Régime minceur : faisons le point

Publié par Anne-Laure Guiot le Vendredi 18 Mars 2011 : 11h20
Mis à jour le Mardi 22 Mars 2011 : 11h54

Effet yoyo, conséquences délétères pour la santé, les régimes sont sur la sellette. Jamais autant de femmes ne se sont mises à vouloir mincir et pourtant nous avons gagné environ trois kilos en moyenne depuis 1997. Cherchez l'erreur !

© Fotolia

Les régimes minceur dénoncés

Chaque année, les candidates à la minceur se lancent plus nombreuses dans la quête du poids idéalmême si elles n’en ont pas besoin au départ. C’est notamment le cas de près de 30 % des femmes ayant un Indice de masse corporel (IMC) «normal» et de 15 % des femmes «minces» (IMC < 22).

Or, multiplier les régimes serait plein de risques et d’embûches pour votre santé ! C’est en tout cas ce qui ressort d’un récent rapport d’expertise sur l’évaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement, rendu public le 25 novembre dernier par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Réalisé à la demande du ministère de la Santé, il dénonce à lui seul les régimes minceur souvent pratiqués seul, en l'absence de surpoids, sans indication ni suivi médical, à l’aide d’un livre ou d’Internet. Il cible notamment leurs effets plus ou moins graves sur le fonctionnement de l’organisme à long terme.

Régime minceur : des déséquilibres alimentaires et carences

«C’est la première fois qu’un tel cri d’alarme sur les effets délétères des méthodes amaigrissantes est lancé dans le monde entier», indique le docteur Jean-Michel Lecerf, nutritionniste endocrinologue à l’Institut Pasteur de Lille et coordinateur de l’étude. Pour dresser ce rapport, les scientifiques et les experts en nutrition ont identifié et analysé les 15 régimes amaigrissants les plus populaires du moment : de Cohen à Dukan, le plus en vogue, de Atkins à Montignac, en passant par le régime de la Soupe au chou…

Premier constat : toutes ces méthodes minceur sont déséquilibrées et inadaptées en termes d’apports nutritionnels et provoquent des carences. «Près de 80 % de ces régimes sont trop riches en protéines, 58 % trop largement pourvus en sodium, plus de 50 % à trop haute teneur en lipides, 74 % trop pauvres en fibres, 61 % ne satisfont pas vos besoins en fer, 50 % ne couvrent pas vos besoins en magnésium, 23 % ne répondent pas à vos besoins en calcium…», relève l’Anses.

Publié par Anne-Laure Guiot le Vendredi 18 Mars 2011 : 11h20
Mis à jour le Mardi 22 Mars 2011 : 11h54
Source : Côté Santé.
A lire aussi
Peut-on continuer à manger des produits laitiers ?Publié le 22/05/2006 - 00h00

La réponse est clairement oui, malgré les polémiques. Les produits laitiers sont bénéfiques à la santé à plus d'un titre et pas uniquement en raison du calcium qu'ils apportent. En effet, on leur connaît désormais de nombreux autres bénéfices, allant de la régulation du poids à la...

Plus d'articles