Alain
Portrait de cgelitti
Bonjour,étudiante 2ème année en soins infirmiers, je recherche tous les renseignements/témoignages concernant le vécu après l'abblation d'une partie du corps suite à un cancer et plus particulièrement le cancer du sein, afin de faire un mémoire sur ce sujet.

Comment vous vivez cette "perte" ?

Est-ce qu'un de vos proches a subi une abblation et comment le voyez-vous maintenant ?

Où pourrais-je trouver des renseignements sur ce sujet ?

Je vous remercie pour vos réponses, et tiens à vous préciser que je suis tenue au secret médical.

gerone
Portrait de cgelitti
je suis atteinte d'un cancer du sein depuis 1996. J'ai d'abord eu un curage ganglionnaire, puis suivi chimio, rayons, subi une masectomie avec reconstruction immédiate ave le grand droit abdominale. Les médecins trouvent cette technique génial. Moi j'ai un avis plus partagé, et aujourd'hui je ne sais pas si je ferais cette reconstruction
Alain
Portrait de cgelitti
Bonjour.
En ce qui me concerne, j'ai subi une néphrectomie totale droite suite à un hypernéphrome fin 1998, une néphrectomie partielle gauche pour hypernéphrome fin 2001. Si cela vous intéresse, je peux répondre à vos questions.
Bonne chance dans vos études (mon fils et ma belle fille sont également infirmiers).
Alain
PS: vous pouvez me contacter à l'adresse électronique suivante:
alainsaurius@hotmail.com
anne
Portrait de cgelitti
j'ai subi l'ablation du sein droit en janvier 2000. En avril 2001 on m'a fait la reconstruction avec le grand dorsal. Ca n'a pas été tout simple ! La place laissé par le muscle dans le dos a eu du mal a cicatriser. Pendant plusieurs mois j'allais régulièrement faire faire une ponction pour enlever le sang qui s'accumulait dans la place restée vide. La peau ne parvenait pas à se "recoller". Je n'ai pas fait faire de "retouches". A l'heure actuelle j'ai un "sein" plus petit que l'autre, le côté sous mon bras à hauteur du sein n'est pas tout à fait plat. (d'après ce que j'ai compris, le chirurgien a retourné le muscle avec la peau pour les faire passer devant). Lorsque je fais certains mouvements, ce muscle qui me sert de sein se contracte.... Malgré tous ces inconvénients et la souffrance morale et physique de cette reconstruction je ne regrette pas. Je ne supportais pas la prothèse externe à mettre dans le soutien gorge, l'achat de dessous dans des pharmacies spécialisées (soutien gorge, maillots de bain...) devenait une corvée ! 4 ans après cette reconstruction, je me suis habituée à mon nouveau corps. Je sais que je devrais repasser par la chirurgie d'ici quelques années car la pothèse de sérum physiologique ne durera pas éternellement mais pour le moment je n'y pense pas. J'ai aujourdhui 50 ans, je ne me sens pas moins femme qu'avant ce cancer, peut être grâce à cette reconstruction ! Il faut quand même dire qu'il y aurait des progrès à faire....mais, là encore la recherche ne s'interesse pas à quelques cas désespérés ,de plus, pour des femmes qui il faut bien se l'avouer ne sont plus très jeunes. La chirurgie esthétique pure est d'un meilleur rapport.......   
gerone
Portrait de cgelitti
L'important c'est de vivre, surtout lorsque l'on a des enfants en bas age à élever. J'avoue que j'ai la chance d'avoir un mari compréhensif, je ne serais pas fière de mon corps si je devais séduire quelqu'un. La reconstruction avec le grand droit, quel torture !!! pour au final être handicapée toute sa vie (pas de port de charge supérieure à 5 kg...)et une éventration sur 25cms.
Sujet vérouillé