• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    4 avis
  • Témoignages (0)

À quand l’interdiction du perchloroéthylène dans les pressings ?

Mis à jour par Isabelle Eustache le 22/02/2012
Créé initialement par Isabelle Eustache le 21/02/2012


À quand l’interdiction du perchloroéthylène dans les pressings ?

Pour le Réseau Environnement Santé, il est inacceptable que le perchloroéthylène soit encore utilisé. Ce solvant toujours employé dans plus de 90% des pressings est particulièrement toxique pour les travailleurs et les riverains. Les émanations de perchloroéthylène sont cancérogènes, mais également hautement toxiques pour le système nerveux, le foie et les reins.

La dangerosité du perchloroéthylène n’est plus à démonter pour les riverains et les travailleurs des pressings. Pour preuve, le cas d’intoxication mortelle en 2010 à Nice, d’une femme qui résidait à proximité d’un pressing.

Cette substance est inscrite sur la liste des cancérogènes du groupe 2A établie par le Centre international de recherche sur le cancer, et classée dans l’Union Européenne comme "nuisible à la santé" et dangereuse pour l'environnement.

Aux États-Unis, le perchloroéthylène dans les nouvelles installations de nettoyage à sec est interdit depuis 2006. Le Réseau Environnement Santé, l’Association Génération Futures et l’Association de défense des victimes d’émanations de perchloroéthylène des pressings (ADVEPP) attirent l’attention des autorités sur la nécessité urgente d’établir aussi une telle interdiction en France.

Les alternatives au perchloroéthylène pour nettoyage à sec existent, elles doivent être largement mises en place : nettoyage au dioxyde de carbone liquide, nettoyage aqueux…

En attendant, évitez autant que possible de louer ou acheter un logement à côté d’un pressing. Et au retour du pressing, ôtez l’emballage plastique puis aérez vos vêtements à l’extérieur avant de les remettre dans la penderie, et ainsi éliminer les émanations de perchloroéthylène.

Sources : Dossier de presse, RES, ADVEPP, Générations Futures, février 2012.

Trouvez-vous cet article intéressant ?