elise82
Portrait de cgelitti
Bonsoir à tous,

Je vous soumet mon cas de conscience. Un cas douloureux.

Posons les faits: je suis un homme de 34 ans. Petit j'étais atteint de cryptorchidie bilatérale (2 testicules non descendues). Cette anomalie à disparu spontanément à l'approche de l'adolescence, donc sans opération. Probablement aux alentours de 12 ans. Puis j'ai grandi, j'ai tout oublié.

Aujourd'hui j'ai 34 ans, et très récemment j'ai découvert que les cryptorchidies sont des causes essentielles de stérilité masculine. A fortiori lorsqu'elles sont bilatérales. Je 'creuse' un peu sur internet et là c'est le choc: j'ai un risque majoritaire de stérilité, estimé statistiquement entre 50% et 90% !! Bref, il y a de fortes chances que je puissa jamais etre père biologique.

Ca me pèse gros sur le coeur. D'abord je ne sais pas s'il faut que j'aille plus loin dans l'analyse: faut il que je prenne le risque de m'oter tout espoir ? J'ai peur de ma réaction si j'apprend ma stérilité. Si c'est le cas, j'ai peur de ne plus être aimé par mon amie (notre relation est jeune) car elle veut fonder une famille, elle en parle souvent. Comment garder l'espoir, la volonté de construire un couple lorsque vous vous savez stérile ? Vous êtes rongé par la cupabilité, vous avez l'impression d'enfermer, de piéger. Dès lors, comment ne pas dévoiler ce qui vous tient à coeur, au risque de le faire trop tot, avant d'avoir la chance de pouvoir être aimé pour ce que vous êtes; un homme avant tout.

Faut il ne s'interresser qu'aux célibataires ménopausées, aux deséspérées de trouver un compagnon ???!

Et puis, a qui en parler, quand en parler ? J'ai une relation amoureuse depuis 3 mois avec une personne du meme age. Je suis très amoureux, elle aussi. Elle a 34 ans, bien sur, elle reve d'avoir des enfants. Que lui dire ? quand lui dire ?

C'est un cas de conscience douloureux auquel je suis confronté et je crois que je vais tres bientot lui dire la vérité, celle que je sais. Je suis angoissé, presque plus pour elle que pour moi; comment exiger d'elle le deuil de sa possible maternité ? Comment lui demander de me donner autant ?

Alors on me dit, 'si elle te quitte c'est qu'elle ne t'aimait pas assez'. Oui, peut etre, mais n'est ce pas trop demander à une jeune fille de 34 ans, issue d'une famille nombreuse et qui réve d'enfanter ? Nous nous connaissont depuis peu de temps, j'ai peur de saccager cette relation naissante (sans jeu de mot) et prometeuse.

merci de me donner votre point de vue... je suis perdu

PUB
PUB