Béa
Portrait de cgelitti
Cartains disent qu'il faut arrêter de fumer ou rien. D'autres que l'on peut diviser sa consommation de cigarette par deux avec des gommes à la nicotine et arrêter plus tard. Qui croire ? Je ne suis pas prêt à m'arrêter et j'aimerais bien fumer moins quand même !
Nyoven
Portrait de cgelitti
Je remercie les personnes qui ont pris le temps de me lire et le médecin qui m'a répondu...Je viens de m'apercevoir, après sa dernière visite chez moi, qu'elle fume aussi du cannabis (elle disait avoir arrêté!). Je sais qu'il faut qu'elle consulte, mais je ne peux pas la prendre par la main, c'est à elle de faire la démarche. Elle tousse, tousse comme c'est pas parmis et après une bonne quinte, elle se roule une nouvelle clope...
J'ai prévenu le CMP où elle va en entretiens pour être prise en charge en foyer thérapeutique, mais tout ce système de psy...ne veut pas que les parents s'en mêlent: on nous réduit en niant presque notre existence puisqu'on me dit: "c'est avec votre fille que l'on travaille: vous n'êtes QUE sa mère, elle est adulte...Après cela on ne peut rien ajouter et on la ferme rageusement!
Dr Philippe Presles
Portrait de cgelitti
J'aimerais répondre à Nyoven que je comprends parfaitement votre désaroi et je dois dire qu'à votre place je serais tout aussi démuni. Le tabac dans le cas de votre fille semble annexe par rapport aux autres problèmes, de précarité et de logement.

Si vous pouvez lui offrir des gommes de nicotine, cela pourrait lui rendre service pour commencer à diminuer sa consommation. Ce qui semble important dans son cas c'est de se remettre dans un cercle vertueux dans lequel chaque progrès entraîne le suivant.

Vous pouvez aussi lui conseiller de consulter un tabacologue. Cela paraît important dans son cas, d'autant plus qu'il pourra lui prescrire un anti-dépresseur si nécessaire pour l'aider dans sa démarche de réduction ou d'arrêt du tabac. A forte dose, le tabagisme fait en effet office d'antidépresseur...

Autrement dit, je vous conseille une stratégie de petit pas et surtout de la convaincre de consulter quelqu'un.
Dr Philippe Presles
Rédaction e-santé
MOREAU
Portrait de cgelitti
[QUOTE=Dr Philippe Presles] Bonjour,
Qui croire ? Et bien personne n'est pareil en matière de tabagisme. Ce qui est sûr c'est que cela ne sert souvent à rien de réduire sans substituts nicotinique : le cerveau continue à réclammer sa dose et il finit toujours par gagner.
La bonne façon, si vous n'arrivez pas à arrêter de fumer (ce qui concerne 30% des fumeurs quand même !), c'est de remplacer la moitié de vos cigarettes par des substituts nicotiniques sous forme de gommes ou de comprimés. Votre cerveau vous laissera tranquille et vous pourrez apprécier votre nouvelle liberté.
Et progressivement vous vous renforcerez dans votre envie d'arrêter de fumer. Les études montrent qu'à deux ans vous doublerez vos chances d'arrêt.
Donc vous diminuez votre risque, vous vivez mieux et vous vous préparez mieux à arrêter. J'espère vous avoir convaincu !
Meilleures salutations,
Dr Philippe Presles[/QUOTE]
Béa
Portrait de cgelitti
[QUOTE=Dr Danis Jean-Louis] Les substituts nicotiniques offrent la possibilité de réduire la consommation de cigarettes sans éprouver de manque.Ce "confort" peut être mis à profit pour entrer dans un processus qui peut conduire à l'arrêt du tabac.
Pour cela il est utile d'observer les contextes dans lesquels vous fumez.Dans ses contextes , la cigarette a une fonction que vous pourrez identifier.
A compter de ce moment là vous pouvez envisager de réaliser des "expériences" en ne fumant pas dans certains de ces contextes(pas tous à la fois, entrainez vous).
Ainsi vous pourrez revisiter certaines de vos croyances ou représentations qui renforcent le rôle de la cigarette.
Par exemple comment se passe un moment de convivialité si la cigarette n'y est pas?
Ainsi la question n'est plus de ne pas fumer mais de réaliser une expérience différente( un autre choix possible)ou l'acteur principal n'est plus la cigarette mais le fumeur.
N'hésitez pas à vous faire ce plaisir d'éprouver autre chose.[/QUOTE]

C'est exactement ce que j'ai fait, sur les conseils d'une tabacologue.
Dans un premier temps, j'ai identifié les moments où je fumais, pour supprimer certaines cigarettes au fur et à mesure.

Le jour où je me suis sentie prête, j'ai définitivement arrêté.
Je suis aidée par des substituts qui me donnent plus de confort dans mon sevrage.

7 semaines que je ne fume plus. Je n'en souffre pas. Je n'ai plus envie de fumer, ni même l'idée.
Et je me sens vraiment mieux ! libre et désintoxiquée.
Dr Philippe Presles
Portrait de cgelitti
Bonjour,
Qui croire ? Et bien personne n'est pareil en matière de tabagisme. Ce qui est sûr c'est que cela ne sert souvent à rien de réduire sans substituts nicotinique : le cerveau continue à réclammer sa dose et il finit toujours par gagner.
La bonne façon, si vous n'arrivez pas à arrêter de fumer (ce qui concerne 30% des fumeurs quand même !), c'est de remplacer la moitié de vos cigarettes par des substituts nicotiniques sous forme de gommes ou de comprimés. Votre cerveau vous laissera tranquille et vous pourrez apprécier votre nouvelle liberté.
Et progressivement vous vous renforcerez dans votre envie d'arrêter de fumer. Les études montrent qu'à deux ans vous doublerez vos chances d'arrêt.
Donc vous diminuez votre risque, vous vivez mieux et vous vous préparez mieux à arrêter. J'espère vous avoir convaincu !
Meilleures salutations,
Dr Philippe Presles
franceline
Portrait de cgelitti
J'espère de tout coeur vous voir obtenir de l'aide et des appuis. Persdonnellement, je ne saurais le faire, mais vous souhaite bon courage.
Pourquoi ne vous positionnez vous pas sur la discussion "Tabac", vous y seriez lue par de nombreuses personnes.
Bonne chance!
franceline
Portrait de cgelitti
oui, et ?
Emmanuelle
Portrait de cgelitti
http://www.stop-tabac.ch

Pour phil et val,
Depuis début juin j'ai décidé de réduire ma consommation de cigarette en suivant Béatrice "forum arrêt -tabac-suite-conisation", cf son protocole.
Depuis le 12/07 je n'ai pas touché une cigarette et continue les pastilles à la nicotine.
J'espère être en bonne voie... Vous trouverez plein de conseils et même un coach virtuel sur le lien noté plus haut.
Bon courage !

Ps : Je n'ai aucune volonté ! Mais j'ai trouvé plein d'astuces pour m'aider.


Pour Nyoven,
Je vous souhaite beaucoup de courage et de patience pour convaincre votre fille.
Dr Danis Jean-Louis
Portrait de cgelitti
Les substituts nicotiniques offrent la possibilité de réduire la consommation de cigarettes sans éprouver de manque.Ce "confort" peut être mis à profit pour entrer dans un processus qui peut conduire à l'arrêt du tabac.
Pour cela il est utile d'observer les contextes dans lesquels vous fumez.Dans ses contextes , la cigarette a une fonction que vous pourrez identifier.
A compter de ce moment là vous pouvez envisager de réaliser des "expériences" en ne fumant pas dans certains de ces contextes(pas tous à la fois, entrainez vous).
Ainsi vous pourrez revisiter certaines de vos croyances ou représentations qui renforcent le rôle de la cigarette.
Par exemple comment se passe un moment de convivialité si la cigarette n'y est pas?
Ainsi la question n'est plus de ne pas fumer mais de réaliser une expérience différente( un autre choix possible)ou l'acteur principal n'est plus la cigarette mais le fumeur.
N'hésitez pas à vous faire ce plaisir d'éprouver autre chose.
Val
Portrait de cgelitti
Bonsoir Phil,

Pour ma part, j'ai essayé de réduire à de nombreuses reprises. Hélas, j'ai rapidement repris mon ancienne consommation...
Je reste donc convaincue qu'il n'y a pas de juste milieu. On fume ou on arrête !
Mais moi non plus, pour le moment je n'arrive pas à me décider d'arrêter définitivement. Pourtant, je sais qu'il le faut rapidement et impérativement !!

Bon courage !

Pages

Sujet vérouillé