. Ne jamais disparaître. C'est si bête de mourrir pour ça, je me suis dite. Un événement de jeunesse qui m'a traumatisée, et qui pourtant n'était pas si grave que ça en soi.
En fait je crois que je me suis complètement laissée aller, et que c'est au plus bas que j'ai réalisé que ma vie était n'importe quoi et pas du tout comme je voulais.
Et la chose que j'aurai aimé par dessus tout c'est que quelqu'un, quand je me suis sentie au plus mal, vers l'âge de 15 ans, avant de sombrer, me donne cette petite tape pour me ramener aux réalités et à la raison.
Maintenant, j'ai 21 ans, et je réalise à quel point j'ai été stupide ! D'avoir cru toutes ces choses horribles sur ma vie et l'existence, juste parce qu'on m'a rendu la vie impossible pendant une petite période. Et puis, à l'université, j'ai rencontré plein de gens différents, du monde entier, bref, ça donne du recul et j'ai lâché prise petit à petit en compagnie de gens qui vivaient bien. Ca m'a remotivé pour changer, redevenir moi-même, et surtout reprendre le pouvoir sur mon destin.
Je crois que le problème des gens dépressifs ( et le mien avant !), c'est qu'ils n'aient plus de maîtrise sur leur destin, et qu'on s'enferme dans tout un schéma de pensées horribles.
Et ce qui m'a fait du bien, c'est ce petit électrochoc qui m'a mis face à moi-même. Ma vie m'appartient, et si je suis malheureuse, c'est à moi de gérer et de changer. Peu importe les traumatismes, je suis toujours face à moi-même. Ca aide de lâcher prise sur le monde extérieur ! Et de reprendre confiance et le contrôle !
C'est pourquoi, je parlai de cet électrochoc, une "surprise" si vous préferez, pour nous prouvez qu'on a tort d'être comme ça, et nous faire sortir une bonne fois pour toute de ce rôle de victime.
Alors oui, mes conseils sont justes, parce qu'on me les a donné. Après, si j'ai été dépressive ? Je ne sais pas.
Je pense surtout que j'ai été dans l'erreur tout du long.
Alors, si je ne respecte pas la douleur des internautes sur ce site ? Combien faut-il de souffrance pour comprendre les autres ? Ma souffrance vous parait suffisante ? Ou dois-je connaître un peu plus la torture mentale pour avoir à transmettre un message ? Dois-je parler le même langage que les internautes ici pour avoir mon mot à dire ?
Je pense qu'il faudrait davantage écouter les gens heureux pour s'en sortir que les gens dépressifs.
Je n'ai pas pitié et je comprends.
J'ai été malheureuse... et je sais que je ne pouvais même pas en parler. Alors ici, ils parlent. Mais par connaissance de cause, se complaire dans son malheur ainsi n'est pas une solution. Je le sais, je l'ai fait avec une amie pendant 4 ans. Et je réalise à quel point ça ne m'aidait pas.
La vie ça ne devrait pas être ce site.
Alors, oui c'est mon message.
Et s'il ne vous plait pas, je peux le comprendre et le respecter. Je suis une personne sur 6 Ma, surtout queje risque de changer d'avis dans un an. C'est mon point de vue. Mais peut-être qu'il parlera à quelqu'un.
Et, une simple rectification, je ne veux guérir personne ! Je voulais sourtout voir ce que ça ferait de lancer un message comme ça sur un site comme celui-ci.
Comme l'indique le titre "Remise en question".
Alors, ne me jugez pas trop, et pardonnez moi si je comprends mal.

Les messages sur internet sont à prendre ou à laisser.

Après, je suis sûre que tout le monde peut se sortir de la dépression, y compris vous. Et pour ça il faut rencontrer des gens qui ont cette énergie qui manque. Après, une fois que l'étincelle est réveillée, plus rien ne peut l'arrêter.

Moi, ma maladie, on m'avait dit que je l'aurai à vie. Et bien non.

Alors luttez ! Et je vous promets qu'un jour, tout va s'éclairer, je vous le souhaite sincèrement.

Respectueusement.

P.S : Et si je juge ? Non. Car je ne peux pas dire, qu'avec le vécu personnel des personnes sur ce site, si j'aurai agi différemment.
Mon message était désagréable, et je l'ai signalé, c'était pour que ça percute, et voir les réactions.
Après, je pense qu'il faut du temps, moi j'en ai eu besoin, et j'étais tellement terrorisée que n'importe quel message m'aurait pétrifié. Alors je comprends.

Mais ce qu'il faut par dessus tout c'est quelqu'un qui nous écoute, et nous aide vraiment à recadrer notre pensée au bon moment.
Alors voilà ! ce qui compte c'est s'écouter, et je vous remercie de votre réponse.
Et... qu'est-ce que la "vraie souffrance" ?
L'homme paralysé ? Être nain ? Être fou ? Être violée ? Être belle ? Être attardé ? Supporter un attardé ? Prendre en charge la mort de sa mère ou de son père, comme l'a fait ma mère ? Perdre un enfant ? S'excrémenter dessus ? La guerre ? La Torture ? La dépression ? Le meurtre ? Se faire taper ? Le cancer ? La maladie ?
Je n'aime pas quand vous dites ça, je trouve ça abstrait et bizarre, voire égoïste, de s'attribuer le monopole de la "vraie" souffrance.
Chacun connaît la souffrance. Après, se sentir enprisonnée, c'est horrible, c'est vrai, j'ai vraiment cru mourrir.
Etait-ce de la souffrance ? Oui.
Et de la "vraie" souffrance ? Aucune souffrance n'est fausse, alors voilà.

Maintenant, je ne m'adresserais plus à ce site. Je joue un rôle qui n'est pas le mien, et ça tombe à l'eau aparemment !

Peut-être que j'y comprends rien après tout... et tant mieux peut-être ?

Bonne chance et bon courage !

????
Portrait de cgelitti
sunlight

tout d'abord, non je n'ai pas fait d'hypnose mais j'ai pris des médicaments hypnotiques. d'apres le peu de souvenirs, ça aide à se rappeler pour se débarrasser de ce qui est "enfoui".
ensuite, tu dis :j'ai eu pire. c'est je crois inutile de comparer car on supporte différemment les choses suivant si l'on est une enfant sensible, affectueuse ou plus forte.
et, j'ai du mal à comprendre que tu arrives à "excuser" ta mère autant, car elle te rend coupable quand même, t'humilie, vous traite d'incapable et d'immature et vous étouffe. au nom de l'amour tu met cela? que tu ne veuilles pas lui tourner le dos à vie, je veux bien le comprendre mais rester avec elle parce que tu culpabilise de la laisser brutalement, là je suis pas d'accord avec toi.
tu sais ma mère n'est pas très différente de la tienne et à une époque je ne voulais pas non plus m'éloigner d'elle mais : on fait des enfants pour les aider à grandir et à faire leur vie à leur tour pas pour les garder à soi! ta mère est possessive si elle ne te laisse pas partir. et tu n'es pas responsable de son passé: ses misères de s'être occupée de tout le monde, elle a peut etre peur de rester seule? n'empêche que c'est ta mère et que tu n'es pas son psy. tout ce que tu sais, tu le sais d'elle? ma mère avait le don aussi de raconter ce qui n'allait pas avec mes grands parents. mais je crois qu'on le fait tous et c'est pas terrible mais on a tendance à raler de notre éducation. quand c'est peu ça va mais des fois on réalise qu'on a trop subit.

sinon, dernier point: tu dis:t'aurais voulu pousser une gueulante face à ta mère et bien, je dirais sans etre psy que c'est ce que tu as fait inconsciemment sur ce forum: dire qu'on se plaint car toi t'as jamais eu l'occasion de le faire avec un forum et avec ta mere alors c'était ta façon à toi de "sortir" ta propre souffrance donc tu vois que ça aide de parler.

alors il ne te reste qu'à choisir le travail qui te plait et à le trouver et, dans la foulée, te chercher un appart mais sans haine envers ta mère puisque ce n'est pas ce que tu veux. mais faut qu'elle comprenne qu'il faut qu'elle te laisse partir et que tu reviendra la voir de temps en temps.
quand je suis partie, je ne suis pas partie fachée mais hélas, j'ai dû me facher par la suite à cause de certains évènements qui sont revenus à la surface. ce qui est dur pour moi ou pour ceux qui sont dans le même cas: de ne pas réussir à oublier les crasses que l'on nous a fait vivre. les parents sont censés nous aimer et quand il jouent mal leur rôle, ils nous déstabilisent parfois à vie! j'ai bien peur de ne jamais rencontrer le bonheur d'être avec un homme gentil et même d'arriver à être optimiste, ça m'a l'air si dur! et pour le travail à mi temps c'est pas gagné non plus d'avance!

je te laisse

amicalement.

Pages

Sujet vérouillé