alexandra
Portrait de cgelitti
Bonjour à tous,

Je suis étudiante en psychologie et grandement intéressée par les problèmes d'alcoolisme et notamment par les conséquences de cette maladie sur les enfants.

Ainsi, je cherche des témoignages de personnes ayant vécu l'alcoolisme de l'un ou des deux parents.

Si vous voulez m'aider dans mes recherches, sachez que je suis soumise au secret professionnel. Par conséquent, tout témoignage restera anonyme.

Je vous remercie d'avance.

alexandra
Portrait de cgelitti
Je suis bien d'accord sur le fait que les bouteilles d'alcool ignoble et peu cher ne devrait pas exister mais je voudrais préciser quelque chose : l'alcoolisme ne se définit pas par une consommation excessive mais par l'impossibilité pour la personne de s'abstenir de consommer de l'alcool. Que ce soit une bouteille de vin tous les soirs ou une tous les mois (j'exagère mais c'est un peu ça), à partir du moment où la personne ne peut s'empecher de boire, ça peut être défini comme de l'alcoolisme. Certains dépendants ne boivent que des alcools forts et seulement de temps en temps, par crises: alors qu'ils peuvent rester sobres pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois, lors d'une "crise", il leur devient presque impossible de résister à l'appel de la boisson et certaines personnes en arrivent même à ingérer de l'alcool à brûler et autres liquides non destinés à être bus...
la suite ???
Portrait de cgelitti
[QUOTE=alexandra] Bonjour à tous,
Je suis étudiante en psychologie et grandement intéressée par les problèmes d'alcoolisme et notamment par les conséquences de cette maladie sur les enfants.
Ainsi, je cherche des témoignages de personnes ayant vécu l'alcoolisme de l'un ou des deux parents.
Si vous voulez m'aider dans mes recherches, sachez que je suis soumise au secret professionnel. Par conséquent, tout témoignage restera anonyme.
Je vous remercie d'avance.[/QUOTE]
rectif
Portrait de cgelitti
[QUOTE=alexandra] Bonjour à tous,
Je suis étudiante en psychologie et grandement intéressée par les problèmes d'alcoolisme et notamment par les conséquences de cette maladie sur les enfants.
Ainsi, je cherche des témoignages de personnes ayant vécu l'alcoolisme de l'un ou des deux parents.
Si vous voulez m'aider dans mes recherches, sachez que je suis soumise au secret professionnel. Par conséquent, tout témoignage restera anonyme.
Je vous remercie d'avance.[/QUOTE]
alexandra
Portrait de cgelitti
Je pense que vous avez raison de laisser passer les fêtes où la tentation risque d'être beaucoup trop difficile. Mais je pense que le mieux pour vous serait de vous faire aider par un alcoologue car ça risque d'être très difficile. en tout cas et quoi que vous décidiez je vous souhaite bon courage et bonne chance...

sinon, ça n'a rien à voir, mais si vous êtes d'accord pour participer à ma recherche, bien que celle-ci soit anonyme, il me faut tout de même prendre contact avec vous et vous rencontrer et ce pour des problèmes d'éthique et de validité de mon étude.
Hervé
Portrait de cgelitti
Bonjour,

Je suis un alcoolique et je dois mon abstinence, entre autres, aux Alcooliques Anonymes (AA).

Dans votre recherche vous pourriez vous rapprocher très utilement de deux associations absolument complémentaires des AA :

- AlAnon consacrée exclusivement aux proches de l'alcoolique, et
- AlAteen consacrée exclusivement à ses enfants,
- AA n'étant consacrée qu'aux alcooliques.

Je ne connais pas le mode de fonctionnement d'AlAnon ou d'AlAteen mais je sais que chez pratiquement tous les groupes AA, une fois par mois en général, existe une réunion dite "ouverte" à laquelle peut assister quiconque en exprime un désir légitime, et bien évidemment aux médecins que nous appelons "alliés naturels".

Voici 2 adresses où vous en apprendrez plus :

http://www.alcooliques-anonymes.fr
http://assoc.wanadoo.fr/al-anon.alateen.france

Je vous souhaite une recherche fructueuse...

Hervé

alexandra
Portrait de cgelitti
je crois que je dis une bêtise et que l'on ne peut pas envoyer de message privé dans ce forum. donc si quelqu'un est d'accord pour participer à ma recherche, merci de me contacter ou de laisser ses coordonées à cette adresse mail: alatchoum@msn.com
Céline
Portrait de cgelitti
Moi aussi, j'ai connu un "père" alcoolique. Je mets le mot père entre guillemets, parce qu'un père digne de ce nom n'a pas le droit de faire à ses enfants ce que j'ai subi ! violences, séquestrations, etc... Plus les violences sur ma mère auxquelles j'ai assisté.

Il a fini par se suicider lorsque j'avais 12 ans et ma vie a alors pu commencer.
Je me demande encore aujourd'hui comment aurait pu se passer mon adolescence s'il n'avait pas disparu avant. Très mal, j'en suis certaine !

J'ai 43 ans aujourd'hui et j'en porte toujours les séquelles. Je suis traumatisée à vie ! et j'en veux toujours à mon père d'avoir brisé ma vie.

J'ai eu toutes les peines à construire un couple, et ce n'est toujours pas gagné. J'ai du expliquer à mon conjoint les blessures de mon enfance, afin qu'il puisse comprendre ma façon d'être, d'agir, de réagir, etc... C'est tellement loin de ce qu'il a pu connaître qu'il a du mal à comprendre et surtout à imaginer quel a pu être mon enfer.

Je n'ai jamais eu d'enfant, et je n'ai pas de souvenir tendre de mon enfance. C'est un gros manque pour moi d'avoir le sentiment de ne jamais avoir eu de père, et de ne jamais avoir eu sa tendresse.

Je ne peux pas dormir dans le noir, je ne supporte pas d'être enfermée dans une pièce, etc, etc...

Très difficile à résumer en quelques lignes... mais c'est un énorme traumatisme, et une vie brisée : la mienne !

alexandra
Portrait de cgelitti
Et bien merci pour ce message. Je ne sais vraiment pas quoi vous répondre. je vois que vous parlez à l'imparfait de votre maladie donc félicitations pour avoir réussi à arrêter.

Si vous voulez faire partie de mon étude contactez moi par mp et sinon bon courage et bonne continuation.
roxenn
Portrait de cgelitti
Mon père était un grand alcoolique. Il buvait du matin au soir, de 15 à 20 bières par jours + 6 pastis, et 2 litres de vins par jour, et cela durant 40 ans. Tous les
soirs il revenait ivre mort, tombait partout dans la maison, la nuit il nous réveillait tous car il tombait dans les escaliers. Moi je pleurait toutes les nuits, et
j'avais honte. Maintenant lorsque j'entends un choc, j'ai
peur et je me remémore ces instants. Je me suis faite soigner par des psy et des psa, mais c'est irréversible
je suis fragilisée à 100%. Ma vie est détruite, et je vis
avec ce souvenir là. Impossible de m'enlever cela de
la tête.
Mon père n'avait qu'une passion dans la vie : boire.
Nous n'avons jamais d'argent, pas de maison ou appart. à nous, jamais de vacances, et à peine de quoi manger. On ne parlait jamais de cela car à l'"poque ce sujet était tabou. Mais moi maintenant je le paie en SANTE, je suis
dépressive.Mon père est mort malgré tout à 70 ans, alors
qu'il pourrait encore vivre.
ROXENN
jp
Portrait de cgelitti
Moi ca fait 14 ans que j'essaye de me sortir de ce probleme et la ca fait 16 jours que je suis abstinent. Et me viens une réflexion. En fait ceux qui font de bon produit comme le fitou par exemple ou de bon wisky ect la ou il y a de la passion dans le métier, il se trouve que ces bouteille ont un prix plus honéreux et que ca ne fait pas mal a la tete une consomation modéré. Ma réflexion est que si c'est cher pour de bon produits les gens ne pourront pas se larsoullier avec n'importe quoi commme des bouteille de 1 litre et demi de vin rouge de merde sous l'appellation villageoise a 0.80 centime d'euro le litre et demi. Si l'on interdisait a la vente ce type de produits les génération qiui arrive serait obliger de le consommé avec modération et respect du produit car ce qui rend alcolique c'est la conso exécive dont une fois qu'on est atteint il est difficile de ce passé et vu que le prix serait honéreux et bien les gens ne pourrais pas se rabattre sur des sous produit nocif.

Pages

Sujet vérouillé