Quand les émotions sont des étrangères

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 20 Octobre 2004 : 02h00
-A +A
L'alexithymie est une dysfonction au nom barbare, mais elle serait fréquente puisqu'elle atteindrait 15% de la population. De quoi s'agit-il ? D'une impossibilité personnelle à décoder ses propres émotions. La personne alexithymique ressent tout, peut le décrire, mais ne le relie pas à un ressenti émotionnel. Par exemple, son corps peut réagir comme s'il avait peur, s'il était en colère, s'il était jaloux, content, mais le propriétaire de ce corps ne comprend pas ce qui se passe en lui.

Même s'il existe des femmes souffrant de ce trouble, l'alexithymique est le plus souvent un homme renfermé, ours.Il est incapable de parler pour exprimer ses sentiments puisque pour lui, c'est un grand vide indéchiffrable. Les échanges émotionnels sont donc très difficiles, ce qui est logique puisqu'il a beaucoup de mal à se comprendre donc à s'exprimer, et bien sûr à comprendre les autres. Tout cela l'isole. Pourquoi cette personne n'arrive-t-elle pas à comprendre, à analyser ce qui se passe en elle ? On pense qu'il s'agit de la relation de l'enfant à sa mère. Si la maman est dépressive, instable émotionnellement, absente, ou elle-même alexithymique, elle ne saura pas nommer les émotions de l'enfant, ni lui transmettre la manière d'identifier ses émotions. Il deviendra donc un « analphabète » des sentiments.Un exemple très simple : un enfant qui a faim, se sent mal et pleure. Pourtant, il lui faut plusieurs années avant d'identifier son mal et pouvoir dire de lui-même « j'ai faim ». Devant leur enfant qui pleure pour une raison apparemment insignifiante, tous les parents ont déjà réagi en disant : « cet enfant est de mauvaise humeur : c'est qu'il a faim » Les parents décodent et incitent donc l'enfant à apprendre à le faire lui-même.Or les sensations plus complexes sont bien plus compliquées à décoder et à interpréter !

Que peut faire un alexithymique pour sortir de cet isolement qui est à la fois un isolement de soi (les émotions sont comme en dehors de soi) et des autres ?La psychothérapie la mieux adaptée est celle qui se pratique en groupe. Elle aura pour but d'apprendre à traduire le langage des émotions. Et ce n'est pas si simple, même pour une émotion de base. L'adulte doit rattraper ce qu'un enfant met des années à apprendre ! Mais c'est à la fois un travail et un enrichissement énorme qui permet de se connecter enfin à soi et aux autres

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 20 Octobre 2004 : 02h00
Source : " Psychopathologie de l'alexithymie " de M. Corcos et M. Spéranza aux éditions Dunod ; " L'alexithymie ou le silence des émotions " de Sylvie Berthoz dans la revue " Cerveau et Psycho " N°6.
A lire aussi
Les pleurs de bébé : un langage à décrypter Publié le 13/10/2003 - 00h00

Si une mère reconnaît dès les premiers jours les cris de son nouveau-né, il est plus difficile d'en comprendre les raisons. Faim, soif, douleur, inconfort, peur, tension intérieure, etc., les causes sont multiples. Dans tous les cas, restez calme, rassurez-le par votre présence et vos câlins...

Pleurs du nourrisson : faut-il laisser bébé pleurer ? Publié le 26/02/2016 - 11h58

Si l’on sait de façon théorique qu’un bébé pleure, ce n’est pas pareil de l’expérimenter ! Beaucoup de parents se trouvent démunis devant les pleurs de leur nourrisson, notamment quand ses besoins physiologiques sont déjà comblés. Par crainte de passer à côté d’une cause...

Pourquoi il faut savoir dire non à ses enfants... Publié le 20/06/2010 - 00h00

Aimer ses enfants et les aider à grandir en harmonie, c'est le voeu de tous les parents. Et vouloir leur donner tout ce dont ils ont besoin pour les voir s'épanouir, c'est sain. Oui, mais leur donner aussi des limites en sachant dire non est tout aussi important. Le Pr Philippe Jeammet*,...

Plus d'articles