• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    6 avis
  • Commentaires (0)

A quelle fréquence faisons-nous l'amour ?

A quelle fréquence faisons-nous l'amour ? Au tout début d'un couple, les relations sexuelles sont fréquentes, plus fréquentes qu'elles ne le seront jamais par la suite. Et c'est vrai, qu'il s'agisse d'un premier couple ou d'un couple recomposé pour la deuxième ou troisième fois.

Les chiffres ? Les couples de moins de deux ans déclarent en moyenne plus de 13 rapports sexuels par mois. Plus de la moitié font l'amour au moins trois fois par semaine.Par la suite, ils ne retrouveront jamais cette vitesse de croisière.

Après ces deux ans de pratique sexuelle intensive, le rythme des ébats diminue pour se stabiliser aux alentours des 5 ans de vie commune. La moyenne est alors d'environ 9 à 10 relations sexuelles par mois. On observe alors encore un tiers de pratiquants enthousiastes (3 rapports sexuels ou plus par semaine), 40% de pratiquants plus « pépères » qui font l'amour moins de deux fois par semaine.

À noter : l'effet « lune de miel des débuts » est totalement indépendant de l'âge. Si vous fondez un nouveau couple à 45 ans, vous vivrez aussi bien que si vous aviez 20 ans, le pic de relations sexuelles fréquentes.

Par la suite, deux possibilités : alors qu'ils sont ensemble depuis 5 à 10 ans, 6% des couples n'ont plus du tout de rapport sexuels. L'explication : une période sans sexualité précède souvent une séparation. Les autres continuent au même rythme qu'auparavant !Puis, entre 10 et 15 ans de mariage, la proportion de couples abstinents tombe à 1%. Les couples qui sont encore ensemble sont, pour la plupart, des couples positivement inscrits dans la durée.

On peut mettre en parallèle la fréquence des relations sexuelles et la durée de chaque acte sexuel : de 40 minutes en moyenne pour les couples de moins de deux ans, elle atteint 30 à 35 minutes seulement après 5 ans de vie commune.

Finalement, on peut en conclure qu'après un feu d'artifice au départ, après 5 ans de vie commune, la vie sexuelle mesurable est un peu moins intense… mais pas tant que ça ! Même si la différence est significative, elle est plutôt modérée !Cela rejoint bien ce qu'un collègue médecin sexologue affirmait : « ce qui m'a étonné, dans la pratique de la sexologie, c'est que les gens mariés continuent toujours à faire l'amour. Je pensais qu'ils finissaient par s'en lasser ! » Pas du tout docteur, l'amour, tout le monde aime, et quoi de mieux pour le montrer que des gestes ?

Article publié par le 14/01/2004

Sources : Étude de l'Inserm, Nathalie Bajos, Michel Bozon, Alexis Ferrand, Alain Giami et Alfred Spira, " La sexualité au temps du sida ", PUF.

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 

en savoir plus