lalouise
Portrait de cgelitti

J'ai participé à ce forum dés le début, ainsi que mon Fils , Il y a 3ans notre généraliste a accepté de lui prescrire du baclofène, à l'aveugle si je puis m'exprimer ainsi, avec des doses faibles :60 mg par jour, sans vouloir à l'époque s'impliquer plus avant, ce que j'ai très bien compris; très heureux de ce qu'il pensait être le traitement miracle lui permettant de se resocialiser, il a pu retravailler ,pour ensuite quitter son emploi, afin de vivre avec une jeune Femme participante de ce forum, qui elle n'avait pu obtenir de prescription d'un Médecin, la dérive a été brutale, pour lui notamment, sa compagne, n'ayant pas l'intention de se soigner à priori, il acessé son traitement durant plus d'un an et a demandé notre aide ,intervention durant cette période des gendarmes du coin ...violences physiques de cette jeune qui lorsqu'elle est alcoolisée va jusqu'à jouer du couteau.

Pour résumer, il y a 6mois, à la limite de la clochardisation, nous avons accepté de le reprendre à condition, qu'il reprenne son traitement et qu'il tente de se reconstruire, aprés avoir repris contact avec le Généraliste son traitement a été de nouveau instauré,et depuis longtemps, nous ne l'avons pas vu aussi détendu, ayant obtenu un contrat de 3mois chez un employeur limitrophe de la Belgique, il a décidé de revenir à la maison, ce dernier restaurateur, ayant décidé de le déclarer (parait-il) 80 heures et de régler le reste au noir.... Il devait revenir hier , et ce matin, toujours personne , il a téléphoné en fin de matinée, complétement alcoolisé, ayant laissé la voiture en stationnement...Que dire de plus, sinon que son Père et moi sommes desespérés , qu'âgés ,nous ne voyons pas la fin du cauchemar, et que nous avons envie de baisser les bras, car nous assistons à sa désocialiiesation sans pouvoir rien faire et sans avoir encore le courage de vivre cet enfer.Son traitement n'est certes pas bien dosé, mais en possession de liorésal, le craving pourraitêtre évité...

Bab
Portrait de cgelitti

Je comprends votre détresse et vous félicite de vouloir aider votre fils. Il a beaucoup de chance de vous avoir à ses côtés.  L'alcoolisme est une maladie. Le liorésal peut nous aider à guérir, encore faut il qu'on le veuille. Le craving peut être évité. Il faut bien connaître les heures de craving et bien les cibler par les prises de baclofène. Il faut savoir que le liorésal démultiplie l'alcoolisation. Le mieux, si on le peut, est de ne plus boire du tout ou le moins possible. Car le mélange alcool/liorésal est détonnant.Je vous souhaite bon courage.

lalouise
Portrait de cgelitti

                                 Je suis de tout coeur avec vous! votre courrier date du 1/9/12 j'éspére que depuis la situation as changer et que votre fils as changer. Je connais très bien les dégats que provoque l'alcool, mais je ne connais pas ceux de la drogue en tout cas je m'imagine bien que celà doit être terrible! non seuleument pour lui mais encore plus plur vous!  Je pense que cette fille dont vous nous parler est néfaste pour votre fils car si je comprend bien il avait arrêter quand il était chez vous;  Je vai vous paraître bête mais quesque c'est le liorésal et le craving?   Je vous souhaite énormement de courage, en éspérant avoir de vous nouvelles, tenez bon la roue tourne un jour ou l'autre!      COURAGE A BIENTOT  Lalouise

Sujet vérouillé