Psycho : éviter le perfectionnisme

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 28 Mai 2007 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 18 Octobre 2013 : 13h54
-A +A
Si vouloir bien faire, c'est une qualité, être trop perfectionniste devient un défaut. Et ce défaut vous gâche la vie à vous en première ligne. Les autres peuvent aussi en être incommodés, mais bien moins que vous, qui souffrez de ce défaut en permanence.

Quand le perfectionnisme va trop loin

Alice doit inviter des amis à dîner. Elle en est malade d'avance, car elle veut que tout soit impeccablement réussi. Le choix du menu, la cuisson, la présentation, la décoration de la table, le vin et même la conversation et les échanges. Elle met donc plusieurs semaines à choisir des amis qui vont s'entendre, autant de temps à choisir son menu, et elle s'angoisse à l'idée de ne pas être prête à temps. Pourtant, il s'agit d'amis tout à fait sympathiques et aucun enjeu professionnel n'existe pour elle. Elle n'invite pas son patron.

On en arrive à se gâcher la vie

Le résultat, c'est qu'Alice se gâche le plaisir de préparer un bon moment et elle en arrive même à se gâcher la soirée elle-même. Car elle n'est jamais à la hauteur de ses attentes. Même quand les invités sont rentrés chez eux, Alice demande, inquiète, à son ami : « Tu es sûr que le vin était à la bonne température ? Qu'il allait bien avec le poisson ? Que Xavier ne s'est pas ennuyé ?... » Elle s'inquiétait avant, et elle continue ensuite.

La volonté de tout contrôler

Alors, où est le problème ? Personne ne se plaint de rien, tout le monde a passé un bon moment sauf Alice ! C'est que cette jeune femme veut tout contrôler. Elle voudrait que tout soit parfait, sans aucun risque d'erreur. Et c'est impossible.

Pourquoi veut-elle que tout soit parfait ?

C'est la question qu'elle devrait se poser pour mieux se comprendre et pour changer, pour aller vers plus de plaisir de vivre. C'est comme si Alice estimait qu'elle avait un devoir : celui d'être parfaite. Et que, si elle ne répondait pas à ce devoir, les conséquences seraient terribles. Lesquelles ?

Sans doute imagine-t-elle qu'on ne l'aimerait plus

Cela correspond peut-être à une peur profonde ou à un manque d'estime de soi. Alors, pour être aimé, il faut tout bien faire, tout faire parfaitement.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 28 Mai 2007 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 18 Octobre 2013 : 13h54
A lire aussi
Comment vivre avec sa mauvaise conscience ? Publié le 27/09/2013 - 15h14

Chacun de nous a au moins commis dans sa vie un acte dont il n’est pas fier. Un mensonge, une action néfaste pour quelqu’un de proche, un oubli aux conséquences graves…Par la suite, notre culpabilité peut nous empoisonner la vie. Comment faire pour vivre avec cette mauvaise conscience ?

Hypocondriaque : malade imaginaire, angoisse réelle... Publié le 05/11/2007 - 00h00

L'hypochondrie est la conviction intime qu'ont certaines personnes de souffrir d'une maladie, alors que la médecine est incapable de découvrir quoi que ce soit. Molière appelait cela le « malade imaginaire ». Alors, si la maladie est imaginaire, pourquoi est-ce si difficile à vivre ?

Un proche atteint d'un cancer : comment le soutenir ? Publié le 12/03/2007 - 00h00

Apprendre que quelqu'un qu'on aime est atteint d'un cancer provoque un choc violent. Comment vivre avec la maladie de l'autre, l'aider à la surmonter, l'accompagner même dans ses moments de découragement ? Marie-Armelle Roquand, psychologue clinicienne et psychanalyste au Centre Régional de...

Un jugement positif peut avoir un effet négatif Publié le 24/09/2007 - 00h00

Émettre un jugement est toujours à éviter quand ce jugement est négatif. Quand vous dites à un enfant, à un collaborateur : " Tu es nul ", vous faites du mal, vous créez même un manque de confiance, voire de la haine, sans rien améliorer à la situation. Cela veut-il pour autant dire qu'il...

Plus d'articles