mdd69
Portrait de cgelitti
Je viens d'apprendre que ma belle soeur allait être hospitalisee (suite a une premiere intervention en janvier qu'elle nous avait annoncée comme begnigne)pour une curietherapie de 3 jours , suivie après un temps de repos de 15 jours, d'une nouvelle période de 3 jours.

Une intervention est ensuite programmée pour une hysterectomie avec période de convalescence de 5 semaines mini à la suite.

J'avoue que passé le choc de l'annonce, j'ai des difficultés à me positionner - Quelle attitude adopter ?

Je ne souhaite pas lui tenir un discours ultra rassurant ou minimiser l'evenement mais d'un autre coté je pense que la sur-proteger n'est pas non plus une bonne solution d'autant que ce n'est pas dans nos habitudes (je la vois régulièrement mais elle reste très indépendante au quotidien)

Quel conseil me donneriez-vous ? avez vous des expériences à me confier ?

mdd69
Portrait de cgelitti
Bonjour, L'attitude à tenir n'est pas facile. e-santé a fait dernièrement un article là-dessus, va le lire. Il répondra à tes questions. Mais après, il y a sa propre sensibilité et celle de la personne en face de soi. Attention, il ne faut pas tomber dans la "pitié" ou... assimilé ! Surtout, il faut être là, et ne pas attendre que la personne malade "réclame", "appelle" ! Il faut passer la voir, lui téléphoner, lui demander... "comme tu vas aux courses"... si... "elle veut que tu lui apportes quelque chose", etc... Attention, les "personnes trés indépendantes au quotidien"... le sont quelquefois, parce qu'elles ne peuvent pas faire autrement, que personne ne les aide ! Elles jouent, alors, la grande indépendance ! Mais, en cas de grande fatigue, elles savent apprécier un service rendu NON SOLLICITE, sutout ça ! Il ne faut pas attendre les demandes (certaines ne viendront pas..) il faut les anticiper pour les éviter. C'est trés important.
J'espère t'avoir apporter un peu de ce que tu souhaitais. Bon courage. mdd   
Sujet vérouillé