La rééducation active du pénis après une chirurgie de la prostate

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 07 Avril 2004 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 06 Décembre 2013 : 08h52

Lorsque, pour une raison ou une autre, le pénis n'a plus d'érection spontanée, il est important de s'en occuper ! En effet, à force de ne plus passer régulièrement par cet état bénéfique d'érection, il peut manquer d'oxygène et risquer de perdre son réflexe érectile, voire de perdre de son élasticité, ou aller jusqu'à rétrécir un peu !

En quoi consiste la rééducation pénienne active après une chirurgie de la prostate ?

Lorsqu'un chirurgien opère un patient pour cancer de la prostate, il prend soin de conserver les nerfs de l'érection, de manière à maintenir les meilleures possibilités de sexualité par la suite.

Mais, quelque soit l’attention et l'expérience du part du chirurgien, pendant un temps, l'érection cesse après l’intervention. C'est normal, à cause du choc opératoire. Les nerfs, même préservés parfaitement, ont été étirés et agressés. Ils ont besoin de temps pour retrouver leur fonctionnement.

Ainsi, pendant les trois premiers mois qui suivent une telle intervention de la prostate, les érections sont faibles voire inexistantes. Puis, entre trois et neuf mois réapparaît spontanément une intumescence, gonflement de la verge qui n’est pas encore tout à fait une érection. Et encore plus tard, entre 8 à 24 mois, l'érection redevient suffisante pour permettre à nouveau des rapports sexuels.

Une question de respiration pour le pénis

Ainsi, peuvent se passer deux ans avant de retrouver une possibilité de relations sexuelles correctes. Deux ans, c'est un très long moment d'apnée pour le pénis qui souffre du manque d'oxygénation !

C'est pour cela qu'en prévention, on pratique la rééducation pénienne active. Le geste rééducateur consiste en une injection dans le pénis, à l'aide d'une aiguille extrêmement fine d'une substance qui déclenche l'érection. Les trois premiers mois, la dose de produit utilisé est très faible de manière à permettre un léger afflux de sang favorable à l'oxygénation, donc une tumescence pas complètement rigide. Puis, après trois mois, il est possible d'augmenter les doses de produit actif pour déclencher une érection suffisante pour des relations sexuelles.

$$Des injections qui servent à différents troubles de l'érection $

Ces injections se font au rythme d'une ou deux par semaine à une fois tous les dix jours, en fonction de l'homme et des réactions de l'organe à rééduquer !

C'est ainsi que la chirurgie des cancers de la prostate a permis de mieux connaître l'effet positif de certains produits actifs : en cas de long moment sans érection, il peut être nécessaire de donner un coup de pouce à la nature ! On peut donc penser que pour des troubles de l'érection durant trop longtemps, et dont l'origine est toute autre, il est licite de proposer cette même rééducation, même s'il faut bien sûr en chercher et en soigner la cause initiale. Cela s'envisage dans le cas où les médicaments par voie orale se révèlent inefficaces.

$

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 07 Avril 2004 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 06 Décembre 2013 : 08h52
A lire aussi
Dysfonctionnement érectile (ou impuissance sexuelle)Publié le 06/09/2001 - 00h00

Le terme " impuissance " n'est plus guère utilisé par les médecins. Ceux-ci parlent plutôt de troubles d'érection ou de dysfonctionnement érectile, expressions qui font référence à l'incapacité d'obtenir et de maintenir une érection suffisamment rigide pour avoir une activité sexuelle...

Comment respire le sexe masculin ?Publié le 25/06/2003 - 00h00

Le sexe masculin, comme tous les organes du corps, a besoin d'oxygène. Et ce sont des artères qui le lui apportent. Mais c'est seulement lors de l'érection que ces corps érectiles reçoivent cet oxygène indispensable. Au repos, ils ont tendance à s'asphyxier !

Plus d'articles