Quand les règles sont douloureuses...

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 27 Février 2006 : 01h00
Mis à jour le Lundi 09 Mai 2016 : 12h30
-A +A
Douloureuses, répétitives et parfois handicapantes, les dysménorrhées (règles douloureuses) sont particulièrement fréquentes chez les jeunes femmes. Quelles sont les origines des règles douloureuses ? Quelles sont les investigations et quels traitements peut-on proposer ? Le point avec le Dr David Elia*.

Quels sont les symptômes des règles douloureuses ?

Dr David Elia : le mot dysménorrhée représente des douleurs localisées au niveau du bas du ventre, au milieu le plus souvent, qui sont contemporaines des règles, c'est-à-dire qu'elles se manifestent soit la veille des règles, soit le jour même, et durent de 1 à 4-5 jours. Ce sont des douleurs de type crampes ou coliques, parfois assez violentes et qui obligent alors les femmes à se coucher ou à arrêter leurs activités. Elles peuvent aussi déborder le bas du ventre pour aller à droite ou à gauche et surtout dans le bas du dos, « dans les reins » comme disent les femmes.

Des symptômes associés variés

Ces douleurs s'accompagnent de symptômes assez variés : nausées, migraine, fatigue, malaise, diarrhées, vomissements, etc. Ainsi, pour certaines femmes, c'est une véritable catastrophe mensuelle. Les règles se renouvelant 14 fois par an, on comprend que cela puisse représenter une source importante d'absentéisme, soit scolaire chez les jeunes filles, soit professionnel chez les moins jeunes.

Quelles sont les femmes concernées par les règles douloureuses ?

Dr David Elia : les plus souvent touchées par les règles douloureuses sont les jeunes filles, à tel point qu'on trouve traditionnel d'avoir mal pendant les règles. Elles n'ont cependant pas toutes mal, même si c'est le cas pour une grande proportion d'entre elles. Elles souffrent de ce qu'on appelle les dysménorrhées primaires, c'est-à-dire qu'on ne retrouve pas de cause (kyste de l'ovaire, utérus mal formé), à la différence des dysménorrhées secondaires, dont on parlera ensuite.

Les dysménorrhées n'ont rien de psychologique !

Attention, on a toujours pensé que les douleurs pendant les règles se passaient dans la tête des femmes. C'est entièrement faux ! Il ne s'agit pas d'un symptôme psychologique mais d'un véritable symptôme. En effet, on sait aujourd'hui que les dysménorrhées primaires sont dues à des substances appelées prostaglandines. Celles-ci sont sécrétées dans les artères qui alimentent l'utérus au moment des règles et sont de puissants contractants du muscle utérin. Lorsque les règles arrivent, l'utérus doit évacuer le sang et les muqueuses, et le fait par des contractions. C'est son mode d'expulsion : il se met en boule, se contracte, devient dur. C'est aussi comme cela qu'il fait pour évacuer le bébé au moment de l'accouchement. Le muscle utérin est extrêmement puissant et lorsqu'il se contracte sous l'effet des prostaglandines pour évacuer la muqueuse utérine et des règles, ça fait particulièrement mal. Les douleurs sont donc provoquées non pas par les ovaires comme le disent souvent les femmes mais par l'utérus qui se met en boule et devient extrêmement dur.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 27 Février 2006 : 01h00
Mis à jour le Lundi 09 Mai 2016 : 12h30
Source : * Le Dr David Elia est gynécologue, rédacteur en chef du magazine GENESIS, leader de la presse gynécologique, publie régulièrement dans les revues scientifiques et est l'auteur de plus de 35 livres grand public. Il a également créé un site internet à destination des femmes : www.docteurdavidelia.com. Et enfin, le Dr David Elia est membre du comité scientifique d'e-sante.
A lire aussi
Règles douloureuses : un problème à ne plus négliger ! Publié le 23/10/2000 - 00h00

Les règles douloureuses constituent un problème chez 72% des jeunes filles de moins de 20 ans. De plus, elles sont responsables d'une perte d'activité estimée à 53%, avec notamment un absentéisme scolaire. Malgré tout, elles sont la plupart du temps négligées.

Reconnaître l'endométriose Publié le 06/04/2010 - 00h00

Le diagnostic se fait souvent cinq ans après le début de la maladie. L'endométriose reste souvent ignorée ou sous-estimée. Pourtant une prise une charge médicale et chirurgicale peut venir à bout des douleurs et mettre l'endométriose en veilleuse...

Quels sont les symptômes d'alerte de l'endométriose ? Publié le 30/04/2007 - 00h00

L'endométriose toucherait une femme sur dix entre 20 et 40 ans. Elle est due à un reflux de sang menstruel hors de l'utérus, dans le ventre par les trompes, avec pour conséquence la formation de nodules inflammatoires extrêmement douloureux. Le point sur cette maladie avec le Dr Renaud de...

L’endométriose profonde Publié le 13/03/2017 - 09h04

L’endométriose se caractérise par le développement anormal de muqueuse d’endomètre en dehors de l’utérus. Au gré des variations hormonales, cette muqueuse s’épaissit puis saigne, pouvant selon sa localisation provoquer des douleurs et des lésions susceptibles notamment de mettre la...

Plus d'articles