Rééducation périnéale : une étape indispensable après l'accouchement

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 26 Mars 2003 : 01h00
Mis à jour le Lundi 11 Avril 2016 : 14h29
-A +A
Après un accouchement, près de 30% des femmes seraient sujettes aux fuites urinaires. Certes ce trouble se résorbe dans la majorité des cas, mais il peut néanmoins réapparaître lors d'une prochaine grossesse ou après la ménopause. Afin d'éviter ce problème, la rééducation périnéale est fortement recommandée.

La rééducation périnéale est une thérapeutique indolore qui a fait les preuves de son efficacité. Après un accouchement, elle représente une étape clé. En effet, le périnée, un ensemble de muscles, ligaments et membranes dont la fonction est de soutenir les organes du petit bassin, a été distendu durant la grossesse puis l'accouchement. Il a parfois du mal à retrouver sa tonicité initiale. Son relâchement, peut alors se traduire par des fuites urinaires, particulièrement au cours d'un effort, d'une toux, d'un rire, d'un éternuement ou d'une émotion.

Des effets ultérieurs

Un mauvais contrôle du périnée peut altérer la qualité des rapports sexuels ou encore aboutir à un prolapsus (descente d'organes). Mais à plus long terme, le risque d'incontinence urinaire peut survenir lors d'une prochaine grossesse, ou encore lors de la ménopause en raison du vieillissement des tissus qui s'ajoutent à la distension antérieure liée à la maternité. D'où toute l'importance de pratiquer une rééducation périnéale après l'accouchement afin de prévenir ces problèmes.

Lors des visites post-natales, le médecin évalue l'état de la musculature périnéale et prescrit le cas échéant jusqu'à 10 séances de rééducation périnéales chez un kinésithérapeute (la Sécurité sociale rembourse à 100% jusqu'à 10 séances). Il faut savoir que la distension du périnée dépend de nombreux facteurs : prise de poids importante, accouchement long, plusieurs grossesses sans rééducation, poids de l'enfant, etc. Elle sera évidemment prescrite en cas de fuites urinaires déjà manifestées, mais également en prévention. Par ailleurs, elle doit toujours précéder la rééducation abdominale, qui est déconseillée avant trois mois. Elle peut être réalisée dès la cicatrisation du périnée.

En quoi consiste la rééducation périnéale ?

Elle consiste en un ensemble de techniques visant à apprendre aux femmes à contrôler leur plancher pelvien et à le renforcer. Elle s'appuie sur un travail intra-vaginal (ou intra-rectal) permettant de stimuler et d'enregistrer les contractions du muscle releveur de l'anus (principal muscle du périnée). Ces procédés comprennent un renforcement manuel (contraction contre le doigt) et le biofeedback, un enregistrement électrique réalisé au moyen d'une sonde vaginale, associé à un signal sonore ou visuel matérialisant la contraction et le relâchement des muscles. Il permet d'améliorer la prise de conscience d'un phénomène auparavant inconscient. L'électrostimulation par une sonde vaginale provoquant des contractions rythmées, est également couramment employée.

Cette rééducation se complète obligatoirement par des exercices très simples à pratiquer quotidiennement chez soi. Celle-ci, très efficace, est parfois prescrite seule. A peine quelques minutes chaque jour peuvent suffire à renforcer le périnée. Il s'agit de s'entraîner à contracter son périnée par série de 15 et dans diverses positions (assise, debout, couchée). Il faut simplement bien sentir l'anus se relever à chaque contraction, qui doit être bien médiane et ne pas concerner les fesses. L'idéal est de le faire tous les jours (à vie). Cela prend 15 secondes et peut compléter un programme de gymnastique. A noter que pour les hommes cette gymnastique est aussi excellente, car elle leur permet de mieux contrôler leur éjaculation.

Il faut enfin savoir que la rééducation à domicile par électrostimulation se développe, avec ou sans sans sonde vaginale.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 26 Mars 2003 : 01h00
Mis à jour le Lundi 11 Avril 2016 : 14h29
Source : Rééducation périnéale. Le point en rééducation, Sengler, Edition Masson.
A lire aussi
Incontinence urinaire : rééducation à domicile Publié le 13/05/2008 - 00h00

En cas de fuites gênantes, le premier traitement proposé repose sur la rééducation périnéale. Les séances de rééducation en cas d'incontinence urinaire sont parfois complétées par une autorééducation que l'on réalise soi-même à domicile, mais qui reste encadrée par des...

4 questions-réponses sur l'incontinence urinaire Publié le 15/02/2010 - 00h00

Près de 6 millions de Francaises seraient concernées par l'incontinence urinaire. Mieux vaut être bien informée pour prévenir cette affection gênante et handicapante, et sinon consulter le plus tôt possible dès les premiers signes d'incontinence urinaire.

Plus d'articles