Ninilachanceàtous
Portrait de cgelitti
Je ne sais plus quoi faire depuis longtemps car ma mère a 70 ans et ne fait plus rien à cause de ce poison.

Elle se détruit petit à petit et nous détruit nous aussi ses enfants car, nous sommes impuissants face à ces délires . Elle tombe très souvent car elle a des prothèses aux hanches et ne marche pas très bien.

Elle est seule et me dit que nous ne pouvons pas comprendre, que son mari est parti(il y a 24 ans elle n'a jamais refait sa vie car il n'y a quelui) que sa vit est foutue, etc,etc,etc ceci depuis toutes ces années.

Evidemment cela a ravagé toutes nos vies, mon frère est actuellement chez elle mais n'ose plus la laissér car dés qu'elle le peut elle s'enivre si elle ne peut pas sortir elle se fait livrer. Lorsq'elle a bu elle est odieuse, méchante et lorsqu'elle est à jeun- elle si adorable, maman que j'aime- elle ment ou s'invente des histoires. J'ai parfois l'impression qu'elle perd la tête. On ne fait plus rien ensemble, plus de sorties, les conversations sont vides de sens car elle n'a rien à dire. Ses amis se sont éloignés et l'evite ainsi que sa famille. Je crois avoir tout essayé, l'hospitalisation de force, très déçue c'était dans un hôpital psy, il m'ont dit qu'il n'y avait que cet endroit horrible (ce n'est pas adapté) là-bas elle est tombée malade et ces imbéciles ne l'ont pas fait soigné de suite. Alors je l'ai sortie de là et elle a replongé aussitôt le dos tourné après m'avoir fait des promesses, je suis tombée de très haut lorsque j'ai compris, c'est elle qui tient sa vie en main, on ne peut rien faire, etc...JE ME REFUSE DE CROIRE A CELA!

"ON peut toujours plus que ce que l'on croit pouvoir"

Joseph Kessel

alors qui peut m'aider???? y-a-t-il une solution? ou devons nous nous résoudre à la voir se suicider tout doucement... Merci de prendre un peu de temps pour me répondre

étincelles
Portrait de cgelitti
Kalinka,
Comme beaucoup ici j'ai vécu (et vis toujours) la même histoire.
Ma mère a 50 ans, apparemment en bonne santé. Je dis "apparemment" car personne ne connait son véritable état de santé. J'ai quitté mes parents tout comme mes soeurs, seul mon père est à ses côtés. Selon lui elle va mieux (on dirait qu'il s'en persuade). Selon moi j'ai encore grillé des bouteilles dans sa chambre il y a un mois....
Ma mère est donc alcoolique et ce depuis son adolescence...Ca été une surprise pour sa propre soeur et sa meilleure amie!
J'ai compris que c'était l'alcoolisme quand j'avais entre 13 et 15 ans, enfin, j'ai pu mettre un nom à son comportement: propos incohérents, changements d'humeur en 2 secondes, démarche instable, violence, gros mots envers mon père ect ect...
Aujourd'hui ça fait partie de ma vie, je n'en souffre plus, du moins j'ai décidé de construire ma vie sans en être trop affectée. Je profite du meilleur avec elle et de tout ce qu'elle possède de bon.
Elle boit le soir et s'enferme. Ce sujet a été très longtemps tabou à la maison, je n'en ai parlé avec elle qu'une seulle fois, il y a 4 ans. Elle reconnaissait sa maladie et s'est justifiée, je lui ai simplement dit que je l'aimais et que je serai toujours là, que je respectais sa maladie. Je lui ai demandé pourquoi elle ne voulait pas se soigner, elle m' a répondu "quand tu rencontre ce qui te soulage des pires maux, tu ne le lâches pas"...Aujourd'hui je ne juge pas, je ne veux pas l'accabler. Elle n'a jamais entrepris de cure ou quelle qu'autre initiatives de sevrage. Je lui en ai voulu longtemps (j'ai 26 ans), je l'ai detestée, j'ai pleuré et cherché à comprendre pourquoi on pouvait se faire tant de mal ainsi qu'à sa propre famille.

Je ne veux pas être pessimiste, aucune situation ne mérite qu'on le soit, mais parfois l'acceptation simple du mal-être d'un être cher, suffit à vivre mieux. L'amour fait accepter et tolérer des choses abbérantes pour un tiers extérieur.
Ta maman souffre beaucoup (on ne boit pas sans raison),le conseil que je te donnerai serait de lui montrer qu'elle peut compter sur toi, que tu ne la juges pas et surtout que tu l'aimes, malgré la souffrance que son alcoolisme produit dans ta vie. Consacre toi à ton propre bonheur, à ta vie et à ce que tu veux lui apporter, consacre toi à tes projets et tes défis, bien-sûr, sans jamais oublier ta maman, qui fait partie de ta vie comme l'alcoolisme de la sienne.
bon courage.
Clarinette
Portrait de cgelitti
Bonjour à tous,
Je lis tous vos témoignages et cela me donne envie de pleurer. Ma mère est alcoolique depuis que j'ai 12ans et j'en ai 25 aujourd'hui. C'est un vrai fléau et mon père, lui est maniaco-depressif et alcoolique. Ils st divorces mais ma mere y va tous les jours et se saoule chez lui. Mon gros problème, c'est qu'elle n'a plus d'argent et dc vit chez ma grand mère depuis presque 1 an!!!!! Ma grd mere a perdu 5 kilos, elle souffre beaucoup et ne sait plus quoi faire ma mere n a plus de permis mais continue à conduire et bois aussi avant de conduire. Que faire pour la virer de chez ma grd mere?? Elle a deja fait une cure de 15 jours en decembre mais elle a tenu 1 mois, je lui ai dejà mis des claques, j'ai appelé la police, elle a passé une nuit en cellule et plutot que de se remettre en question, elle m'accuse. Et se fait passer pour une victime sans cesse devant les gens. Nous n'en pouvons plus ET AVONS PEUR DE PAYER SES DETTES ou si elle renverse quelqu'un sur la route, ce qui est deja arrivé, mais ne prend pas conscience, cette personne aurait pu mourrir. QUE FAIRE AIDEZ MOI, je ne suis pas bien et en plus c'est mon copain qui subit mes humeurs et celui de ma soeur c'est pareil. C'est trop dur pour nous tous. Je crois que ma vie commencera quand mes parents mourront, c'est ma triste réalité. merci de me répondre j'en ai besoin...
Clarinette
Portrait de cgelitti
Bonjour Lalie,
Je t'admire car j'ai souvent arrêter de parler à mes parents mais je ne tiens jamais, je me sens responsable, et je me dis que ce sont mes parents. En revanche, il est certain que le jour où je ne leur parlais plus, je me suis senti plus légère, c'était très appréciable. Malheureusement, la dernière fois elle avait une tumeur, et dc je suis retournée lui perler et en fait c'était bénin. De plus ce que je voudrais par dessus tout, c'est avoir DES EXCUSES!!!!!! Jamais en 13 ans je n'en ai eues. Qu'elle me dise "je me rends compte de ce que je vous ai fait subir toi et ta soeur et les autres et pardonnez moi, je m'en veux, je vais tout faire pour me soigner..." mais jamais, et quand je fais la fête le week end, je culpabilise et deviens parano, j'ai peur de devenbir comme elle. C'est très dur. Il faut que je change d eville ou de pays et ce sera plus facile, mais c'est comme laisser les membres de ma famille se debrouiller, et encore cette culpabilité qui me ronge. pfff je suis fatiguée! En tous cas continue lalie si tu as la force garde la c'est le mieux pour toi, tu pourras enfin faire ta vie.. A bientôt
delphine
Portrait de cgelitti
bonjour a tous!
je suis dans la même situation que vous ma mere est alcoolique depuis mes jeunes ages et j'en ai 23.il y a 4 jours son mari (mon beau pere depuis 7ans) s'est suicidé en se pendant chez eux.quel malheur, ma mere est de plus en plus mal, nous insulte, nous detruit a mon frere et moi meme.mais malheuresement la savoir desormais seule me rend malade alors j'essaye de l'appeler le plus souvent car elle habite a 100km de chez moi.la savoir seule me rend malade je veux l'aider mais je ne c comment; elle menace sans cesse de faire comme son mari se tuer!quel poison cet alcool!elle est tellement adorable quand elle n'a pas bu!bref je suis perdue.
thierry
Portrait de cgelitti
bonsoir Kalinka moi meme j'ai été dans cet enfer(je suis dans une ile et j'ai començer avec du rhum à partir de 9 ans) j'ai arreter avec la grace de DIEU à 37 ans .Aujourd'huit j'en ai 40 et c'est tres dure dans le monde actuel l'alcool est présent tout le temps.Pour ta mère c'est un miracle si elle est encore en bonne santé.Préserver là faite disparaitre toute les bouteilles soyer toujours a ces coté c'est tres dure mais il n'y apas de solution miracle.Je vous laisse et bon courage
Ella
Portrait de cgelitti
A si, une dernière chose.
Je hais l'alcool et le tabac.
Ils me privent tout les jours de mes parents.
Et prive aussi ma fille des ses grands-parents. Elle n'a pas connus ma mère et n'a connus mon père que 2.5 ans.
Mais ils ont leurs place dans son album de naissance et elle sait très bien qui est Mamie Evelyne et Papy Guyguy et qu'ils sont ensemble dans le ciel.

A bientôt
alice
Portrait de cgelitti
Bonjour à tous ,

Personnelement mon père est alcoolique depuius bientot 30 ans (il en a 46), il a fait de nombreuses cures , de nombreuses hospitalisations et maisons de repos , il fait parti des reunions des alcooliques anonymes et pourtant à chaque fois qu'il est abstinant il ne peux s'empecher de retomber dans l'alcool au bout de six moi d'abstinence . Toute mon enfance n'a été que promesses et desillusions vis a vis de l'alcool , j'ai bien sur perdu espoir petit à petit et maintenent je n'en est plus aucun. Vous qui vivez ce problème au quotidien : Doit on esperer qu'un alcoolique reste abstinent toute sa vie ?J'ai du mal à y coire .
Ces temoignages m'ont fais pleurer parce que tout d'abord c'est beau de voir l'amour que l'on a pour sa famille et egalement parce que je me rend compte que bcp d'alcoolique meurs et très jeune : c'est une idée qui me hante et que je garde au plus profond de moi et en lisant des temoignages réelles,mes larmes n'ont pas pu s'empecher de couler ...
Je suis triste mais je finis par me dire que "c'est la vie!!!" même si c'est pas le meilleur moyen de regler les problemes mais moi je suis fatigué et essouflée de vivre ca et de vivre pour mon pere d'avoir vecu pas mal de ses tentatives de suicides et d'avoir chaque fois eu peur de le perdre à tout jamais . J'aime mon père comme peu de gens peuvent aimer leur père , je l'admire alors qu'il n'est pas agreable...Pourquoi? Est ce la maladie qui me rapproche de luui ? Est ce la peur de le perdre subitement ? Je ne sais pas en tout cas je voudrais vous dire que malgré que je n'ai que 16 ans , je vous comprends...
Merci si vous prenez le temps de lire!!
A bientot
laetitia
Portrait de cgelitti
l orthographe exact est al-anon
fannychris
Portrait de cgelitti

Bonjour,

le cas de votre Maman est le mien. Je vois mon reflet lorsque vous parlez d'elle. J'ai subi une dizaine d hospitalisation pour mon sevrage, mais la durée était limitée à 14j; trop peu! car rechutes à chaques sorties. Il a fallu hélas une énième tentative de suicide, dont 5j de comas, un plexus brachial paralysé ce qui m a coûtée l utilisation de mon bras droit et surtout un soutien familial énorme. Depuis je suis devenue abstinente mais fragile. Le soutien de mes proches est devenu trop important pour que je puisse les décevoir à nouveau. J'ai enfin eu un déclic, car j ai la motivation mais le physique ne suit plus. Il faut surtout éviter tout domaine de tentation sans devoir restreindre mon entourage, cette volonté ne peut etre qu un déclic interieur car toute nuisance d autrui lors de notre maladie ne fait que l enrichir, ce par rapport à mon expérience. Mais toute guérison est possible! Votre soutien, même s il parait inutile est perceptible et efficace à long terme. Car le jour où on se sent seuls au monde, on réalise la chance que nous avons de vous avoir vous! la famille! Gardez espoir et ne regardez pas trop internet car là vous êtes foutus! Bon courage à vous face à cette saleté de fléau qui peut tomber sur chacun d entre nous

Ella
Portrait de cgelitti
Bonjour Lalie,
Merci et je veux bien converser avec toi. Surtout courage et je trouve que l'a démarche que tu as eu de faire mettre ta mère en cure est une très belle preuve d'amour. Elle ne se rends pas compte du mal qu'elle se fait et qu'elle fait aux autres. La réaction de ses proches est clasique. Mais, que pouvons nous faire quand une personne ne veut pas arrêté, si une vrai drogue l'alcool.
Et ce sentiment que tu ressent avec la mort de tes parents au dessus de ta tête et bien je crois que toutes les personnes qui sont dans nos situations (maladie d'un proche ou l'alcool...) resentent la même chose.
A bientôt

Pages

Sujet vérouillé