Quel est le premier motif de consultation en gynécologie ? Les mycoses vaginales

Quel est le premier motif de consultation en gynécologie ? Les mycoses vaginales

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 31 Juillet 2000 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 16 Juin 2016 : 14h57
Les mycoses vaginales représentent la première cause de consultation en gynécologie. Elles sont dues à des champignons microscopiques. Pourtant, les mycoses vaginales sont souvent favorisées par une hygiène intime trop stricte. Explications.

Hygiène intime : apprendre la juste mesure pour prévenir les mycoses vaginales

L'excès d'hygiène intime entraîne aussi un déséquilibre qui favorise la croissance des champignons. Ils peuvent se développer sur des muqueuses externes trop irritées, asséchées ou asphyxiées.

  • Les causes d'assèchement sont les savonnages et les douches locales trop fréquents, l'utilisation de gels ou de savons liquides agressifs, d'antiseptiques locaux ou de bains moussants.
  • Les causes d'asphyxie sont le port prolongé de tampons (pendant plus de 4 heures, notamment toute la journée ou la nuit),de serviettes périodiques synthétiques, de protège-slips, de strings et de jeans trop serrés. Toutes ces causes empêchent en effet la muqueuse de respirer et font le terrain des mycoses vaginales.

Contraception et ménopause favorisent les mycoses vaginales

L'équilibre hormonal est aussi important s'agissant de mycose vaginale.

Les organes sexuels féminins sont sous la dépendance de deux hormones complémentaires, les estrogènes et la progestérone. La première entretient une bonne humidification du vagin et de ce fait favorise l'équilibre de la flore vaginale.

A contrario, deux cas de figure vont pouvoir entraîner un déséquilibre responsable de mycoses vaginales :

  • La ménopause, car elle est caractérisée par l'arrêt de la sécrétion des estrogènes.

    C'est ainsi que le remplacement des estrogènes déficientes par un traitement hormonal substitutif de la ménopause contribue à lutter contre les mycoses vaginales.

  • Une contraception à base de progestatifs.

    Le climat estroprogestatif est alors déséquilibré, expliquant l'effet contraceptif, mais favorisant les mycoses vaginales.

    Une solution alternative est à rechercher avec l'aide de son médecin.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 31 Juillet 2000 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 16 Juin 2016 : 14h57
Source : FMC Hebdo N°79 13 juin 2000
A lire aussi
Mycose vaginale : les signes qui ne trompent pas !Publié le 28/01/2013 - 10h37

Les mycoses vaginales sont des infections bénignes très fréquentes dues à un champignon, Candida Albicans, d’où son autre nom de « candidose » vaginale. Quels sont les signes typiques indiquant une prolifération de ces champignons ? Comment reconnaître une mycose vaginale ?

Les mycoses vaginales en 4 questions/réponsesPublié le 07/04/2015 - 09h54

Entre 10 et 20 % des femmes développent des mycoses vaginales. Ces affections représentent l’un des premiers motifs de consultation en gynécologie. Bénignes, elles nécessitent un traitement simple puis la mise en place de quelques règles d’hygiène pour prévenir les récidives.

Pertes blanches : et si c'était une vaginite ?Publié le 24/02/2012 - 11h04

Une vaginite désigne une inflammation du vagin qui peut avoir différentes origines : bactérienne, mycosique, virale, hormonale, etc. En revanche, les symptômes sont comparables, à commencer par des pertes blanches ou « leucorrhées », des démangeaisons, des douleurs lors des...

Plus d'articles