Alain 13
Portrait de cgelitti
bonjour, j'ai un peu plus de 30 ans et mariée, j'étais en abstinence totale depuis un peu plus de trois mois, je suis suivi par un spy et un médecin. Tout se passait bien, enfin je croyais, et la semaine dernière suite à l'annonce d'un décès, j'ai voulu me défier, j'ai repris un verre, puis deux...et j'ai passé une semaine "noire", je me sens si coupable et faible!!!Vais-je vraiment réussir définitivement à banir l'alcool de ma vie et pourquoi je me sens si mal?

je n'ai pas pris un verre depuis vendredi dernier mais je ne sais pas si je vais tenir

noune
Portrait de cgelitti
réponse à philgue
merci d'avoir prêter attention à mon message
Mais, pour le moment, je n'ai aucune réponse à tes questions, je voulais sans doute me prouver que j'étais redevenue "normale" mais après la vue de ce corps, j'ai cru revenir plusieurs années en arrière, avec mes mêmes peurs et mes faiblesses, impossible de les controler, de les exprimer.
noune
Portrait de cgelitti
Merci Alain, pour tes encouragements.La confiance revient comme avant, j'entreprends même des choses que je n'osais pas avant, j'en arrive même à penser que cette rechute m'a fait comprendre beaucoups de choses.Je ne me préoccupe que du jour présent, je tiens, demain on verra. Ca fait du bien de pouvoir en parler, car mon mari fait l'autruche, donc pas de dialogue. Enfin, je me sens moins seule, merci.
Alain 13
Portrait de cgelitti
Bonsoir Noune,
Je ne pense pas que l?on puisse effacer comme cela une période plus ou moins longue de notre vie où l?on a trouvé un certain refuge ou réconfort auprès de l?alcool. Le recours à l?alcool pour estomper certaines émotions ou ne pas vouloir voir certaines choses?. et le fait d?éviter le sujet alcool était peut-être un refus plus ou moins conscient d?assumer..
Personnellement j?ai fait quelques rechutes, toujours au bout de trois quatre mois ; puis un jour j?ai mis toutes les chances de mon côté, et malgré mes forts apriori, j?ai poussé la porte d?une association, Vie Libre, où j?ai trouvé un accueil très simple, chaleureux, et où la discussion a été très facile?
Discussion sur l?alcool, mais surtout sur la recherche d?un nouvel art de vivre, sans ce produit.
Ensuite j?ai eu envie à mon tour de devenir actif, et je suis responsable d?une section, je monte des actions de sensibilisation aux dangers de l?alcool dans les collèges, je vais voir des personnes en sevrage dans les hôpitaux, etc.
Si tu veux trouver des personnes pour discuter sans tabou de l?alcool, tu as bien sûr certains forums, mais rien ne vaut le contact direct avec les personnes? personnellement, je me suis beaucoup enrichi, et je continue à m?enrichir , en côtoyant toutes ces personnes d?âges et de milieux socioculturels différents.
Essaie le forum accueil de www.vielibre.org en déposant un message ; cela ne t?engage à rien ; tu auras plusieurs réponses, et tu pourras voir si cela t?apporte quelque chose?
... et n'en veux pas à ton mari ! Il est des choses difficiles à comprendre si on ne les a pas vécues.
philgue
Portrait de cgelitti
Peut être que le souci relève de la psy, as tu déja été confrontée à un évènement dans ta vie en lien avec un décés qui t'aurait marqué(hum....excuse ça fait un peu psycho de comptoir!!)
bien amicalement
philgue
noune
Portrait de cgelitti
enfin, je suis un peu fière de moi, toujours abstinente depuis le 23 janvier, le moral revient!!
noune
Portrait de cgelitti
Alain,
j'aimerais m'exprimer sur un fait et savoir si c'est normal.
Lors de ma première abstinence,je trouvais cela très facile voir même trop à mon gout, je disais tout le temps que l'alcool ne me manquait pas.Mais aujourd'hui, l'alcool me manque, j'y pense très souvent, je ressens le craving que je ne ressentais pas avant ma rechute.Je tiens mais il est vrai que j'ai peur de craquer. De plus, j'ai envie d'en parler, de dire ce que je ressens sans aucun tabou(à condition de trouver des personnes qui me comprennent, pas comme mon mari!). Avant, j'évitais le sujet de l'alccol.
Alain 13
Portrait de cgelitti
Bonjour Noune
entre personnes qui vivent le même problème, on se comprend toujours mieux... !
Que cette rechute -ou plutôt cette réalcoolisation- t'ait fait comprendre beaucoup de choses, c'est très positif: on apprend de ses erreurs, et on progresse...
Bisou d'encouragement.
Alain 13
Portrait de cgelitti
Bonsoir Noune
tu n'as pas à culpabiliser, ni à chercher de réponse... Il est normal qu'il y ait un "passage à vide" au bout de trois/quatre mois d'abstinence. Le cordon n'est peut-être pas tout à fait coupé. Reprends confiance, et remets en place les outils qui t'ont réussi durant ces trois mois.
Courage !
philgue
Portrait de cgelitti
bonjour Noune,
j'ai envie de te poser la question suivante, pourquoi te défier, quel lien avec le décés ? j' anime des questionnements sur le baclofène et l'alcool dans le forum "base de données baclofène", tu peux nous y rejoindre si tu le souhaites.
bien amicalement
Philgue
Sujet vérouillé