Quand la sexualité devient douloureuse : les solutions non hormonales

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 23 Juin 2014 : 09h48

Pour de nombreuses femmes, la sexualité est devenue très douloureuse. 

Que se passe-t-il ?

Elles souffrent de sècheresse et d’atrophie vaginales.

Contre ces problèmes, il existe aujourd’hui des solutions non hormonales, nous explique le Dr David Elia*.

© Adobe Stock

Chute hormonale à la ménopause, THS et solutions non hormonales

Le THS (traitement hormonal substitut de la ménopause) a été très fortement décrié, avant d’être décemment rétabli. Mais les femmes restent ébranlées et méfiantes vis-à-vis de tous les traitements hormonaux.

De ce fait, il faut trouver d’autres solutions à de nombreux problèmes inhérents à chute hormonale (ménopause, cancer...), comme la sécheresse vaginale par exemple, à l’origine de relations sexuelles douloureuses, parfois trop douloureuses…

Sans estrogènes, les rapports sexuels sont douloureux

De très nombreuses femmes ne peuvent plus continuer à avoir une sexualité normale et paisible car elles ont mal dans le vagin, c’est-à-dire qu’elles souffrent d’une sècheresse et d’une atrophie vaginales.

Qu'est-ce que l’atrophie vaginale ?

Il s'agit d'un problème dont souffrent de nombreuses femmes ayant une chute hormonale (estrogène). Celle-ci provoque un amincissement et une inflammation des parois vaginales, une perte d’élasticité de la muqueuse vaginale et un rétrécissement du vagin. L'atrophie vaginale s'accompagne aussi d'une sécheresse vaginale (sécheresse du vagin), à l'origine de douleurs pendant les relations sexuelles.

Quelles sont les situations qui mènent à cette sexualité douloureuse ?

Toutes celles qui entraînent une diminution des hormones sexuelles féminines, les estrogènes :

Le cancer du sein

La plupart des femmes qui ont eu un cancer du sein ont une sexualité difficile. Lorsque la prise en charge du cancer du sein débute avant la ménopause, le traitement provoque un arrêt du fonctionnement des ovaires et donc une chute des hormones estrogènes, lesquelles permettaient au vagin d’avoir toutes ses capacités : muqueuse souple, épaisse et qui lubrifie. Ainsi sans estrogènes, la muqueuse vaginale devient le plus souvent mince, fragile et perd ses capacités de lubrification. Dès lors, le vagin devient un objet de désagrément, la pénétration provoquant des douleurs et des déchirures du vagin. La sexualité devient souvent pénible, voire impossible.

Les hormones estrogènes sont contre-indiquées après un cancer du sein. Lorsque le traitement du cancer débute après la ménopause, la situation est la même car le traitement hormonal de la ménopause, à base d’estrogènes, est contre-indiqué après un cancer du sein.

Chaque année, 55.000 nouveaux cancers du sein sont diagnostiqués, que l’on sait aujourd’hui guérir dans la plupart des cas. Ces femmes vivent de très longues années après leur cancer du sein. Le seul handicap est qu’elles ne peuvent plus avoir une sexualité satisfaisante, le plaisir étant perdu en raison de douleurs et d’inconfort. Elles ont besoin d’une restauration de leur vagin, classiquement possible avec des estrogènes mais ce traitement n’est ici pas envisageable en raison des antécédents de cancer du sein.

Le cancer du col de l’utérus

Les femmes ayant eu un cancer du col se retrouvent aussi dans cette situation qui mène à des rapports douloureux. Le traitement par radiothérapie est en cause. En effet, les rayons endommagent le vagin, le rendent dur, comme cartonné, rétréci et hostile à la sexualité.

La ménopause naturelle

La ménopause naturelle, liée au vieillissement, représente aussi une cause de sexualité difficile. Il y a une douzaine d’années, le traitement hormonal substitutif de la ménopause apportait une solution très efficace. Or depuis 2002, l’étude américaine WHI a jeté un tel discrédit sur ce traitement que de plus en plus de femmes ménopausées le refusent catégoriquement. Elles se retrouvent donc dans cette même situation qu’en cas de cancer du sein, où la sexualité devient véritablement problématique.

Les chimiothérapies

Quelles que soient les raisons (cancer du sang, du côlon, du poumon…), la chimiothérapie est un traitement qui endommage les ovaires, menant à une carence estrogénique et donc à une sècheresse et atrophie vaginales, d’où des rapports sexuels très douloureux. On peut donner des estrogènes pour compenser ce déficit estrogénique, mais comme expliqué ci-dessus, de nombreuses femmes refusent ce traitement hormonal.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 23 Juin 2014 : 09h48
Source : * Le Dr David Elia est gynécologue, rédacteur en chef du magazine GENESIS, leader de la presse gynécologique, publie régulièrement dans les revues scientifiques et est l'auteur de plus de 35 livres grand public. Il a également créé un site internet à destination des femmes (www.docteurdavidelia.com), ainsi qu'une application à la rubrique " livres numériques de iPhone " : Dr DAVID ELIA, GYNECOLOGIE, où l'on peut télécharger ses livres gratuitement.
Et enfin, le Dr David Elia est membre du comité scientifique d'e-sante.

A lire aussi
Quelle sexualité après un cancer du sein ?Publié le 16/06/2008 - 00h00

Après un cancer du sein, la sexualité est le plus souvent très bouleversée. Généralement, en plus des traitements du cancer lui-même (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie), les femmes ont à subir les symptômes d'une ménopause artificielle, peu compatible avec une vie sexuelle de...

Plus d'articles