belettes
Portrait de cgelitti

bonsoir,

je ne vais pas m'étaler sur les causes, histoires classiques comme toutes les personnes atteintes par cette pathologie et concraitement rien de bien efficace contre les crises. j'ai lu qu'il fallais s'occuper ect.. personnellement je vis seul je suis tres peut entouré (j'étudis) et casanière. les crise on commencé progressivement au début je pensais que j'était trop gourmande puis je mangais jusqu'à en être malade (et c'est toujours le cas malheureusement) les douleurs sont désagréable mais l'idée de grossir est bien pire encore. et c'est la que jai commence a vomir et j'avoue j'ai eu et j'ai encore beaucoup de difficulter parfos je force tellement que le lendemain j'ai des vaiseaux apparent sur le contoures des yeux. j'ai pris conscience du danger que sa represente mais voila le hic, c desagréable dangereux idiot perte de temps, gaspillage tout se qu'on voudra. pourtant sa ne s'arrete pas .l'orsque je vomie je me dit plus jamais demain j'arrete puis quelques heures apeine apres sa reprend. c'est un engrenage qui s'aggrave, manger la nuit me provoque des isomnie sa devien difficile de suivre en cours, et puis il y a la culpabiiter c une vrai addiction je trouve sa tellement riddicule ! j'ai extrement honte je n'ause pas en parler sa fait "la fille qui fai sont intéréssate" j'ai toujours penser que les maladie psychologique était "bidon" ,j'avais tord. sur oute la ligne . j'ai bien essayer de ne pas acheter de sucreries, sa a état un désastre. j'ai manger nimporte quoi du yaourt des dattes des olives tout se que j'ai trouver sans etre rassasier puisque mon envie de sucreries n'était pas comblé. les proportion sont de plus en plus importante et incontrolable. Pour conclure j'ai consince du danger que sa represente pour moi sur le plan physique et psycologique parfois pour companser une crise je ne mange pas les repas classique comme je calcule toute mes calories et que je sais que j'aurais des frigal jai réduit a un repas par jour . J'ai trop honte pour demander conseille a ma famille je ne veut pas que l'ont pense que je suis faible j'aimerais que des personnes qui s'n sont sortie me donne des conseille s'il vous plait ou bien ceux pour ui la situation s'est amélioré. merci

Léana56
Portrait de cgelitti

Bonjour, ton message est assez vieux mais j'espère que tu auras l'occasion de lire ma réponse.

J'ai moi-même été atteinte de boulimie mais sans vomissements, c'est à dire que je n'avais aucun moyen d'éliminer ce que je venais d'ingurgiter dans l'absolu. C'est ainsi que je suis devenue en surpoids et que je suis passée très près de l'obésité et surêment du diabète...

Je comprends tout à fait les situations que tu décris là... Lorsque je me mettais à manger, m'arrêter s'avérait impossible. J'avais beau me dire "tu vas encore grossir" ou "tu sais que c'est mauvais, s'il te plaît arrête!" j'étais dans un état second, tout ce que j'écoutais c'était ce trou que je ressentais au niveau de mon ventre qui me disait "Aller ! Remplie-moi."

J'avais mal, je ne savais pas pourquoi je faisais ça mais je ne pouvais laisser ce trou m'engloutir alors je le remplissais. Ce trou, il est présent chez chaque personne ayant un trouble alimentaire, il représente ce qui nous fait mal, ce qui nous empêche d'avancer. Ce pourquoi on se fait subir tout cela. Ce trou est le réel problème à régler, c'est un profond mal-être dont on ignore souvent les origines.

J'ai également essayer de me tenir éloigner du sucré mais je me retrouvée à manger du pain tartiner de beurre à n'en plus finir et dans des quantités phénoménales.

A chaque fois, mon estomac me faisais mal, à chaque fois j'avais du mal à dormir, à chaque fois j'avais honte et surtout, à chaque je me disais que j'étais nulle, que j'étais faible et que je n'avais aucune raison d'être dans cette situation. 

Pourtant vois-tu, je m'en suis sortie. Comment l'ai-je fais ?

Eh bien, j'ai accepter le fait que j'étais malade, j'ai arrêter de me croire assez forte pour régler ça seule et j'en ai parlé. C'était dur, c'était très dur, mon estime de moi-même en a pris un grand coup. Mais aujourd'hui, qu'est-ce que cela fait du bien d'être guérie.

Alors, n'ai pas peur, ne te sens pas mal sous pretexte que tu as besoin des autres. C'est humain, tout le monde à besoin des autres dans la vie. Il n'y a rien de plus normal, au contraire, te refermée sur toi-même rejeter tes proches et te croire assez forte pour gérer cela seule ne fera qu'empirer les choses. Parle ! Libère toi de ce poids qui t'écrase ! Toi seule peux t'aider dans un premier temps, en allant à la rencontre de tes problèmes, en les confrontant. En les réglant à l'aide de tes parents, ami(e)s, frère(s), soeur(s), conjoint ! Consulte un spécialiste si tu en ressens le besoin, tu n'as pas à avoir honte !

Si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésites pas à me contacter.

A bientôt, en espérant que les choses auront bougées (dans le bon sens bien-sûr !)

belettes
Portrait de cgelitti

 

Bonjour,

je suis une maman d'une fille de 19 ans qui fait de l'anorexie et de la boulimie sans vomissement actuellement elle est dans un centre specialisé ,mais aujourd'hui elle ne nous parle que par texto (rare)et c'est tres dur je cherche par n'importe qu'elle moyen à savoir si c'est un comportement normal et si ça fait partie de la maladie.

si vous pouvez répondre a ce message je pourrais peut étre essayer de comprendre.en tout cas merci de vos temoignage car j'en lis et ça me permet de comprendre la maladie.

une maman qui aime ça fille et qui est perdu.

 

 

Sujet vérouillé